Pierre Sibille Bluesman

5
330

Introduction

J’ai eu l’opportunité, grâce aux bons soins de “Pilou The disquaire” (Harmonia Mundi à Hyères), de faire la connaissance de Pierre Sibille, auteur, compositeur et interprète, d’origine Française.
Joueur de Blues devant l’éternel, peu connu dans nos contrées, alors qu’il y réside; de bonnes raisons pour s’intéresser à son cas.
Dans un premier temps, j’ai découvert le collectif Blues’Up.

Et là, le choc … c’est du bon, du très bon … mais comment est ce possible de passer à côté de ces artistes?
Une fois son dernier album “Since Ain’t Got You” entres mes mains (oreilles), j’arrive à mieux cerner le personnage.

Balades blues, majoritairement interprétées en anglais à quelques exceptions près, comme le fameux “Merde à Vauban” de Léo Ferré, le style général de l’album est à la fois blues, jazz, soul, funky, …
On sent la “US touch”, sur certaines orchestrations complexes.
Nous sommes loin des grosses prods aseptisées; avec charisme, d’une voix posée, articulée, ni trop ni pas assez dans le registre grave, Pierre Sibille semble ne pas perdre son souffle et garde la maîtrise.

Successivement aux claviers, harmonica et chant il dresse un savant mélange des genres autour du thème blues/jazzy, servi par des textes inspirés et inspirants, grâce à sa forte personnalité.

Les plus attentifs d’entre vous ne manqueront pas de remarquer le style inspiré de quelques artistes connus et reconnus, tel que : Ray Charles, Herbie Hancock, Quincy Jones, …
Mais il suffit, je laisse le soin à l’intéressé de se présenter, car nous aurons le loisir de parler plus en détail de ses productions musicales et en particulier de son dernier CD “Since Ain’t Got You“, ceci dans une prochaine édition.

Bienvenue dans le studio “pro” de Pierre Sibille, comme si vous y étiez.

 

Pierre Sibille

Pierre, peux tu te présenter en quelques mots?

J’ai 36 ans, je suis né à Hyères dans le Var (France) où j’ai grandi.
Mes parents étant passionnés de musique j’ai toujours eu quelque chose à écouter… Voyant mon intérêt pour la musique, ma mère à tout mis en oeuvre pour que je fasse du piano.

Cours de piano à Hyères avec Jeanne Molinari, pour ensuite travailler de manière autodidacte parce que je voulais être capable de jouer du Blues.
Cette musique m’a touché depuis l’âge de 6 ou 8 ans.
C’est à 13 ans que j’ai commencé à jouer dans différents endroits, avec différents groupes.
Tout ça à évolué jusqu’à mes 19 ans où je suis allé étudier et surtout “faire” les clubs à Paris.
J’ai débuté aux 3 Mailletz, puis au St Germain, le Latitude, le Méridien… la liste est longue! J’ai toujours rencontré des musiciens qui m’ont donné envi de progresser.
Je me rappelle avoir entamé les choses sérieuses dans le sud avec Rudy Piccinelli qui est un formidable batteur et puis ça a continué…
Clubs, Festivals, un premier album de Blues en 94 (BLUES IN A GROOVE) avec François Réau batteur qui à joué sur tous mes projets et Enzo Mucci qui était entre autre le contrebassiste de Memphis Slim!
Un album Studio en 96 (I AIN’T GOT TIME) qui est la rencontre avec Fred Doumbé (Basse) Richard Arame (Guitare) Jon Handelsman (Sax) et James Powell (Trompette).

J’ai enregistré ensuite 2 “lives” LE SATELLIT à l’orgue Hammond en 98 et l’ARCHIPEL ACOUSTIC LIVE en 2000 au Piano avec Jaco Largent aux percussions et Richard Arame à la guitare acoustique.
De 95 à 97 j’ai fait 2 années à l’AMERICAN SCHOOL OF MODERN MUSIC à Paris qui est un peu l’équivalent de l’enseignement de BERKLEY SCHOOL (Boston).
Tout ceci m’a permis de mettre de l’ordre dans tout ce que j’avais appris en jouant et de m’intéresser plus au Jazz.
C’est aussi ce qui explique mon évolution musicale; c’est toujours Blues parce que c’est ce qui me touche, mais le style s’étend de Monk à Bob Marley.

D’où viens ton inspiration musicale?

