Forces spéciales

4
511
Film Forces Spéciales
Rate this post

Nous sommes vendredi, une fin de semaine s’annonce, alors parlons cinéma, si vous le voulez bien 🙂

Forces spéciales

Un film réalisé par : Stéphane Rybojad,
Genre : guerre de commando, guérilla Afghane,
Origine : France,
Année de sortie : 2011,
Durée : 107 minutes.

Film Forces Spéciales

Distribution :
Diane Kruger est Elsa Casanova – la journaliste française
Benoît Magimel est le capitaine “Tic-Tac”
Djimon Hounsou est le commandant Kovax
Alain Alivon : Marius, qui joue son propre rôle ou presque, c’est un ancien instructeur des commandos de marine
Mehdi Nebbou est Amin l’accompagnateur Afghan de Elsa
Denis Ménochet est le capitaine Lucas
Raphaël Personnaz : Elias, le sniper français
Alain Figlarz est Victor
Tchéky Karyo est l’Amiral Guezennec, patron du COS
Raz Degan est Zaief, le chef des preneurs d’otages
Comme vous avez pu vous en rendre compte, la distribution de ce film est de haut niveau, le plateau est de calibre international, ce qui donne encore plus de sens face aux conditions difficiles de tournage.

La bande annonce du film

L’histoire

Une journaliste réputée hostile à la présence des forces françaises en Afghanistan est enlevée par des talibans alors qu’elle était en reportage avec son assistant.
Devant l’imminence de son exécution, le gouvernement français donne l’ordre à l’armée de la récupérer … vivante.
6 hommes d’un commando d’élite de l’armée française est dépêché sur place, la mission d’extraction doit être rapide et sans bavure, les moyens mis en œuvre sont conséquents, chaque homme sait qu’elle est sa tâche et tout ce bel équilibre ne tient que par le fil des communications.
Une fois parachuté en zone hostile, les 6 hommes vont parvenir rapidement à retrouver les deux otages, mais c’est à cet instant que les choses s’enclenchent de façon à brouiller le plan établi.
Le chef de guerre et ses troupes de talibans vont se mettre en chasse pour récupérer leurs otages, c’est plus une question d’honneur qu’autre chose, dés lors le groupe de fuyards se dirigent à la frontière entre le Pakistan et l’Afghanistan par les montagnes, espérant échapper à leurs poursuivants et rallier au plus vite le point de rencontre avec l’hélicoptère de retour.
Il faut bien comprendre qu’ils se trouvent en terrain hostile à plus d’un titre, car c’est en plein cœur d’une zone tribale, perdue au milieu de nulle part, chaud le jour et froid la nuit, … 12 jours de course poursuite à la limite du supportable, la radio en panne, deux civils loins d’avoir le même entrainement, là commence véritablement l’action du film.

Mon avis

Contrairement à la majorité des critiques français dit “spécialisés” qui l’ont descendu en flamme, c’est un bon film dans le genre guerre, documentaire qui sort résolument des sentiers battus, jamais un film français n’est allé aussi loin avec un sujet si délicat et actuel.
Rien à voir comme d’autres l’ont comparé avec “Platoon” de Oliver Stone ou “Full metal jacket” de Stanley Kubrick, on est ici à visage découvert au cœur de l’action, pas de bla bla, pas d’effet de manche, ça va vite très vite parfois, ça sent la préparation aux manœuvres militaires, rien n’a été laissé au hasard, j’aime le soucis du détail, les militaires de carrière vont vraiment aimer, même si je sais que parmi eux certains vont s’interroger sur l’usage de certaines armes et équipement.
Les moyens mis en œuvre sont exceptionnels, l’armée française a dû mettre à la disposition du réalisateur des équipements tactiques, hélicoptères, avions, véhicules terrestres, armement et on voit même des prises de vues depuis le porte avions Charles De Gaulle, rien de moins.
Les scènes d’intervention sur le théâtre d’opération ressemblent de très près à la réalité.
Alors certes, il y a clairement un message pour délibérément faire l’apologie des forces militaires française et son action en Afghanistan, mais cela ne dérange en rien, car le scénario est bien construit et nous fait vivre l’action comme un reportage de guerre, caméra à l’épaule, c’est très réaliste et fort par moment.
Certaines scènes sont violentes, je ne suis pas sûr que les enfants devraient voir ça.
Il me semble que la banalisation de la violence conduit nos jeunes à perdre leurs repaires du bien et du mal, ce qui peuvent les conduire à des débordements comportementaux.
Le rôle de Marius est primordial selon moi, dés les premières minutes il assène de son regard dur et perçant son autorité d’instructeur de carrière puisqu’il joue sont propre rôle dans le film, ces quelques plans autour de son personnage sont marquants, dés le début du film on est mis en condition de ce qui va suivre, l’affrontement avec les armes n’est pas un pique nique pour ados pré-pubères en mal de sensations fortes, il s’agit là d’un voyage de non retour pour bien des combattants.
Magimel est comme à son habitude, charismatique, très à l’aise, je le retrouve un peu dans son personnage qu’il incarnait dans (L’ennemi intime ou encore Les chevaliers du ciel) à la différence qu’il campe ici un officier d’expérience qui sait où il s’en va, un vrai meneur d’hommes.

