Lecteur de CD/SACD T+A D10

14
519
music
Rate this post

Au banc d’essai cette semaine, le lecteur de CD/SACD T+A D10

T+A D10

Auditeurs :

  • Marc PHILIP, rédacteur pour magazine-audio;
  • Marq Doyon, Audiophile et mélomane;
  • Renée. B, pianiste et mélomane;
  • Jacques Roy, Membre de l’AMA, audiophile et mélomane;
  • Jocelyn, Mélomane et audiophile.

Préambule

Pourquoi fameux?

Parce que nous avons affaire à un appareil de haut niveau, très bien construit, qui récèle en son sein, de multiples fonctions que l’on ne retrouve pas couramment dans l’industrie de la hi-fi.

Fameux, parce que attachant, il ne ressemble à aucun autre lecteur, il possède une identité marquée, une personnalité à l’image de ses concepteurs Allemands, qui plaira à celles et ceux qui apprécient la rigueur, le soin méthodique, l’ajustement méticuleux, l’assemblage chirurgical, comme seuls savent le faire les Germains, dixit : Mercedes, Audi, BMW, liste non exhaustive, les amateurs apprécierons.

Comme tout appareil de haut de gamme qui se respecte, le lecteur T+A D10 réclame d’être installé dans les règles, c’est à dire, comme le préconise le fabricant, de l’installer sur un support à l’équerre, rigide, stable, non résonant, précautions que nous avons appliqué à la lettre.

Une attention toute particulière a été portée sur le câblage, nous en avons essayé plusieurs, ceci pour confirmer la versatilité de ce lecteur qui mérite, comme tout appareil de ce calibre, un choix éclairé.

N’en doutez pas, le pouvoir de résolution élevé de cet appareil va vous amener à peut être revoir votre “copie” côté câbles, notamment le cordon secteur, dont le choix nous est apparût fondamental, le son est dramatiquement différent entres deux cordons AC Power, “ajuster”, “fine tuner”, bref, nous nous sommes amusés à obtenir en fonction de nos humeurs et de nos goûts personnels, des résultats tout simplement incroyables; sans compter le nombres d’enregistrements sur CD qui nous ont révélés leurs failles, chose qui pour la majorité d’entres nous, étaient passées inaperçues jusqu’à lors.


Précautions d’installation

On n’installe pas ce genre de lecteur comme un vulgaire appareil à 200 $, loin s’en faut, ceux qui pensent le contraire risquent d’avoir de sérieuses déconvenues.
Voici quelques analogies, pour vous permettre de bien comprendre la philosophie dont il faut s’imprégner pour aller au fond des choses.

Un appareil hi-fi haut de gamme, c’est comme un très bon vin, un grand cru, plus le millésime est ancien, plus il va réclamer d’attention, on n’ouvre pas une bouteille de Petrus 1976 ou un Gevrey Chambertin 1977, comme on le ferait avec un Beaujolais village 2005, de même, on n’ouvrira pas un vin millésimé dans un resto bouffe ou un fast food, on s’entend?

D’une part comme un bon vin, un appareil haut de gamme va s’adresser à des connaisseurs, qui plus est des connaisseurs qui possèdent déjà un système cohérent, à la mesure du matériel qui vient s’y greffer, sans quoi, l’analogie du fast food et le vin s’applique.


Pourquoi cet élitisme?

Ce n’est pas être élitiste, même si potentiellement peu de gens peuvent s’offrir du matériel très haut de gamme, c’est être logique et cohérent.
Il y a un chemin personnel à faire avant de pouvoir ne serait ce qu’envisager de basculer vers le haut ou très haut de gamme en hi-fi, ça réclame des années de patiences, d’expériences, d’innombrables heures d’écoutes comparatives sur autant de set up et de pièces d’écoutes.