Elle vient des soirées passées à écouter des disques avec mon père.
J’ai été touché par quelques voix : Ray Charles, Nina Simone, Etta James, Eric Burdon, Janis Joplin… Toujours le Blues en commun.

Ensuite les rencontres musicales m’ont donné différentes orientations : Jazz, Funk, Reggae, Rythm’n Blues.
Je me rends compte aujourd’hui que la SOUL est la musique la plus présente dans ce que j’écoute et puis ce style puise dans tellement d’influences…
Du coup je m’y sent à l’aise pour exprimer ma musique.

Pierre Sibille à la console

Quels sont tes musiciens préférés en terme de référence?

Donny Hathaway parce qu’il est l’un des plus grand chanteur héritier du feeling de Ray, un très bon pianiste, arrangeur, compositeur; Il n’a pas eu la reconnaissance qu’il méritait, son génie fut masqué par celui de Stevie Wonder, qui était très populaire à la même époque.

Je peux rajouter à ces 3 :

  • Nina Simone pour la folie, la théâtralité;
  • Bob Dylan pour le message et les compositions;
  • + tout ce que j’aime en Jazz : Herbie Hancock, Horace Silver, Quincy Jones.

C’est ce qui me vient en premier, j’en oublie, tiens Doctor John, les Meters et les Neville pour le rythme de la Nouvelle Orléans!

Ceux avec qui tu aimes jouer et ceux avec qui tu aimerais jouer?

Je ne joue qu’avec les musiciens que j’aime; sinon je ne joue pas.

C’est un principe de base, je ne sais pas faire semblant.
Il y a un douzaine de noms qui me viennent à l’esprit, ce qui m’a donné envie de créer un collectif.
Comme je l’indiquais plus avant, cela s’appelle BLUES’UP, c’est pour les musiciens indépendants, il y a quelques groupes, on essaye de se retrouver le plus possible.
Sinon j’aimerai bien jouer avec Ben Harper ou Corinne Bailey Rae, si c’est possible, ça me “brancherait” bien.

Ecoutes tu de la musique autre que la tienne?

OUI, absolument, tous les gens que j’ai cité précédemment + un itunes de 30 go pour le reste.
Je n’écoute ma musique que quand c’est fraîchement sorti, après je compose la suite.

Pierre Sibille au Hammond B3

Quels sont tes instruments de musique favoris?

La voix, le piano, la basse sont les instruments que je ressent de manière intérieure.
C’est la base, l’héritage du piano solo, après cela dépend avec qui, quand et comment.

Peux tu nous dresser la liste du matériel que tu utilises dans ton studio privé?

C’est avant tout un espace où je veux que chaque musicien soit à l’aise pour faire sonner son instrument.
J’ai mes claviers :

  • Hammond B3 avec Leslie 147,
  • Fender Rhodes Mark 1 de 79,
  • un Wurlitzer et Nordsage qui est bien pratique.

Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète
Il me manque un CP80 et un Clavinet pour être complet.
Je dois également récupérer à Paris, un Steinway droit de 1912 qui est phé-no-mé-nal.
Pour la partie prise de son j’ai de bons préamplis un TL audio à lampe, un Millenia à transistor, 2 cartes RME et de bons micros. J’utilise un CHARTER OAK pour les voix, j’en suis très content.

Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète
Pour les écoutes j’ai un système AMADEUS de 33 audio et une paire de DYNAUDIO active de monitoring.

Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète

Expliques nous le principe de fonctionnement du Hammond B3 avec Leslie 147, que tu possèdes dans ton studio du sud de la France?

Le B3 c’est un peu l’ancêtre du synthé.
Le principe du Leslie 147, ce sont des roues phoniques qui tournent devant des électro-aimants, on ouvre des tirettes qui correspondent aux harmoniques de chaque note.

Leslie 147 Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète
C’est un son “chaud” au sens harmoniques du terme, il y a des lampes partout, on peut créer une atmosphère très, très riche.

C’est un instrument qui est présent dans tous les styles de musique : Jazz, Gospel, Soul mais aussi le rock, avec Deep Purple, Pink Floyd.

Je vais enregistrer prochainement un album où j’inviterai également plusieurs batteurs à se joindre à moi, c’est un projet qui me tient à coeur.

Je constate que tu utilises un Mac, pourquoi ce choix?

