Rehdeko & Co

Nous avons à cœur de vous parler de ce qui vaut la peine, au delà d’être justifié par le sentiment d’avoir quelque chose de spécial à partager, ce qui est une fois encore est le cas dans cet édito, puisque nous évoquerons par là même une marque méconnue, très prisée selon mes sources par des musiciens de renom.

Une marque, un nom

Loin de moi l’idée de vous en mettre plein la vue en vous jetant à la face des installations de rêves inaccessibles, ou de vous parler de gens riches et puissants super bien équipé de matériel dernier cri, qui nous laissent l’impression de vivre dans une sorte de show room permanent où rien ne traine, immaculé, pas une poussière, genre immense salle de bain bien arrangée où personne ne vit en vérité.
Qui ça intéresse?
Ni vous, ni moi.
Ça ne fera délirer que la mémère et le pépère, qui vivent depuis toujours leur vie par procuration au travers de celle des autres et qui s’étonnent tous les matins d’être seuls… vous voyez le tableau?

Et si nous osions, crime de lèse majesté, donner la parole à des gens du peuple, animés seulement par l’enthousiasme de partager leur vécu pour en inspirer d’autres, sans considération d’argent ni d’Ego?

En fait, le plus beau système, la plus belle histoire est toujours celle qui vient à l’origine du cœur, animée par une seule chose, la passion.
Cela peut être un système musical très ordinaire tout comme un projet plus ambitieux, avec toujours en toile de fond, une histoire et non pas un gros chèque déposé négligemment sur un comptoir; ce qui nous intéresse, c’est la démarche intellectuelle qui nous conduit à ce que nous sommes, ce qui prend généralement plusieurs dizaines d’années.

Simplement et sans fard, une personne que j’appellerai Hubert, va nous conter son histoire, quel a été le facteur déclenchant, quelles ont été ses rencontres et pourquoi il a porté son choix sur le matériel qu’il possède aujourd’hui.

Le récit qui va suivre est très proche de notre réalité à tous, beaucoup d’entres vous vont se reconnaître dans sa démarche et c’est ce qui nous rapproche les uns des autres, même si les choix porté sur le matériel reste très personnel, au bout du compte, seule reste les bonnes sensations, les émotions, l’aspect purement viscéral du ressenti.

Le plaisir d’écouter de la musique en somme, quelqu’en soit le fond et la forme 🙂

Bienvenue dans la vraie Vie, vous êtes maintenant en route vers Rehdéko avenue.


Bonjour Hubert, comment cette aventure dans le monde fascinant de la hifi a t elle commencé?

Je vais essayer de vous conter mon parcours en essayant d être bref mais précis car je suis tombé dans la marmite de la musique depuis mon plus jeune âge, cela remonte à maintenant 38 ans ! J’en ai 43 aujourd’hui…
Mon intérêt pour haute fidélité est venu vers mes 14-15 ans lorsque j’ai commencé à fabriquer mes premières enceintes avec des haut parleurs de télévisons que je récupérais.
Donc, j ai commencé à apprécier véritablement la musique vers mes cinq ans quand je prenais en cachette, le magnétophone de mes parents et leurs cassettes.
Dont deux qui m’ont marqué: le Te Deum de Marc Antoine Charpentier et la Toccata et fugue de J.S Bach.
Un passage marquant, de mes débuts de mélomane.

Une partie de la collection de disques vinyls

Le classique est considéré comme la grande porte, écoutais tu seulement ce style de musique?

Adolescent, j’écoutais de tout, mais avec une petite préférence pour Bob Marley et la soul music, puis le rap.
Mais quelques morceaux de jazz et de classique entendus à la radio ont aiguisé ma curiosité.
Comme tout le monde le sait, la curiosité est un vilain défaut, sauf que pour moi cela a été une ouverture vers le plaisir musical.
Toute ma passion pour la musique et plus tard mon attirance pour la haute fidélité sont venues de cette curiosité qui m’est restée.

Quels ont été tes premiers appareils?

Ma première vraie chaine hifi, fut achetée avec mes premiers salaires, à l’âge de 17 ans et demi.
Ce fut une mini chaine Sony FH 5 avec les fameuses enceintes APM, que je possède d ailleurs toujours.
Puis mon chemin professionnel, m’emmena en Arabie Saoudite ou je pu acheter du matériel plus conséquent, car les prix étaient de moitié par rapport à la France.
Mais ma connaissance en hifi était faible et provenait principalement de la lecture de magazines hifi.
Je suis donc rentré en France avec un lecteur cd Nad 504, un ampli Nad 304 et des enceintes Bose Acoustimas 5 série 2.
Une fois le tout installé dans mon appartement, j étais ravi, le son remplissait la pièce…
Le deuxième point marquant, de mon parcours arrive.

Une sélection de disques en CD

Avec qui partageais tu ta passion de la hifi?

Me promenant souvent en ville, le retours chez moi me faisait passer devant un petit auditorium discret.
Je n avais jamais osé y rentré, je ne comprenait pas trop ce que faisait ces gens assis devant des enceintes bizarres avec des haut parleurs de télévision. Jusqu’au jour ou ma curiosité fut plus forte que mon appréhension non fondée et je poussais enfin la porte. Un bonjour fut de mise, et l on me proposa de m installer sur une des chaises vacantes.
Je fis connaissance avec le maitre des lieux, Dominique Bolâtre, personnage ma foi sympathique.

Ma première question fut :  » Que sont ces enceintes bizarres avec des haut parleurs de voiture ? »
Je n’ai eu comme réponse, que : « vous aimez quoi comme musique? »

le disque fut envoyé et là je fis la connaissance de la marque d’enceintes acoustiques Rehdeko.
Le choc fut énorme, je suis resté bouche bée…

Premiers pas avec les enceintes Redhéko

Que s’est il passé par la suite?

Depuis cette rencontre en 1992, mon amour des enceintes Rehdeko est resté intact.
Dominique Bolâtre m a fait connaitre et comprendre la musique.
Je suis allé à de nombreux concerts dont le fameux festival de musique baroque de Beaune, en Bourgogne.
J ai pu y voir Jordi Savall, Monserrat Figueras, Sarah Minguardo et bien d autres. De grands moments inoubliables.
Dominique Bolâtre de l auditorium « Symphonie » fait toujours partie de mes relations et nous échangeons beaucoup, c’est avant tout un passionné de musique.
Ayant eu, dès le début, « les oreilles dans le bon sens » c’est à dire le concert acoustique, ma quête en haute fidélité a toujours été de retrouver à la maison ce que je pouvais entendre au concert ou tout simplement dans la rue en écoutant des musiciens s’y produisaient.

Voici donc, la première partie de mon parcours.
Dans la deuxième partie, je vous parlerai du matériel utilisé pour assouvir ma passion.

Le système actuel


La pensée du moment

« Si la musique nous est si chère, c’est qu’elle est la parole la plus profonde de l’âme » (R. Rolland).


