Sanyo PLV Z3000

1
107
Vidéoprojecteur HD Sanyo VPL Z3000
Vidéoprojecteur HD Sanyo VPL Z3000

Je l’ai évoqué à quelques reprises, il était question d’une présentation du projecteur HD Sanyo Z3000 avant l’arrivée du nouveau modèle Sanyo PLV Z4000, alors chose promise, chose due.

Ceci est le premier vidéoprojecteur HD que nous avons eu entres les mains, qui sorti du carton nous a laissé sans voix, tant ses caractéristiques et performances sont étonnantes, il constitue donc une référence de base pour nos essais actuels et à venir.
J’avais eu l’occasion de louanger ses performances lors du SSI 2010 avec une présentation réussie de MCM Acoustique.

Les conditions lors cet essai

Notre modèle habituel, un Dreamvision DL500 + Scaler de 10 ans d’âge a pris une sérieuse claque, nous n’y reviendrons pas… aucune comparaison possible, les forces en présences étant de loin supérieures à tout point de vue : silence de fonctionnement, piqué et contraste, colorimétrie, entrée HDMI… bref, paix à son âme.

Vidéoprojecteur Dreamvision DL500

Vive le Full HD contemporain.

Notre protocole d’installation

Salon dédié audio et vidéo
  • Play Station 3 comme lecteur Blu-ray
  • Sony DVP S 7700
  • Préampli Classé SSP 75
  • Haut-parleurs surround KEF C20
  • Amplificateurs des voies arrières : Citation 16
  • Projecteur Dreamvision DL500 + doubleur de ligne
  • Écran de 110″ Draper, modèle Silhouette Signature série E, électrique. (Made in USA), gain 1:0

Câbles AC

  • Boite Inouye (Black Box)
  • Câble électrique Xsymphony Silver Triton, connecteur FI-50 Furutech

Câbles interconnects, HDMI + HP :

  • Câble HDMI de 45″ “no name”,
  • XLR Puresonic cable
  • RCA Aural Harmony Cryo Gold Alloy Sonnet Interconnect II
  • RCA Monster Cable M1000i
  • Digital Monster Cable M1000d
  • Haut-parleurs Monster Cable 2.4 version bicablage.

Les écrans comparés

Le protocole que nous avons volontairement établis, suit la règle de base de ne toucher à rien des réglages de l’utilisateur, pas de nouvelle calibration, seulement un “side by side”, histoire de voir ce qui se passe.

  • Ecran de référence est un 110?, marque Draper, modèle Silhouette Signature série E, électrique. (Made in USA), gain 1:0 : 3300$ US
  • Notre écran de test comparatif est un EluneVison de 100″, modèle fixe, Fixed Frame avec une bordure de 5″ en velours, sur cadre métallique, gain 1:0 : 999$ US.

Vous retrouverez le test complet de ces écrans EluneVision dans quelques jours, lors d’un compte rendu exhaustif, ce qui devrait vous convaincre que l’écran de projection, est loin d’être à négliger et ne doit pas être considéré comme la cinquième roue du carrosse, bien au contraire, c’est l’un des éléments prioritaire, constitutif du système de cinéma chez soi de base, qui va faire que votre image sera plus ou moins de bonne qualité, pour tout vous dire, l’écran peut faire toute une différence.

Sanyo PLV Z3000 au premier regard

Trappe électrique fermée devant l\’objectif

L’aspect esthétique est sobre et classe, il n’y a rien à redire.
Une trappe électrique cache l’objectif quand l’appareil n’est plus en fonction, bonne idée.

Fiche technique :

Technologie: LCD;
Luminosité: 1200 ANSI lumens;
Full HD 1080p;
120hZ
Bruit de fonctionnement: 19 dB;
Autonomie de la lampe : 2000 en mode éco à 3000 heures en mode normal;
Iris dynamique autorisant un contraste: 65 000:1;
Poids: 7500 g.
Côté connectique on retrouve le strict minimum :

  • Component video (YPbPr/YCbCr)
  • Un port RS-232
  • 2 X HDMI
  • Un port RGB
  • Une entrée S-Video
  • Une entrée Vidéo composite

Ses dimensions sont dans la norme : 400 x 146 x 346 mm, il saura s’intégrer facilement que ce soit sur un support à plat ou au plafond.
Format de vidéo numérique : 1080/24p via HDMI , 1080/60p, 1080/50p, 1080/60i, 1035i, 720p
Zoom : 2.0x
Format d’image 16:9 natif.
Lens shift : Vertical 100%~+100%, Horizontal 50%~+50%
Télécommande rétro-éclairées bien pratique dans l’obscurité.
Sur le papier il a tout d’un grand.

Sanyo PLV Z3000 prêt à fonctionner

Action

C’est l’image l’important…
Le Sanyo PLV Z3000 que nous avons eu entres les mains était neuf, jamais déballé, il ne nous a fallu que quelques minutes pour l’installer.
Ce que nous avons fait est de le sortir de son carton d’emballage, de le poser sur un support stable, de le raccorder à une PS3 avec un câble HDMI “standard”, assez long pour les besoins de nos tests (45″), de le mettre sous tension et d’ajuster l’image à l’écran grâce à un zoom performant de 2X, point barre.