J’utilise un Mac parce que ça marche bien, et puis je comprend bien la logique de cet appareil. J’ai l’impression que je peux aborder plein de choses différentes.
Je ne connais pas beaucoup les PC et je n’ai pas le temps de m’y mettre.

Poste de travail Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète

Peux tu nous parler de tes projets actuels et à venir?

Je suis actuellement en train de développer ma carrière sur les Etats Unis, j’ai trouvé pleins de bonne choses pour y sortir mon dernier album.
C’est tout récent, mais il commence à y avoir de bons résultats.

Je prévoie de retourner jouer à New York en Octobre en attendant j’avance sur quelques projets : l’album à l’orgue, composer, les soirées BLUES’UP… Je prends les choses comme elles viennent, la crise ne semble affecter que le moral de ma banquière.

Pouvons nous parler des artistes dont tu t’occupes et qui ne sont pas encore édités?

C’est pas moi qui m’en occupe, j’essaye juste de motiver les troupes.
BLUES’UP fonctionne sous le principe de “l’intérêt partagé”.
On a des projets, on sait faire du son, jouer devant des gens.

L’industrie de la musique a échoué parce qu’elle a oublié que derrière la musique il doit y avoir des musiciens, pas que du marketing!

Aujourd’hui on peut y croire, la place est bientôt libre.
J’ai réalisé l’an dernier l’album d’une jeune chanteuse d’origine Camerounaise qui s’appelle Djaäl.

Elle est crédible dans ses textes, elle chante super bien.
Malheureusement l’album n’est pas fini, on vais faire une date le 25 Juin au Méridien Montparnasse… avis au Parisiens!

Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète

Quelques noms et extraits musicaux, coup de cœur

  • Djaäl (Soul)
  • Melting Point (Afro Jazz) 
  • Juju Child (Nu Blues) 
  • Moses Patrou est un batteur-chanteur de NY, je vais le faire venir à Paris en Septembre, son album est terrible.

J’aimerais que nous revenions un instant aux disques :

J’entends régulièrement les acheteurs de CD se plaindre de la piètre qualité de la plupart des CD du commerce, quel est ton sentiment à ce sujet?

Les disques que j’écoute ont un super son!
Je crois que pour faire du son il faut avoir “quelque chose à dire”.
Les projets que je défends dans BLUES’UP n’existent que par la passion et le plaisir de jouer ensemble.
Généralement les musiciens mettent la main à la poche pour produire.
Je peux vous dire que chacun donne son meilleur, le son part de là.

Toi même, es tu attentif à la qualité de tes enregistrements?

Très attentif, le feeling doit passer!

Si oui, pourquoi?

Le musicien doit être à l’aise pour interpréter sa partie et donner son feeling, c’est ça que l’on veut capturer. Un batteur charmé par la voix d’une chanteuse ou un guitariste qui se joue de l’espace entre la basse et le clavier…

A qui fais tu confiance pour les prises de son et le mastering?

Les prises de son c’est nous et nous seul qui validons ce qui sort de notre instrument.
Pour le mixage ce sont des musiciens qui ont cette compétence là en plus, à qui je fais appel.
Je pense à Jérôme Buigues, Roger Deroeux, Richard Turek.

Le mastering c’est différent.

On entre à mon sens dans un aspect plus physique.
On veut avoir un rendu équivalent sur tous systèmes.
Il faut donc faire des choix, privilégier l’équilibre des fréquences.

J’ai rencontré à NYC Seth Winner qui masterise toutes les bandes qui sont stockées à la LIBRARY OF PERFORMING ART.
Il redonne vie à des enregistrement de musique classique très vieux, il a une autre approche que celle d’un musicien; Il écoute le début, le milieu et la fin du titre et il sait qu’elle égalisation convient, ça paraît simple, il sait comment calibrer l’image stéréo.

 

Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète

Est il fondé de dire qu’il y a un son Français, un son US et un son UK?

Oui naturellement, parce que les vies, les musiciens et les marchés sont différents.

Chaque endroit a aussi développé des choses avec les marques de matériel, les constructeurs dans chaque pays.
On a un son à Paris! Gino Vanelli a choisi un groupe Français pour l’accompagner, j’imagine qu’il devait avoir le choix…

Est il plus intéressant de travailler à New York ou à Paris?