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2012, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et/ou du magazine, sous licence creative commons.

Bon divertissement.

À propos de Marc Philip

Autodidacte et passionné de musique, photographie, cinéma, gastronomie. Apprécie les bons moments de la Vie, et surtout aime les partager avec les autres. Je déteste les imbéciles, surtout ceux qui ne sont même pas foutus d'être heureux.

Il y a 46 commentaires

  1. Hubert

    @stenat: Bonjour et merci stena, la patience (20 ans) et la persévérance m’ont permis de créer ce système, mais c’est surtout l’amour de la musique qui m’a poussé à y arriver.
    Musicalement.

    Hubert

  2. Philipe

    Bonjour

    je suis le gérant de PhP AUDIO. J’ai bien connu les création Redheko, ainsi que leurs créateurs Weber REHDE et son fils Joël et ce depuis l’âge de 17 ans! Des enceintes bien meilleures que des créations plus chères ou plus tapageuses. Il faut dire qu’être ingénieur et musicien ça aide beaucoup à placer les priorités musicales.

    Bonne quête!

  3. Hubert

    @Philipe: Bonjour
    J’ai eu la chance de rencontrer à deux reprises Mr Weber Rehde, personnage charismatique. Quand il parlait je ne pouvais que l’écouter ! Sa culture et sa connaissance de la musique était impressionnante.
    J’ai rencontré beaucoup plus souvent Joël qui passait à l’auditorium à Dijon, personne très sympathique et très ouverte d’esprit.
    Quant à leur enceintes , que dire ? Je ne pourrai vivre sans… Leur réalisme de restitution me laisse toujours sans voix.
    Leur mise en œuvre peut être pointue mais une fois la bonne association trouvée, elles vous le rendent au centuple 🙂
    Il ne me reste plus qu’à trouver une paire de RK 175 5S et la boucle sera bouclée.
    Ainsi que de déménager pour avoir un espace plus conséquent pour les laisser s exprimer ! 🙂
    Hubert

  4. misslin

    merci de votre réponse Hubert, mais je pense que nous avons déjà échangé plusieurs expériences sur les enceintes Rehdéko. Pour info dans le groupe Rehdéko sur facebook Superman c’est moi….

  5. misslin

    Effectivement, c’est une belle affaire, car j’ai vendu une paire de rk 25 de 1985 pour 900 € c’est 100 € de moins que mes RK 145 5S de 1999. J’ai traversé la France pour les avoir. En attendant une paire de RK 115 qui je l’espère ne devrait pas tarder. En attendant bonne musique, et à bientôt sur Facebook.

  6. jean marie

    Bonjour,
    je suis revendeur et ai représenté Rehdeko dans la dernière année de l’existence de la firme… A ce jour, je n’ai pas trouvé d’enceintes qui aient une âme comme celles là.
    La magie et le réalisme de leur retranscription sont à mon avis inégalés. Beaucoup de produits sont très recommandables et font de la musique, bien sûr, mais aucun n’a ce supplément d’âme inexplicable. Mes RK 125 5 S ne quitterons jamais mon salon.
    Merci pour ces articles et au fait, Hubert, j’adore ton T1… gardes tout comme ça, c’est super.
    Amitiés Rehdekistes
    Jean Marie

  7. Hubert

    @jean marie:
    Bonjour et merci Jean Marie.
    J ai pris plaisir à te lire, je sens bien la passion également chez toi 😉
    Il est vrai, que j ai du mal a écouter d autres enceintes aussi. Il y en a effectivement qui marchent très bien mais ils leur manque
    souvent cette petite étincelle qui fait que l on plonge dans la musique en oubliant tout le reste…
    C est pour cela que j ai gardé mes 125 malgré l achat des 145, c est ma première paire et j y tiens énormément.
    En tous cas, bonnes écoutes et au plaisir.
    Hubert

  8. Gérard

    Quel plaisir de lire tous ces commentaires sur les mythiques Rehdeko !
    jeune étudiant à Paris je suis allé au festival du son au grand palais, (premier contact avec Charlin et Rehdeko!), puis à la porte de Versailles, et là, double choc : trop timide pour demander des explications, et surtout sans le sous à cette époque, je me suis juré de retrouver cette marque plus tard !
    les années ont passé, avec le montage d’enceintes Supravox, etc… Ma passion de la musique classique me faisait évoluer dans les matériel hifi : Barthe, Marantz, Micromega, Kef coda 7, Onkyo D112, Klipsch RF7, ampli BADA et Flying Mole et j’en passe !
    Trente ans plus tard sur Ebay une paire de RK50 : et là j’ai re-découvert le chatoiement des aigus, la présence des instruments, la magnifique beauté des voix : je n’en revenais pas ! une paire de RK15 a suivi, avec re-cablage (câble argent sans bornier de sortie, direct ampli-hp ,de la maison du Haut-parleur à Lyon): après une période rodage, les basses sont arrivées, magnifiques d’équilibre et de réalisme ! tous les jours je m’émerveille !
    Il me reste deux regrets : ne pas avoir pu trouver une paire de RK175, pour le premier, et surtout le désespoir de voir que personne n’a repris le flambeau, que tout va disparaitre petit à petit,alors que je suis sûr qu’une SARL de Passionnés, aurait pu poursuivre cette grande œuvre, et prolonger la pérennité de la marque, quitte à les vendre encore plus cher, comme enceintes de prestiges ! Rehdeko va mourir comme Charlin : il va nous falloir attendre une nouvelle révolution , la projection holographique du son ?…
    Tous les jours mes enceintes vivent, chantent et pleurent… elles me suivront jusqu’à la fin, et je prépare petit à petit ma fille à recevoir cet héritage précieux!
    Merci à tous
    Gérard

  9. Paul

    Bonjour a tous, et merci Hubert pour ces témoignages.
    Je suis le tres heureux possesseur d’une paire de 175 5s ainsi que d’une paire de 145 5s. L’ecoute entre les 2 modeles n’est pas radicalement différente. On retrouve la meme précision, présence, vivacité, la principale différence vient surtout de la « taille du bain » musical dans lequel en tant qu’auditeur on se retrouve plongé. les 175 vont offrir une image plus vaste, encore plus « grandeur nature », avec un peu plus de 3D que les 145 et une dynamique encore améliorée (comme si c’etait possible…).
    J’ai eu la chance de rencontrer Weber et Joel Rehde à de nombreuses reprises ayant grandi à proximité de Bavans (petite ville ou ils habitaient). Ma récreation du samedi apres-midi etait d’aller ecouter de la musique dans leur « auditorium » qui n’etait rien d’autre qu’une assez grande piece toute simple ou étaient installés les différents modèles de la gamme. On se sentait tres rapidement un peu comme a la maison entre amis partageant la meme passion, pas rond de jambes, pas de chichis. Certains jours ils proposaient d’ecouter différentes version (prototype) d’une meme enceinte afin de valider certaines caractéristique de leur développement. A l’époque, j’etais étudiant (et donc sans le sous), malgré cela j’ai toujours été accueilli avec extreme gentillesse. Des que mes moyens me l’on permis, j’ai fait l’acquisition d’une paire de 115 que j’ai revendu ensuite pour acquérir les 145 et les 175. A ce jour je n’ai jamais rien entendu de comparable à une paire de RK50, 145 ou 175. Ce que confirme les témoignages de ce forum, comme de nonbreux professionnels de la branche qui ont proposé ces HP ainsi qu’un certain nombre d’anecdotes que j’ai personnellement vécu.
    Comme le décrit si bien Gerard ces HP rendent la musqiue vivante (c’etait d’ailleurs le credo de Weber et Joel) et on vit la musique avec ces enceintes plus qu’on ne l’ecoute. Je suis toujours attristé par l’idée que ces HP hors du commun ne soient plus fabriqués car beaucoup de vrais amateurs de musique passent a coté d’une expérience musicale unique…
    Bonne ecoute et beaucoup de plaisir avec vos « Rehde » !!
    Paul