Je pourrais vous faire un parallèle avec bien d’autres objets dont on peut rapprocher sans faille la même approche et dont les noms me viennent à l’esprit pour avoir dû faire des choix à leur sujet à un moment donné de ma vie : Les montres, les stylos, les chaussures, les automobiles, la nourriture, la literie, le mobilier, les ustensiles de table, le papier d’écriture, les appareils photos, les appareils de chauffage, les matériaux de construction, les automobiles, les ordinateurs, les différents types de bois d’ameublement, les vernis, les huiles de finition, les pinceaux, les raquettes de tennis, les raquettes de ping pong… liste non exhaustive.

Ce n’est pas seulement qu’une question de moyens financiers non plus, même si ce dont on parle est très généralement cher, il n’en reste pas moins que vous avez deux choix pour vous offrir des appareils ou objets de haut niveau, acheter immédiatement, soit parce que vous en avez les moyens ou vous vous les êtes donnés (choix de vie personnel genre : petite automobile d’occasion et gros système hi-fi), soit être patient et attendre que le matériel que vous convoitez apparaisse dans les annonces d’occasions.

Dans les deux cas, l’installation devra réclamer toute votre attention, le moindre faux pas peut vous coûter un peu de performance, ce serait dommage de passer à côté du Saint Graal, sans jamais l’avoir approché 😉

Je ne parle pas du lecteur T+A en particulier, mais bien de TOUS les appareils qui sont du même calibre.
Nous avons donc installé le lecteur T+A D10, sur un tripode en inox lui même couplé et découplé dans les règles, tablette en Erable massif découplée à l’avant, couplée sur un seul point en arrière, l’appareil a été mis à l’équerre droite/gauche et avant/arrière.

T+A D10
Nous avons conservé le protocole d’écoute habituel sur le premier système N°1 et avons raccordé le lecteur T+A D10 comme suit :

  • Cordon d’alimentation électrique (AC Power) WireWorld Electra 5 sur connecteurs Leviton Silver;
  • Interconnects (Câbles RCA) Kimber KCAG sur connecteurs Eichmann Bullet Plugs Silver.

Pourquoi respecter un protocole?

Nous avons à notre disposition plusieurs systèmes que nous connaissons parfaitement, ils ont été mis en œuvre avec soin et optimisés dans les règles, si nous intervenons d’une quelconque façon sur le système, il va toujours se passer quelques chose, il va être facile d’identifier une différence, soit comme une amélioration, soit comme une altération.
C’est la raison pour laquelle nous nous donnons l’alternative de réaliser les bancs d’essais sur plusieurs systèmes connus, même si le contexte acoustique est différent, nos opinions n’en sont pas moins pertinentes. c.q.f.d.

Deuxième protocole de branchement

  • Cordon d’alimentation électrique (AC Power) Silver triton SE sur connecteurs Rhodium;
  • Interconnects (Câbles RCA) Furutech silver sur connecteurs rhodium.

Les écoutes

Les modèles de lecteurs comparés :

  • Drive Music Hall 2.5 + Bel Canto II numeric converter : 3000,00 $ Can.

Protocole d’écoute sur le système N°1

Préamplificateur :

  • Bent Audio TAP passif à télécommande.

Amplificateur :

  • Pass Aleph 5, Class “A”, 60 W / channel.

Haut-parleurs:

  • Réalisation DIY sur le design des Wilson Audio Watt Puppy.

Câbles :

  • Set up 1 : Interconnects RCA Kimber Silver Streak + KCAG sur RCA Eichmann Silver bullet plugs et fils Goertz MI2 connecteurs Rhodium tri-cablé pour les haut-parleurs.

Traitement des lignes électriques:

  • Set up 1 : 2 X 3 lignes directes proviennent du compteur en BX de 4 X 12 gauge, un disjoncteur par ligne raccordée à une double prise électrique murale de 20 Amp hospital grade;
  • Un conditionneur de courant PS Audio Power Plant PS 300 qui alimente la partie numérique;

Supports tablettes et mobilier :

  • Set up 1 : Meuble Tripodes “Eva” + une tablette modulaire double découplage steel & wood de la ligne inovaudio™ Marc Philip Design;

T+A D10


Le système N°2

  • Lecteur de CD Denon dcd 1560;
  • Préamplificateur Conrad Johnson à lampes, modèle premier two modifié;
  • Séparation active en classe “A” de marque Symétrie, modèle acs-1;
  • Amplificateur DR2 Classé audio, modifié, dédié aux hautes fréquences;
  • Amplificateur DR2 Classé audio pour les basses fréquences;
  • Enceintes acoustiques de type panneaux, Acoustat 2+2 modifiés, dédiés aux médiums aigus;
  • Enceintes acoustiques de type panneaux, Acoustat model 4 pour les basses fréquences.