La toile de 110″ soit 2,80m recevait l’image depuis le projecteur qui se trouvait lui à environ 3,80m.

Pas de calibration informatique, j’ai seulement ajusté manuellement le contraste et la netteté en me servant de l’outil de colorimétrie Monster Cable et de l’excellent ColorHCFR comme référence, nous avons voulu également comparer deux sortes d’écrans, ce qui était le but premier de l’exercice.

Sans aucun réglage de notre part l’image s’est révélée très bonne, la mise en œuvre de cet appareil est un modèle du genre, à mettre entres toutes les mains, que vous soyez un novice ou un expert.

Est ce le Dynamic Predictive Frame Interpolation censé améliorer la netteté et la fluidité des scènes d’actions, je n’en sais rien, mais le fait est que à aucun moment nous n’avons remarqué de décalage ou d’effet d’escalier ou de shading.

Les films se sont enchaînés avec un plaisir indicible, nous étions plusieurs personnes dans la salle et la première réaction a été de demander le prix de l’objet, soit : 2400$

Et de répondre en cœur : “c’est le bargain de l’année”.

Je ne vais pas vous faire le coup des courbes de mesure, ni vous abreuver de specs techniques indigestes, juste vous dire ceci, si votre but est de vous faire plaisir à élaborer chez vous un système de cinéma, “plug and play” mais ajustable, immédiatement performant pour projeter sur une toile pouvant aller confortablement jusqu’à 120″, avec un vidéoprojecteur silencieux, capable de Full HD 1080p avec un contraste de 65 000:1, alors, le Sanyo PLV Z3000 est fait pour vous.

Screenshot avec le Sanyo PLV Z3000

Le piqué et la profondeur des noirs nous ont littéralement bluffé, sans aucune calibration préalable, je dois encore l’ajouter!

Une prouesse que l’on ne rencontre que chez quelques rares compétiteurs à des prix parfois stratosphériques.

Certes, ce modèle est en fin de Vie au moment où j’écris ces lignes, son remplaçant le PLV Z4000 est déjà disponible depuis quelques mois, mais qu’importe la nouveauté, la saveur du jour, qu’importe le marketing, qu’importe tout ça, ce qui compte c’est que pour un prix très doux, vous obtiendrez une vraie image HD, que vous ne trouverez pas ça tous les jours à moins que votre budget soit plus généreux, je vous mets au défi de trouver un appareil capable de performer aussi bien pour le même prix… et en silence.

Vue sur les doubles ventilateurs latéraux, silencieux en fonctionnement

Mieux? oui, il y a mieux, mais c’est beaucoup plus cher, le Runco LS3 qui m’ait apparût une coche au dessus, il coûte, je vous le rappelle 5900$, c’est à dire plus de 2X plus cher que le Sanyo Z3000.

Je vais vous donner mon point de vue et pour ce faire employer une analogie, comme je les aime, ce vidéoprojecteur Sanyo PLV Z3000 vous offre de rouler en Mercedes C300 de 2009 pour le prix d’une Hyundai Accent de l’année.

Je retiens une simplicité d’utilisation et une image hors pair, le tout servi dans un silence de fonctionnement qui est une référence du genre, alors que l’appareil était situé à 1 mètre en arrière de la zone des spectateurs.

Je n’ai pas pu juger de l’efficacité du lens shift à son plein potentiel, car nous avions positionné l’appareil quasiment face à l’écran.
Libre à vous de dépenser plus, moi en tous cas, je trouve cela bien intéressant de pouvoir se payer une image de ce calibre pour le coût d’un écran LCD ou LED de 55″.


Verdict au sujet du Sanyo PLV Z3000

Points forts Strengths/ Points forts :

  • Performances globales,
  • Bonne luminosité et contraste,
  • Bonne finition et présentation,
  • La trappe couvre objectif électrique,
  • Ventilateurs très silencieux, quasi inaudibles
  • Facilité d’intégration.
  • Lens Shift,
  • Zoom 2X,
  • Le prix.

Points faibles Weaknesses/Points faibles :

  • Une troisième entrée HDMI serait la bienvenue,
  • Des réglages images relativement complexes pour le béotien,

Conclusion

Le Sanyo PLV Z3000 s’adresse à une clientèle de cinéphile, pas nécessairement fortuné, dont les préoccupations sont : performance, simplicité et silence de fonctionnement, bref, des caractéristiques que tout le monde recherche pour se bâtir un système de cinéma maison digne de ce nom, sans devoir hypothéquer ni sa maison, ni son automobile.
Pour 2300$, sans l’écran, le rêve devient réalité.

Filmographie

  • The last air bender en Blu-ray,
  • Le prince de Perse en Blu-ray,
  • Super Speedway en DVD.

Prochain essai

Le vidéoprojecteur Panasonic PT-AE 4000; je formule le vœux de pouvoir également juger des performances du modèle Sanyo PLV Z4000.

Bon cinéma, nous vivons une époque formidable.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2010, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine, sous licence creative commons.

Bonne journée et bonnes écoutes.