  10. Hubert

    @Paul: Bonjour Paul

    Et merci à vous pour ce témoignage.
    Quelle chance vous avez de posséder une paire de 175 5S. Je suis actuellement à la recherche d une paire, mais elles sont tellement rares à la vente ! je ne perds pas espoir pour autant. Je ne me plains pas non plus, ayant la chance de posséder une paire de 125 5S et 145 5S, je ne suis pas démuni 😉
    Les 175 sont pour moi l aboutissement de ce plaisir musicale.
    Comme vous dites avec les Rehdeko, on vit la musique plus ce qu on l écoute. Le plaisir de retrouver la sonorité et le réalisme du concert acoustique…
    Un plaisir unique.

    Hubert

  11. Hubert

    @Paul: Bonjour Paul
    La persévérance dans mes recherches m a enfin permit de trouver une paire de Rehdeko 175 5S !
    Elles doivent arriver en Novembre à la maison, je suis impatient…! 🙂

  12. Geais Vincent

    @Hubert: G
    Je suis très heureux pour vous, c’est sensationnel. C’est le genre d’événement que j’aimerais bien vivre, bien que ma minuscule salle d’écoute ne me permette pas d’héberger ces splendeurs.
    Félicitations et profitez en bien.
    Un musicien qui a reçu le soutien des Rehde et de D. Bolatre pour son travail d’exploration sonore : les Musiques Electroniques de Chambre.
    Vincent.

  13. Hubert

    @Geais Vincent: Bonjour Vincent

    Ma pièce d écoute est également petite, malgré tout, j ai réussi a faire fonctionner mes RK 125 et 145
    de très belle manière. En faisant un peu de traitement acoustique, on obtient de très bons résultats avec la sensation d avoir une pièce plus grande.
    Je vais essayer avec les 175 quand elles seront arrivées, si je n y arrive pas, je laisserai les 125 en place
    en attendant de déménager et d avoir une pièce plus conséquente. Mais étant relativement obstiné, je vais tous faire pour faire sonner les 175 dans ma petite pièce !
    Etant curieux par nature, est il possible d écouter ce vous faites ?
    Au plaisir.

    Hubert

  14. Geais Vincent

    @Hubert:
    Bonjour,c’est encore moi Vincent. Je repasse par ce canal car j’ai eu des problèmes d’adresse sur ma boîte mail.

    Je ne doute pas que vous puissiez faire sonner les 175. Et, comme vous l’indiquez, un peu de traitement acoustique ne peut que faire du bien et je vous souhaite de parvenir très vite au plaisir que peuvent procurer les écoutes sur des RK 175 bien amplifiées. ( En plus des amplis, vous avez des câbles Crimson d’après la photo. Si tel est le cas, vous êtes un joyeux veinard.)
    D’autre part, je suis très touché par votre demande d’écoute de Musiques Electroniques de Chambre. ( C’est la part de mon travail que je revendique comme le plus grand aboutissement de mes recherches exploratoires dans le domaine de la synthèse sonore analogique expériementale.).
    Il n’y a aucun disque commercialisé contenant ne serais-ce qu’une parcelle de cet aboutissement. Mais pour comprendre dans quelles conditions entendre mon travail, faisons un peu d’histoire:
    – Mes modules de synthèse sont un aboutissement majeur dans l’histoire de la synthèse analogique. Il s’agit de modules Serge ( in extenso « Serge Modular Music Synthesizer » baptisés par un critique et musicien « le stradivarius de l’oscillateur ») augmentés de modules exclusifs réalisés à ma demande et spécialement dédiés à ce que je nomme la Stéréodynamie ( quand on l’entend, on comprend ). Inventés à l’origine par Serge Tcherepnin ( un autodidacte tout de même diplomé de Harvard et Princeton en physique et en composition après avoir fait ses classes en France, où il est né, auprès de Nadia Boulanger ) et son frère Yvan, au début des années 1970, ces modules ont rapidement intéressé une grande variété d’artistes de tous poil. Certains modules Serge furent même les premiers à « dialoguer » avec les baleines. Après le décès tragique d’Yvan, Serge cesse la production de ses enfants chéris. Des années plus tard, Rex Probe, un assistant occasionnel qui avait travaillé à souder les composants des premiers modules Serge, demande les plans des modules. Il améliore encore la définition, ( précision et stabilité au millivolt ) et les fait connaître au sein de son entreprise : Sound Transform System. C’est à lui que j’ai acheté mes modules.
    – Une fois l’ensemble des modules mis en oeuvre, je me rend compte que je ne dispose d’aucun moyen de savoir (d’entendre) ce que fait réellement mon « Serge ». Pendant une année et demi je m’informe un peu partout, notamment dans des auditoriums hifi ( croyaient-ils…) pour trouver une solution à ma quête. Mon projet de faire parler l’électricité, de l’entendre transduite en son ( « la corporification des sons dans l’espace » disait Edgar Varèse ) se concrétise de façon inattendue grâce à un tuyau d’un luthier de l’électronique française. Le nom qu’il me donne ne me dit absolument rien mais j’appelle un certain Joël Rehde, à Bavans, qui me dirige vers un revendeur Rehdéko plus près de chez moi. Dans l’hiver 98-99, dans l’auditorium de Claude Berger (également facteur d’orgue) nous entendons et voyons ( ce n’est pas une blague ) la naissance de ma première Nature Vive ( Les Natures Vives, ma 1ère musique électronique de chambre, sera créée en Juin 1999 dans un haut lieu de la culture contemporaine : L’ Espace de l’art Concret de Mouans-Sartoux, à l’instigation du musicien et conseiller de l’E.A.C Yves Rousguisto (qu’il soit ici aussi remercié). Mes trois contacts devenus amis ( D. Bolatre, J Rehde, C. Berger ) m’aident, me soutiennent, me conseillent et me permettent d’entrer dans un nouvelle ère créative, tant dans le domaine de l’invention sonore que dans la pédagogie de l’écoute ( écoute musicienne de tout fait sonore.).
        – J’ai promené tout mon dispositif partout où je travaillais et je comprenais aussi que je ne pouvais faire entendre mon travail que sur mon système d’écoute dédié ( devenu la voix de mon synthétiseur avec déjà à l’époque l’amplification Crimson etc… ) Donc, pas de disque mais une itinérance pour rencontrer les publics, à la manière des musiciens de la tradition orale que je revendique par ailleurs.
    – Pour profiter de la stéréodynamie, deux à cinq auditeurs par séance, placés en file indienne dans le noir absolu* à un emplacement précis, validé par l’écoute à la fin du rodage de la pièce qui devient pour l’occasion la caisse de résonance de l’instrument ( les enceintes sont les cordes vocales de mon dispositif ). En effet, les enregistrements ont été fait directement du Serge sur un DAT. Il n’y a donc aucun micro. De ce fait il n’y a pas de projection d’un espace acoustique dans un autre. Les « cordes vocales » du dispositif refont exactement ce qu’elles ont fait à l’instant I des chaque création. On se trouve de ce fait à l’intérieur de l’instrument! Chaque lieu bien sûr donne sa couleur, sa signature.
        – Il n’y a que 3 programmes pour l’instant. Une écoute toutes les demies heures. Vous pourriez inviter du monde et l’on pourrait jouer le programme sur les 175, pourquoi pas.
    Si cela vous tente, je suis partant.
     