JJ set up

  • Interconnects Furutech silver sur connecteurs rhodium, câblage haut-parleurs Van Den Hull pour les hautes fréquences;
  • Cordon d’alimentation électrique (AC Power) Silver triton SE sur connecteurs Rhodium;
  • Câbles type 4-0 pour les basses fréquences.

Discographie lors de nos écoutes

  • John Rutter : Requiem and other Sacred Music Choir, Reference Recordings (HDCD);
  • Karen Young “Live in your living room”;
  • Jean-Pierre Ferland “chanté par ses amis”;
  • Chris Jones (No sanctuary here) 03:47;
  • Blues Company (Cold rain) 05:44;
  • France Gall (besoin de vous)Live Bercy 1993 03:36;
  • Oscar Peterson Trio “You look good to me” 04:47;
  • Monty Alexander Trio “Nite Mist Blues” 10:10;
  • Hommage à Claude Léveillé : “Le temps d’une chanson …”;
  • The Doors : “Rider on the storm”, issu du best of;
  • Pink Floyd : “Dark side of the moon”, version CD Gold 24K direct mastering;
  • Richard Desjardins : “Abbitibbi”;
  • Gold Frapp : “Paper bag”;
  • Grégory Isaacs : “House of the rising sun”;
  • Pink Floyd : “Pulse” la N°9 Sorrow…;
  • Karen Young : “Live in your living room”;
  • Audiophile Recording IV : FIM First Impression Music;
  • Zucchero & Co, l’album de 2004;
  • David Gilmour : “On an island” album de 2006;
  • Force Nemesis, Fidelio Audio 2006;
  • Jordi Savall : Du temps & de l’instant [Hybrid SACD]
  • George, Frédéric Alarie, Moon Bass, Fidelio Audio 2006.

Quelques points de détails

T+A D10
Il est possible via un interrupteur situé en arrière de l’appareil de basculer de normal à wide, modifiant ainsi la bande passante de sortie, en fonction des possibilités de l’amplificateur utilisé.

Wide correspond à 100 KhZ de bande passante … sans distortion, annonce le constructeur.
Des connecteurs R Link T+A sont également disponibles en arrière pour faciliter le raccordement d’un amplificateur de la marque, dans un esprit de simplification et de performances, tendance qui semble se généraliser.

Les cônes de couplage sous le châssis du lecteur sont propres à T+A qui indique que leur spécificité procure une protection des tubes ou du moins optimise leur fonctionnement (2 X 12 AX7 LPS et 2 X ECC 99).

T+A D10

Une semaine d’écoutes intensives plus tard

Avis de Marq Doyon

Si vous avez voyagé en Allemagne ou côtoyé le peuple Allemand vous savez déjà qu’extrême rigueur, précision et simplicité vont de pair avec ce peuple.
Que ce soit l’automobile, la photographie ou autres, les produits Allemands sont à l’image de leur réputation.

Il n’y a qu’à penser au style Bauhaus, par exemple.
T+A elektroakustik tire son nom de théorie et application en électroacoustique.
Le siège social est situé a Herford en Rhénanie du Nord Westphalie (plein centre de l’Allemagne).

T+A elektroakustik fabrique une gamme complète de produits allant des sources numériques, analogiques, amplificateurs et enceintes.
Une gamme de produits cinéma est aussi disponible.

J’ai eu dans mon système le lecteur CD/SACD D10 de T+A pendant une semaine.
La température automnale et le fait d’être en congé m’ont suffit amplement pour cerner la personnalité de ce lecteur.