Il en a fait du chemin depuis son premier rôle dans la comédie d’Étienne Chatiliez, “La vie est un long fleuve tranquille” où il incarnait « Momo » Groseille.

Si vous avez aimé le film “unglorious bastards” de Tarantino et bien sachez que Diane Kruger partageait ce film avec Denis Ménochet qui incarnait alors Perrier La Padite, un excellent comédien, tout comme Marius, qui porte dans son regard tout le poids de son rôle, même si celui ci est mineur.

J’ai également bien apprécié de revoir Tchéky Karyo, son rôle lui va comme un gant, il arrive à un âge où il lui faut endosser des rôles plus matures que celui du flic corrompu dans “Le baiser du dragon” de Besson.
Lui aussi en a fait du chemin depuis le film “Les Nuits de la pleine lune” de Éric Rohmer, film sorti le 29 août 1984, que je ne vous conseille pas du reste, ce film est d’un ennui incommensurable.
Décidément il sait tout jouer ce gars là.

Diane Kruger est une fois encore mis dans une situation inconfortable, elle semble s’adapter tel un caméléon aux rôles de composition qui lui sont offerts, un visage d’ange qui se fait malmener, cela offre du piquant à l’histoire et les spectateurs aiment ça.
Mehdi Nebbou n’est pas en reste, il joue un rôle proche de celui qu’il avait dans le film “Body of lies” de Ridley Scott, il est lui aussi très très loin de son rôle de petit arnaqueur dans le film “Cash” aux côtés de Jean Dujardin, Jean Réno et Alice Taglioni.

Je l’avais bien aimé dans “Secret défense” aux côtés de Gérard Lanvin, un autre excellent film d’espionnage que je vous recommande chaudement.
Concernent le scénario, il y a très peu d’incohérence, sauf en ce qui a trait au temps passé dans le désert montagneux avec un civil, la gestion des vivres et le dénouement … je ne vous en dit pas plus.

S’il y a des militaires qui nous lisent, je suis intimement persuadé que vous allez vivre d’intenses moments et vous mettre à la place de vos camarades, c’est bouleversant par moment, car ça prend aux tripes de voir combien ils forment une unité dans les pires moments… vous comprendrez quand vous aurez vu.

Ce film vous en donnera pour votre argent tout en vous donnant un bon aperçu de ce qu’est un théâtre d’opération en temps de guerre, sur un terrain hostile loin de sa base, du bon cinéma, comme seul un spécialiste des manœuvres militaires sait le faire.
Bravo à Stéphane Rybojad et son équipe d’avoir eu la courage de tourner en zone parfois à risque, ce qui donne un peu plus de crédit à cette œuvre.

Ceux qui ont délibérément condamné ce film sont allés un peu vite en besogne, ils devraient aller le revoir, histoire de bien réaliser l’ampleur de la tâche, même si le scénario n’épargne personne au passage.
Moi en tous cas, je leur tire mon chapeau.


La pensée du moment :

Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire.
[Confucius].


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2012, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.
Bon divertissement.