    Cordialement,
     
    Vincent Geais ( vous trouverez peut-être encore des infos sur moi sur le net s’il en reste encore après plus de six ans d’arrêt pour cause de santé défaillante!)
     
     
    *même les diodes témoins de mise sous tension ainsi que l’afficheur de données du lecteur cd doivent être masquées ( facile pour les Rega avec la fonction écran éteint ) à l’aide de carton et de gaffeur (scotch noir épais qui ne laisse pas passer la lumière, que l’on utilise fréquemment dans le monde du spectacle). Entrée dans la salle un par un en suivant le faisceau d’une lampe éclairant le sol. C’est la perception son qui déterminera l’espace ressenti. C’est particulièrement nécessaire pour vivre pleinement le processus de stéréodynamie. Même dans une salle que l’on connait très bien, ça marche!
    Cela nécessite en outre un espace tampon entre la salle d’écoute et le public qui attend la séance suivante : Les niveaux sonores sont importants ( seules les Rehdéko peuvent faire vivre ses vies sonores intenses sans écraser le son et vriller les tympans ). Aucune bribe de son ne doit parvenir aux auditeurs en attente. Ce qui se passe à l’intérieur de la boite est vraiment extraordinaire. Ce que l’on perçoit en dehors est sans intérêt particulier mais risque d’affadir l’écoute, de gâcher la découverte in situ. Appartements déconseillés.
    NB. « Pour la petite histoire »
    J’ai eu la chance de pouvoir faire sortir S. Tcherepnin de son antre. Il vivait de nouveau en France depuis longtemps et s’était fait plus que discret. Il n’avait plus aucun contact avec le monde artistique – lui qui n’avait connu que cela depuis son enfance – et ne recevait aucun appel téléphonique directement. Ses proches écartaient toute tentative d’approche. ( à tel point que ses fils n’avaient jamais vu les réalisations de leur père!) Mais la chance m’a sourit. Stéphane kim, un musicien et technicien de l’électronique travaillant à l’époque pour « La muse en circuit » (en région parisienne) où je faisais un travail d’exploration sur le plus grand système Serge en France – conçu par Tcherepnin himself – a pu me fournir le numéro de téléphone du maître. Parlant assez bien l’anglais à l’époque j’ai pu dialoguer avec son épouse et expliquer ma démarche sans omettre de mentionner que je travaillais sur son grand système qu’il croyait perdu. J’ai eu un numéro de fax et je me suis fendu d’une lettre dans laquelle je parlais entre autre des modules spécifiques que j’avais fais faire et que bien sûr il était très important pour moi de le rencontrer car mon travail était aussi un hommage à son génie et à la foudre, fille mère de l’électricité, celle qui de tout temps nous a parlé, avant le mot musique, du tremblement de l’air. A ma grande surprise, c’est lui qui m’a recontacté pour me dire qu’il serait présent pour la restitution de mon travail de recherche. OUAH!!! Il ne voyait cependant pas à quoi pourraient bien servir les modules spéciaux que j’avais commandés.
    La première partie de la présentation était consacrée au travail réalisé sur son dispositif. La fin de la présentation fut consacrée aux Natures Vives ( dans des conditions très approximatives que je ne renouvellerai jamais ). La stéréodynamie a fait son oeuvre.
    A la fin de l’écoute nous sommes allés l’un vers l’autre et pour une fois je ne fus pas prolixe en parole. Il m’a dit : « maintenant je comprends. Je ne pensais pas qu’une telle chose était possible. » Il m’a serré dans ses bras, et m’a embrassé comme un père embrasse son fils . De vous le dire, j’en ai les larmes aux yeux. Et je sens encore son étreinte comme un remerciement et un encouragement. Ce fut un moment très fort, de ceux que l’on oublie jamais. ( accessoirement, c’est ce jour là que ses deux fils ont vu pour la première fois le grand Serge que leur père avait construit bien, bien avant leur naissance…)
    Voilà, j’en ai fini. Vous ne vous attendiez certainement pas à une si longue lettre. Pardonnez-moi. Mais je ne m’y attendais pas non plus. Cela s’est fait de fil en aiguille. Puis, du coup, j’en ai profité pour narrer cette aventure, dérouler le fil de l’histoire comme je ne l’avais jamais fais auparavant par écrit en tout cas. Alors, finalement, merci de m’en avoir donné l’occasion.
    Cordialement,
    Vincent Geais.

  15. Geais Vincent

    @Hubert:
    Bonjour,c’est encore moi Vincent. Je repasse par ce canal car j’ai eu des problèmes d’adresse sur ma boîte mail.