Apres avoir lu mon introduction vous en déduirez sûrement qu’extrême rigueur, précision et simplicité vont de pair avec ce lecteur.
Directement de la boite le lecteur avait de beaux timbres et une image holographique digne de tout lecteur dans la même catégorie.
Ce n’est qu’après trois jours de chauffe que le son s’est vraiment épanoui!
Jusqu’à ce moment je me demandais ce que j’allais pouvoir bien dire de cet appareil.
Sans une langue de bois et rester politiquement correct, heureusement le D10 est sortie de sa léthargie pour me sauver.

Jamais je n’avais eu une image et une profondeur de ce niveau sur ma chaîne!
La scène se découpe avec une précision hors du commun.

Aucun effort de la part de l’auditeur, tout est en place autant en largeur que profondeur.
Les timbres reproduits par cet appareil, sont droits comme une flèche.
Le pouvoir de résolution du T+A D10 vous donne l’heure juste quant à la prise de son.
Sur Pie Jesu du Requiem de John Rutter RR-57CD l’abondance de détails ainsi que la réverbération de la salle n’était aucunement mis à l’ombre des basses fréquences qui sont en abondance sur cet enregistrement.

On peut entendre facilement les différents niveaux d’un enregistrement multi-pistes.
Par exemple sur l’album de Patrick Husson « Le Jardinier » la pièce Mai Macsu, il nous a été possible de discerner le niveau de bruit de fond des différentes pistes lors de la prise de son, ce qui est une première.

Quant à l’énergie des cœurs sur l’album de Patricia Barber « Mithologies » sur The Hours. Jamais cette énergie n’est venue masquer les performances des autres musiciens comme sur mon lecteur personnel.

Les enregistrements qui ne sont pas au top vous donneront envie de passer à autre chose.
Le D10 est pourvu de commutateurs qui donnent la possibilité de changer le niveau d’échantillonnage ainsi que d’appliquer différents filtres sur le convertisseur numérique interne.

Selon l’enregistrement stéréo ou multicanaux, il est possible d’ajuster l’échantillonnage ainsi que le filtre.
La section analogique de cet appareil est pourvue de deux tubes 12AX7 et de deux ECC99.
Malgré l’utilisation de tubes le son n’est aucunement romantique comme pourraient le croire certains.

Tout comme le peuple qui l’a conçu, la personnalité du D10 mérite plus qu’une brève audition pour être apprécié.

Si vous avez envie de vous offrir un lecteur dans cette gamme de prix, que vous avez écouté la série les grosses pointures comme Esoteric de Teac, les Wadia et autres DCS et compagnie de ce monde, je vous recommande de mettre le D10 de T+A elektroakustik sur votre liste.


Avis de Jocelyn

En premier lieu, chez nous l’image stéréo s’est élargie de façon incroyable.
Sensation de pouvoir discerner les voix, de voir les chanteurs, je note une définition incroyable des médiums et hautes.

Je n`ai jamais entendu les voix de Jim Morrisson ( riders on the storms) avec autant de présence et naturel, la voix le Céline Dion, était incroyable (Je note une meilleure définition qu’avec le lecteur Naim s2, quant à Pink Floyd ça a été une découverte, avec une image holographique, très réaliste et naturelle.

Les filtres numériques sont plus ou moins convainquant dépendant du type de musique.
Un autre point que j’aurais aimé vérifier, est le réchauffement du lecteur, je n’ose imaginer trois jours de pré-chauffement et une alimentation électrique de mon set up convenable.
Bref le T+A D10 est un lecteur que tu ne veux pas laisser partir, car il procure beaucoup de sensations … incroyables.
Merci encore de cette belle écoute.


Avis personnel

Nous avons toutes et tous bien apprécié l’écoute du lecteur T+A sur les différents systèmes, types de musiques et différents câblages, des mots sont souvent revenus dans la conversation : Ouvert, Définition, Transparence, Réalisme, Haute résolution, Incroyable… liste non exhaustive.