Paris je connais, c’est un peu en “léthargie” et la crise n’arrange rien.
NY je découvre et il y a plus de possibilités, tout reste à faire pour moi.
Je souhaite continuer à composer, produire en France et tourner partout, inviter des gens… Je retrouve à NY un enthousiasme de faire les choses qui me manque à Paris.
En plus je suis un produit exotique là bas! 🙂

Clavier de Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète

Pourquoi n’entend on pas ta musique sur les radios en France?

Pour passer sur les grosses radios il faut avoir un bon éditeur qui distribue bien les cartes.

Cet aspect là du business m’intéresse moins et puis ma musique n’a pas pour vocation de prendre de l’espace, ce n’est pas exactement du” commercial”.
Il n’y a que peu de radios qui ont un paysage sonore agréable… J’en connais 5 ou 6, je les courtise comme tout le monde, sans trop de résultat pour le moment.

D’où te vient cette passion des claviers anciens?

De la musique que j’écoute, du coup je suis moins “synthé” et plus “piano”.
J’aime sentir le mécanisme sous les doigts, la richesse d’un son parfois imparfait.

Est ce que la sonorité rocailleuse de ce type d’instrument est un ingrédient essentiel au blues ou à la soul?

Oui complètement.
Ce sont des sons authentiques, répertoriés par notre oreille, ils collent à cette musique et puis c’est tellement plus “chaud” pour poser une voix…

Son “chaud” : C’est un son où les bas médiums sont relativement généreux et les aigus non agressifs.

 

Wurlitzer de Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète

A qui s’adresse ta musique?

A tout ceux qui ont la curiosité de venir l’écouter. 🙂
C’est une musique simple et qui se veut efficace. On comprend et on ressent ce qu’on joue, c’est plutôt varié, on va trouver pas mal d’influences.
En tout cas je sais par expérience qu’il n’y a aucune limite d’âge à ma musique, nous ne mettons pas de barrières stylistiques, c’est ouvert!

Quel message souhaiterais tu faire passer à celles et ceux qui ne te connaissent pas encore?

Si ils lisent cet entretient, ça serait dommage de ne pas faire un tour sur mon myspace pour écouter des extraits, ils verront les dates de concert…
Mon dernier album est disponible sur iTunes depuis une semaine! N’hésitez pas à me donner votre avis.

Back sight dans le studio de Pierre Sibille, joueur de Blues, auteur, compositeur, interprète

As tu encore des rêves à réaliser?

Oui pleins mais ils arrivent un peu tous les jours. J’essaye de les mettre dans l’ordre.

Si oui, lesquels?

  • Jouer les basses avec mon pied gauche à l’orgue (comme Rhoda Scott)
  • Réaliser de belles rencontres et de beaux albums
  • Jouer à l’Apollo Theatre (je joue déjà dans le club le plus proche d’Harlem)
  • Avoir du temps avec ceux que j’aime pour composer de beaux titres…

Si on devait te souhaiter quelque chose, ce serait quoi?

D’avoir un peu de chance quand il le faut.
C’est important et c’est l’une des rares choses que l’on ne contrôle pas!

Peut être y a t il un sujet dont tu aimerais nous entretenir?

Je vais me préparer pour ma sortie d’album.
J’ai fait un concert à la prison de la Santé où j’ai joué la reprise de “Merde à Vauban” de Léo Ferré qui figure sur mon dernier album.
Nous avons joué dans le cadre du Festival l’Esprit Jazz à St Germain, le concert s’est terminé par un débat avec les détenus… Emmener le Jazz et le blues qui représentent la musique de l’évasion dans une prison, c’est un concept qui me plaît.

Conclusion

Merci Pierre pour ta franchise et cette gentillesse naturelle que l’on rencontre souvent chez les individus qui ont voyagé.
Notre rencontre m’a donné le goût d’écouter tes disques précédents et de te voir jouer avec “Pilou” quelques bons morceaux de Blues, dans ton studio pro.
Mention spéciale pour : Djaäl, Melting Point et le groupe de reggae dont je n’ai pas noté le nom, j’aimerais beaucoup écouter leur CD respectif, pour le peu que j’ai entendu, leur musique me touche.

Pierre Sibille

“Pilou” si tu nous lis, merci d’avoir initié cette rencontre 😉


Après cette visite, Pierre a entrepris de finaliser l’acoustique de son studio professionnel : Lire l’article


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2009, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.

Bonne journée et bonnes écoutes.