    Je ne doute pas que vous puissiez faire sonner les 175. Et, comme vous l’indiquez, un peu de traitement acoustique ne peut que faire du bien et je vous souhaite de parvenir très vite au plaisir que peuvent procurer les écoutes sur des RK 175 bien amplifiées.
    D’autre part, je suis très touché par votre demande d’écoute de Musiques Electroniques de Chambre. ( C’est la part de mon travail que je revendique comme le plus grand aboutissement de mes recherches exploratoires dans le domaine de la synthèse sonore analogique expériementale.).
    Il n’y a aucun disque commercialisé contenant ne serais-ce qu’une parcelle de cet aboutissement. Mais pour comprendre dans quelles conditions entendre mon travail, faisons un peu d’histoire:
    – Mes modules de synthèse sont un aboutissement majeur dans l’histoire de la synthèse analogique. Il s’agit de modules Serge ( in extenso « Serge Modular Music Synthesizer » baptisés par un critique et musicien « le stradivarius de l’oscillateur ») augmentés de modules exclusifs réalisés à ma demande et spécialement dédiés à ce que je nomme la Stéréodynamie ( quand on l’entend, on comprend ). Inventés à l’origine par Serge Tcherepnin ( un autodidacte tout de même diplomé de Harvard et Princeton en physique et en composition après avoir fait ses classes en France, où il est né, auprès de Nadia Boulanger ) et son frère Yvan, au début des années 1970, ces modules ont rapidement intéressé une grande variété d’artistes de tous poil. Certains modules Serge furent même les premiers à « dialoguer » avec les baleines. Après le décès tragique d’Yvan, Serge cesse la production de ses enfants chéris. Des années plus tard, Rex Probe, un assistant occasionnel qui avait travaillé à souder les composants des premiers modules Serge, demande les plans des modules. Il améliore encore la définition, ( précision et stabilité au millivolt ) et les fait connaître au sein de son entreprise : Sound Transform System. C’est à lui que j’ai acheté mes modules.
    – Une fois l’ensemble des modules mis en oeuvre, je me rend compte que je ne dispose d’aucun moyen de savoir (d’entendre) ce que fait réellement mon « Serge ». Pendant une année et demi je m’informe un peu partout, notamment dans des auditoriums hifi ( croyaient-ils…) pour trouver une solution à ma quête. Mon projet de faire parler l’électricité, de l’entendre transduite en son ( « la corporification des sons dans l’espace » disait Edgar Varèse ) se concrétise de façon inattendue grâce à un tuyau d’un luthier de l’électronique française. Le nom qu’il me donne ne me dit absolument rien mais j’appelle un certain Joël Rehde, à Bavans, qui me dirige vers un revendeur Rehdéko plus près de chez moi. Dans l’hiver 98-99, dans l’auditorium de Claude Berger (également facteur d’orgue) nous entendons et voyons ( ce n’est pas une blague ) la naissance de ma première Nature Vive ( Les Natures Vives, ma 1ère musique électronique de chambre, sera créée en Juin 1999 dans un haut lieu de la culture contemporaine : L’ Espace de l’art Concret de Mouans-Sartoux, à l’instigation du musicien et conseiller de l’E.A.C Yves Rousguisto (qu’il soit ici aussi remercié). Mes trois contacts devenus amis ( D. Bolatre, J Rehde, C. Berger ) m’aident, me soutiennent, me conseillent et me permettent d’entrer dans un nouvelle ère créative, tant dans le domaine de l’invention sonore que dans la pédagogie de l’écoute ( écoute musicienne de tout fait sonore.).
        – J’ai promené tout mon dispositif partout où je travaillais et je comprenais aussi que je ne pouvais faire entendre mon travail que sur mon système d’écoute dédié ( devenu la voix de mon synthétiseur avec déjà à l’époque l’amplification Crimson etc… ) Donc, pas de disque mais une itinérance pour rencontrer les publics, à la manière des musiciens de la tradition orale que je revendique par ailleurs.
    – Pour profiter de la stéréodynamie, deux à cinq auditeurs par séance, placés en file indienne dans le noir absolu* à un emplacement précis, validé par l’écoute à la fin du rodage de la pièce qui devient pour l’occasion la caisse de résonance de l’instrument ( les enceintes sont les cordes vocales de mon dispositif ). En effet, les enregistrements ont été fait directement du Serge sur un DAT. Il n’y a donc aucun micro. De ce fait il n’y a pas de projection d’un espace acoustique dans un autre. Les « cordes vocales » du dispositif refont exactement ce qu’elles ont fait à l’instant I des chaque création. On se trouve de ce fait à l’intérieur de l’instrument! Chaque lieu bien sûr donne sa couleur, sa signature.
        – Il n’y a que 3 programmes pour l’instant. Une écoute toutes les demies heures. Vous pourriez inviter du monde et l’on pourrait jouer le programme sur les 175, pourquoi pas.
    Si cela vous tente, je suis partant.
     
    Cordialement,
     
    Vincent Geais ( vous trouverez peut-être encore des infos sur moi sur le net s’il en reste encore après plus de six ans d’arrêt pour cause de santé défaillante!)
     
     
    *même les diodes témoins de mise sous tension ainsi que l’afficheur de données du lecteur cd doivent être masquées ( facile pour les Rega avec la fonction écran éteint ) à l’aide de carton et de gaffeur (scotch noir épais qui ne laisse pas passer la lumière, que l’on utilise fréquemment dans le monde du spectacle). Entrée dans la salle un par un en suivant le faisceau d’une lampe éclairant le sol. C’est la perception son qui déterminera l’espace ressenti. C’est particulièrement nécessaire pour vivre pleinement le processus de stéréodynamie. Même dans une salle que l’on connait très bien, ça marche!
    Cela nécessite en outre un espace tampon entre la salle d’écoute et le public qui attend la séance suivante : Les niveaux sonores sont importants ( seules les Rehdéko peuvent faire vivre ses vies sonores intenses sans écraser le son et vriller les tympans ). Aucune bribe de son ne doit parvenir aux auditeurs en attente. Ce qui se passe à l’intérieur de la boite est vraiment extraordinaire. Ce que l’on perçoit en dehors est sans intérêt particulier mais risque d’affadir l’écoute, de gâcher la découverte in situ. Appartements déconseillés.
    NB. « Pour la petite histoire »
    J’ai eu la chance de pouvoir faire sortir S. Tcherepnin de son antre. Il vivait de nouveau en France depuis longtemps et s’était fait plus que discret. Il n’avait plus aucun contact avec le monde artistique – lui qui n’avait connu que cela depuis son enfance – et ne recevait aucun appel téléphonique directement. Ses proches écartaient toute tentative d’approche. ( à tel point que ses fils n’avaient jamais vu les réalisations de leur père!) Mais la chance m’a sourit. Stéphane kim, un musicien et technicien de l’électronique travaillant à l’époque pour « La muse en circuit » (en région parisienne) où je faisais un travail d’exploration sur le plus grand système Serge en France – conçu par Tcherepnin himself – a pu me fournir le numéro de téléphone du maître. Parlant assez bien l’anglais à l’époque j’ai pu dialoguer avec son épouse et expliquer ma démarche sans omettre de mentionner que je travaillais sur son grand système qu’il croyait perdu. J’ai eu un numéro de fax et je me suis fendu d’une lettre dans laquelle je parlais entre autre des modules spécifiques que j’avais fais faire et que bien sûr il était très important pour moi de le rencontrer car mon travail était aussi un hommage à son génie et à la foudre, fille mère de l’électricité, celle qui de tout temps nous a parlé, avant le mot musique, du tremblement de l’air. A ma grande surprise, c’est lui qui m’a recontacté pour me dire qu’il serait présent pour la restitution de mon travail de recherche. OUAH!!! Il ne voyait cependant pas à quoi pourraient bien servir les modules spéciaux que j’avais commandés.
    La première partie de la présentation était consacrée au travail réalisé sur son dispositif. La fin de la présentation fut consacrée aux Natures Vives ( dans des conditions très approximatives que je ne renouvellerai jamais ). La stéréodynamie a fait son oeuvre.
    A la fin de l’écoute nous sommes allés l’un vers l’autre et pour une fois je ne fus pas prolixe en parole. Il m’a dit : « maintenant je comprends. Je ne pensais pas qu’une telle chose était possible. » Il m’a serré dans ses bras, et m’a embrassé comme un père embrasse son fils . De vous le dire, j’en ai les larmes aux yeux. Et je sens encore son étreinte comme un remerciement et un encouragement. Ce fut un moment très fort, de ceux que l’on oublie jamais. ( accessoirement, c’est ce jour là que ses deux fils ont vu pour la première fois le grand Serge que leur père avait construit bien, bien avant leur naissance…)
    Voilà, j’en ai fini. Vous ne vous attendiez certainement pas à une si longue lettre. Pardonnez-moi. Mais je ne m’y attendais pas non plus. Cela s’est fait de fil en aiguille. Puis, du coup, j’en ai profité pour narrer cette aventure, dérouler le fil de l’histoire comme je ne l’avais jamais fais auparavant par écrit en tout cas. Alors, finalement, merci de m’en avoir donné l’occasion.
    Cordialement,
    Vincent Geais.