Personnellement, je retiens de ces écoutes, un sentiment agréable d’avoir vécu une belle expérience, sans doute unique, ce n’est pas tous les jours que l’on peut réaliser le banc d’essai d’un appareil de ce calibre sur plusieurs jours et sur plusieurs systèmes.
D’autre part, je n’ai plus le même “regard” sur certains de mes disques, je garde en mémoire l’incroyable image stéréophonique que procure ce lecteur sur le mode N°3 (filtre numérique enclenché) les enceintes acoustiques disparaissent littéralement, pour laisser place à un mur de musique, c’est profond, incroyablement large, haut, les sons arrivent par vague successives pour nous plonger dans le feu de l’action, sur Requiems de John Rutter, c’est flagrant, quelle merveille, je n’ai jamais entendu ça sur le système de Marq; en fermant les yeux j’avais le sentiment d’être imprégné, cerné, baigné de sons, il n’y avait plus de haut-parleurs, mais seulement le show devant moi.

L’expérience s’est répétée chez Jocelyn, où sur des Acoustats de 8″ de haut et dans une pièce de 18″ de haut, toutes lumières éteintes avec comme seul éclairage le reflet de la lune au travers des arbres de la forêt, le T+A D10 nous a livré un spectacle grandiose, d’une largeur que nous n’avions jamais obtenu avant, nous avons réellement vécu des moments intenses, notamment sur Pink Floyd, où je peux vous assurer que nous étions transporté dans le “show live”, l’obscurité aidant, notre champ de vision ne faisait référence qu’aux sons, et inutile de vous dire que nous avons laissé passer plus d’une plage musicale sans interruption et qu’il a fallu qu’un de nous se décide à rallumer pour nous libérer de notre emprise musicale.

Je vous rappelle à toutes fins utiles qu’une pièce musicale de Pink Floyd dure au moins 10 minutes.

Quand tard le soir, Madame est venue nous rejoindre dans le salon d’écoute, le silence entres les passages musicaux étaient suffisamment évocateurs, je me souviens de ses mots : “c’est magnifique, on s’y croirait, je n’ai jamais entendu ce système jouer comme ça auparavant, quel réalisme …”

T+A D10

Ce qu’il faut retenir du Lecteur T+A D10

Points positifs

  • Haut pouvoir de résolution, notamment en jouant avec les différents réglages offerts en passant sur les filtres numériques et l’oversampling CD/SACD;
  • Restitution d’une image stéréo hors du commun, où les murs, comme les enceintes disparaissent littéralement, pour ne laisser place qu’à un “mur” de musique en 3D;
  • Ce lecteur n’est pas seulement bon, il est excellent et attachant, il est très difficile de se séparer de l’objet après avoir passé quelques heures en sa compagnie.

Points négatifs

  • Le prix : 11000,00 $ Can + taxes, quand même;
  • Télécommande en option;
  • Relative complexité de mise en œuvre et notice uniquement en Allemand et Anglais;
  • Pas de cordon d’alimentation électrique livré d’origine avec l’appareil, ce qui nous semble incongru en regard du prix de l’objet.

  • Point positif et négatif : Le T+A D10 est un objet attachant, dont il est très difficile de se séparer après quelques heures en sa compagnie, ce qui peut entrainer une immense frustration :-). .
  • Une fois retiré du système pour revenir à celui d’origine, c’est le choc… c’est à ce moment précis que l’on mesure le chemin parcouru en compagnie du T+A D10, et son fabuleux pouvoir de séduction, mais surtout de résolution.
  • Contact revendeur T+A au Québec (Canada)

    Coup de foudre audio

    Manager : Jennifer Cytrynbaum
    Product specialist : Graeme Humfrey.


T+A Manufacture

T + A elektroakustik GmbH & Co. KG
Planckstraße 11
D – 32052 Herford
Germany
Tel: (0049) 52 21 / 76 76 – 0
Fax: (0049) 52 21 / 76 76 – 76.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2006, les textes et photos sont la propriété de l’auteur.

Bonne journée et bonnes écoutes.