  16. Hubert

    @Geais Vincent: Bonjour
    Je vois que vous êtes vraiment passionné rien qu’à vous lire !
    L’expérience d’écoute de vos compositions aurait été avec grand plaisir,vous avez encore plus aiguisé ma curiosité !
    Cela serait je pense un peu juste, dans ma maison, la pièce d’écoute ne fait que 12,4m² et je n ai pas de pièce « tampon » sans compter mes 3 bambins en bas âges, le dernier à cinq mois !
    Avez vous déjà demandé à Dominique Bolatre de faire un petit salon découverte de vos compositions ? Je pense qu’il serait plus à même que moi pour organiser cela.
    Musicalement
    Hubert
    En tous cas vous m’avez fait découvrir quelque chose que je ne connaissais pas auparavant.

  17. Demanche

    Bonjour Vincent

    Les RK 175 sont bien à la maison, par contre j ai eu un soucis, avec les pieds, qui ont été brisées par le transporteur !!! J ai du engager une procédure juridique car il ne veut pas reconnaitre sa responsabilité… C’est bien triste d en arrivé là, mais je n ai pas le choix.

    Sinon, tout va bien 😉 l essentiel étant que les enceintes soient impeccables, ce qui est le cas.
    J ai donc improvisé les pieds avec les plateaux récupérés …
    Les premières écoutes furent un peu déroutantes, trés peu de grave, medium-aigu un peu brillant et hyper défini.Je les ai laissées se roder pendant quelques jours comme cela, ce fut un peu mieux mais pas encore cela…
    J ai donc décidé de tenter une bi-amplification verticale, en amplifiant, avec chaque bloc mono, le grave et le médium-aigu séparément pour chaque enceinte. A ce moment là, tout c est mit en place !:) Le grave dantesque, d’une propreté et profondeur impensable, le médium superbe et un aigu qui file très haut sans dureté. La restitution est magnifique de naturelle. L image sonore se déploie dans les trois dimensions avec une précision et une stabilité
    sidérante. Le plus impressionnant est que, malgré leur dimensions assez importantes, les enceintes disparaissent totalement et laissent place à une scène sonore d un réalisme étourdissant.
    Les différents interprètes sont ressentis avec une présence troublante et la sensation que l on peut réellement les toucher !
    Je suis assez dithyrambique, mais le plaisir musicale à l écoute des 175 est sans commune mesure. Juste la sensation d être là avec les artistes.
    C est vraiment une expérience assez unique !

    Hubert

  18. PAul

    @Hubert: Bonjour Hubert,
    Félicitation pour votre acquisition. Bonne année et surtout beaucoup de plaisir avec les 175, je me rejouis de lire vos commentaires sur l’ecoute des 175.
    Dernierement, j’ai testé un ampli a tube de la marque Allnic (T1500, type 300B single ended) avec mes 175: une pure merveille !!! La dynamique des 175 mélangée avec la douceur et le son aéré de l’ampli produit un résulat tout a fait remarquable qui permet encore davantage au 175 de s’exprimer.
    A tester si l’occasion vous en ai donnée. Je suis toujours autant bluffé par ce que ces HP arrivent a produire… (on ne se lasse pas des bonnes choses :-)).
    Amicalement,
    Paul

  19. Stefano

    Bonjour à tous. J’interviens pour la première fois dans cette discussion qui a suscité un grand intérêt de ma part en constatant que, plusieurs années après la fermeture de l’usine, il y a toujours des audiophiles qui manifestent leur passion pour les Rehdékos. J’ai acheté mes premières enceintes Rehdékos, RK 125, il y a 15 ans. Trois ans après je les ai remplacées avec des 145. Par la même occasion, j’ai changé les amplificateurs Crimson avec des DNM. Quelques ans après j’ai renoncé à acheter des 175 d’occasion par crainte de rendre indispensable un nouvel upgrade de l’électronique. Depuis ma chaîne hi-fi n’a plus évolué. Dès lors je suis intéressé à l’expérience d’Hubert. Serait-il possible d’avoir plus de détails sur « l’amplification bi-verticale » adoptée ?

    Meilleurs messages. Stefano

  20. Hubert

    @Stefano:
    Bonjour Stefano

    Pour la bi amplification verticale,j utilise les deux paires de sorties hp de chaque bloc mono Crimson, une sortie pour amplifier le hp de grave d une part et la deuxième sortie pour amplifier les hp médium et tweeter couplés d autre part.
    J ai retiré la totalité du bornier pour me branché par soudure quad eutétique directement sur les câbles des enceintes.
    De ce fait, chaque enceinte a la partie grave et médium-aigu amplifier séparément.
    Le gain est très sensible et les enceintes disparaissent totalement à l écoute, ce qui est assez bluffant
    au vu de leur taille imposante. La scène sonore est impressionnante de réalisme et change de façon évidente sur chaque prise de son. A chaque écoute, je suis toujours surpris et j ai vraiment du mal a faire autre chose
    qu écouter tellement c est captivant. Même lire un magazine est difficile, instinctivement la tête ce relève
    car la sensation de présence est vraiment troublante. Mon petits dernier qui n a que 8 mois en fait de même, il lâche les jouets et lève la tête quand il écoute avec moi 🙂
    Ces enceintes sont vraiment addictives et le plaisir et renouvelé à chaque écoute.
    Elles sont relativement facile a faire marcher pas besoin d upgrader son matériel si il est bon pour
    des 125 ou 145. Mes 125 et feux mes 145, vendues pour l achat des 175, ont fonctionné avec mes Crimson 640 E3.
    Je précise E3 pour les Crimson, car ayant eu les trois versions E1, E2 et E3, ces dernières versions sont vraiment bien au dessus des précédentes. Couplés au pré ampli 710 le résultat est vraiment parfait …
    Sur ce, je vous souhaite beaucoup de plaisir musical.

    Hubert

  21. Paul

    Bonjour Hubert,

    Grand merci pour ces infos, j’envisage de faire de meme sur les miennes, un ancien revendeur Rehdeko me propsait de faire cette modification car cela permet d’apres lui d’ameliorer sensiblement les performances des HP, ce que vos commentaires confirment. Y-a-til des precautions/recommandations particulieres pour réaliser cette modification, en particulier vis a vis du cablage interne?

    Merci
    Paul

  22. Stefano

    Un grand merci aussi de ma part Hubert. J’ai vraiment apprécié vos commentaires précis et articulés. L’anecdote concernant votre bébé (félicitations !) m’a beaucoup plu. Pour revenir à nos enceintes, à la lumière de vos explications je m’interroge si une telle solution est faisable en ce qui me concerne car mon ampli DNM (PA3) a déjà 3 paires de sortie et les RK145 étant à trois voies, aigus, médiums et graves sont déjà alimentés séparément par trois câbles DNM par enceinte. Mais il se peut aussi que mes connaissances techniques limitées du sujet, m’empêchent de saisir votre explication dans toute sa complexité. Bonne journée à tous. Stefano

  23. Geais Vincent

    Bonjour à tous.

    Le meilleur moyen d’augmenter encore les performances de nos enceintes Rehdéko ( quel que soit le modèle ) est de les faire recabler (en interne donc) avec du câble Crimson. C’est un projet que nous avions avec Dominique Bolatre (distributeur Crimson en France – anciennement auditorium Rehdéko). Nous avons reçu l’accord de Joël Rehde pour faire cette optimisation qui demande un savoir faire que D. Bolatre est le seul à posséder en France.
    Le résultat sur ses 115 (les premières câblées Crimson)est stupéfiant. Les heureux possesseurs d’enceintes Rehdéko ont de beaux jours devant eux. Il faut bien sûr prendre rendez-vous pour « l’opération » (auditorium Symphonie à Dijon, 03 80 43 21 25 ) et amener vos enceintes vous même pour éviter la mésaventure de notre ami Hubert. En attendant, le changement de câbles numérique, modulation, enceinte sur votre système doit être une priorité quelle que soit la valeur marchande de ceux que vous avez. ( pour infos : les possesseurs de câble Stéréovox SEI les revendent pour acheter les Crimson encore plus ouvert et plus naturels et bien plus léger pour le porte monnaie qui plu est. J’ai toujours pensé et dit à qui voulait l’entendre, à la naissance du préampli CS710, que si Rehdéko avait réinventé la lune, Crimson avait inventé la fusée la plus performante pour nous y déposer. Avec l’avènement des câbles (sans perte d’info, quelque soit la longueur!) Crimson a déposé la lune au bout du jardin. Attention cependant, comme nos « Rehde », il ne masquent pas la misère…
    A nous les beautés du patrimoine sonore enregistré.
    Vincent.

  24. Hubert

    @Paul:
    Bonjour à vous !

    Je vais essayer de répondre à tout le monde 😉

    En ce qui concernent la bi-amplification, il n y a rien de sorcier si vous possédez les amplis adéquats.
    Il suffit de retirer le bornier en désoudant les câbles DNM derrière.
    Les trois câbles DNM dans les enceintes sont repérés tweeter, medium et grave donc pas de soucis de repérage.
    Après il suffit de souder directement vos câbles enceintes dessus.
    Souder les câbles DNM tweeter et médium ensemble puis sur vos câbles enceintes pour une voie ( + et -) et le grave sur la deuxième voie.
    Le mieux est de les protéger avec de la gaine thermo elec (pour éviter tout contacts entre voies), on en trouve chez dans les magasins de bricolage.
    Utiliser une soudure de qualité , sans plomb. Vous pouvez en trouver sur ebay pour pas cher.
    J utilise la soudure Cardas quad eutétique qui donne de bons résultats, mais il y en a d autres…

    J en suis venu a cette modif du fait de mon impatience 😉 lorsque j ai reçu mes 175 qui étaient équipées en borniers Reson et je n avais pas les adaptateurs. Donc pour pouvoir faire une écoute j ai fait chauffé le fer !
    Par contre un petit conseil, si vous utilisez la bi amplification comme je l ai fait, n hésitez pas a intervertir les branchements , du grave et du médium-aigu, derrière vos amplis, les résultats d écoutes peuvent différer.
    Une des sorties sera moins rodée que l autre…

    Le retrait des borniers est à mon avis une bonne chose, je ne renie pas les qualités de ceux en place, loin de là, mais moins il y a d obstacle entre les hp et les sorties amplis mieux c est.
    Je pense que même sur des 145 l opération peux être bénéfique.

    En ce qui concerne le câblage en Crimson, c est une solution que j envisage. j en ai parlé avec Dominique Bolatre. Et ce sera la prochaine étape. Je pense faire sortir directement les câbles jusqu au amplis et faire la jonction médium-aigu au niveau des fiches de branchement des amplis.

    Pour vous Stefano, l opération est déjà faite ! du fait des borniers Reson et des amplis DNM.

    Je reste à votre écoute.

    Hubert

  25. Stefano

    Encore un grand merci pour toutes ces explications Hubert. Merci aussi à Vincent pour son tuyau sur les câbles Crimson. J’ai bien pris note de tous ces avis et je vais en parler à mon revendeur de confiance car il est hors de question que, le cas échéant, je me lance tout seul dans une telle opération. En tout état de cause il faudra que j’attende encore un moment puisque actuellement j’habite à…..1’800 km à l’est de la frontière franco-suisse. Pas très pratique, même si le volume du coffre de ma DS pourrait aisément contenir mes RK145. Ce n’est que partie remise.

    Bonne soirée à tous. Stefano

  26. Hubert

    @stenat:
    Bonjour Stena

    C est vrai qu une rencontre est toujours plus enrichissante qu une discussion par mail.
    Les contraintes professionnelles et familiales de chacun font que les rencontre sont souvent difficiles
    mais pas impossibles.
    Si vous habitez à proximité des Bouches du Rhône, ce serai avec plaisir …

    Hubert

  27. Geais Vincent

    Bonjour Hubert.

    En relisant votre correspondance, j’ai retrouvé une marque que je ne connaissais pas dans le domaine du meuble hifi. Il s’agit des plaques « durisol ». Je n’ai trouvé que des infos portant sur un matériaux de construction, une sorte de béton… Donc, où puis-je trouver de l’info sur ces plaques (caractéristiques, comment se les procurer…) qu’est-ce qui a motivé votre choix, quel est le résultat audible de leur mise en oeuvre.
    Merci.

  28. Hubert

    Bonjour Vincent

    Le durisol est matériau très dense et composé de multiplis et de résine, le poids de chaque plaque avoisine les 7-8 Kilos !
    J ai également essayé dans trouver dans le commerce, mais rien ! toutes mes recherches ont été vaines.
    En fait , j ai récupéré ces plaques, après autorisation, lors de mon travail dans un centre d essai en vol..

    Leur apport, diffère selon les appareils mais en général cela se caractérise par un son plus net et plus ouvert et un grave plus propre. La scène sonore est plus détourée.
    En fait, j ai testé beaucoup de matériaux différent sous mes appareils et le durisol est un de ceux qui a donné des résultats probants ainsi que le contre plaqué de
    bambou que j utilise également beaucoup et depuis longtemps. Vous remarquerez, par ailleurs, que de plus en plus de fabricants d enceintes et meubles hifi haut de gamme s en servent de plus en plus souvent, voir JoSound, Nautile acoustique …

    Hubert

  29. giblet

    J’ai deux enceintes Rehdeko RK25 achetées directement à Bavans dans les années 1990. Merci de me faire une offre si vous êtes amateurs de ces bijoux.

  30. François

    Bonjour,
    J’ai eu un (petit) choc en ouvrant cette page car je pense avoir été l’heureux premier propriétaire des 145 que l’on voit sur les photos. Je les avais commandées directement à Bavans, peu avant le décès de Weber REHDE et son fils m’avait rappelé quelques mois plus tard pour savoir si j’étais toujours intéressé, ce qui était bien sûr le cas. J’ai pris livraison de mes enceintes quelques mois plus tard, avec quand même une petite déception : elles étaient « noir lacqué » et je les souhaitais « bois naturel ». Au bout de plusieurs années, je me suis décidé à les poncer et j’ai dû refaire un placage sur le face avant (et je reconnais particulièrement bien le placage sur les photos). J’espère que vous appréciez ces enceintes autant que je les ai moi-même aimées. J’avais besoin à cette époque de revendre ces enceintes pour financer (très partiellement) l’achat d’une autre paire d’enceintes mais je dois reconnaitre, même si je ne regrette absolument pas mon nouvel achat, que j’aimerais de temps à autres pouvoir écouter à nouveaux ces Rehdekos magiques. Profitez en bien, elles le valent bien

  31. Hubert

    Bonjour Francois

    Oui, ce sont apparemment bien vos enceintes que j ai eu en ma possession. Je ne comprenais pas pourquoi les évents étaient noirs !
    L ancien propriétaire ne me l avait pas stipulé.
    Elles sont allées rejoindre la demeure d un autre passionné de Rehdeko, qui a attendu presqu’un an pour que je les lui cède ! car j avais également un projet sur l achat de nouvelles enceintes et pas des moindres, vu que ce sont des Rehdeko RK 175… Et je ne voulais pas quitter les 145 pour autre chose que des 175.
    Donc elles ravissent les oreilles d un passionné qui les alimente avec des amplis à tube. cela doit donner une belle écoute.
    Je peux maintenant me délecter de mes 175 qui sont vraiment fabuleuses. Un peut dures à mettre en oeuvre, je le conçois, mais une fois cela fait
    quel bonheur.
    Les RK 125 5S sont elles, toujours stockées dans leurs cartons, en attente de plus de place pour un deuxième système.

    Qu’ elles sont vos nouvelles enceintes qui vous on fait quitter Rehdeko ?

    Cordialement.

    Hubert

  32. François

    Bonjour Hubert,

    Vous aviez sûrement acheté ces Rehdeko 145S à un certain Sylvain B. C’est lui qui les avait achetées au magasin de HiFi qui m’avait fait la reprise quand j’ai acheté mes nouvelles enceintes (des enceintes à pavillons Avant-Garde, c’est une marque allemande).
    J’alimentais également les Rehdekos (comme les Avant-Garde d’ailleurs) avec pré-amplis et amplis à tube (tout Audionote au début, puis ensuite des blocs monos Live Sound) et le son était vraiment très vivant. L’un des avantages des enceintes à très haut rendement, c’est justement de pouvoir utiliser des amplis peu puissants (8 watts pour les 2 que j’ai eu précédemment).
    Je n’ai malheureusement jamais eu la chance d’écouter des 175…

    Cordialement,
    François

  33. Hubert

    Bonjour Smart

    Je vous dirai qu un prix correct tourne autour de 2500 euros selon l’état.
    Mais les prix fluctuent, comme en ce moment en Allemagne, où ont les trouvent plutôt vers les 4500 euros ! ce qui me semble irréaliste.
    Il y a des périodes où vous en trouverez plus ou moins facilement.
    Il faut être patient ! et sauter sur la belle occasion quand elle se présente car les 145 5S se font de plus en plus rares à la vente.
    Je pense que l’on peut aller jusqu’à 3000 euros pour paire en état impeccable avec les pieds d origines.
    En espérant que cela vous aura aidé.

    Bonne recherche.

    Hubert

  34. bebel

    bjr je vends une paire de 145 s 5s noire en parfait état …. avec plaquette or rehdeko et connectique rehdeko .faire offre ..réaliste . .merci .cordialement
    écoute possible ..

    1. Julien

      Bonsoir bebel, je tombe seulement sur tous ces commentaires très intéressants, et votre message… Vos RK145-5S sont-elles toujours dispos ? Merci

      1. bebel

        bonjour Julien ,

        Merci de votre retour; pour l’instant j’ai mis en parenthèse cette vente. Je dois vous avouer que j’ai du mal à m’en séparer !!
        Merci de votre compréhension .
        Bonne recherche .
        BEBEL.

  35. Jacques Henriet

    Bonjour Hubert, bonjour à tous, votre passion est terriblement contagieuse et elle m’a conduite a l’acquisition de magnifiques RK50. Magnifiques mais un quelques chose n’allait pas : un des haut parleur haut medium ne fonctionne pas. Sauriez vous s’il est possible de le remplacer?
    Merci,

    Bien à vous,
    Jacques

  36. lançon

    bonjour, j’ai acheté à Bavans des enceintes Rehdeko (je ne sais mm plus si c’est des 25 ou 50) il y a 20 ans, elles m’ont suivi partout et enchantées toutes les musiques que j’aime, mais pour un after un peu poussé ou chacun y allait de son style avec le volume au taquet,le boomer basse d’ une des enceinte a claqué….enfin plus de son quoi… le boomer est intact…. je suis un peu dépité… ma question est-ce réparable et où??? je l’ai démonté mais je ne vois rien « d’anormal »
    Une bouteille à la mer
    mille merci à celui(celle) qui pourra m’aider
    Phiz

Laisser un commentaire