Gary Fong Lightsphere part 2

0
383
Le diffuseur Lightsphere ouvert et prêt à l'emploi

Voici ci qui aurait dû être le préambule à la prise en main du Lightsphere, que nous continuons à utiliser pour parvenir à le maîtriser.

Ce sujet lui est totalement dédié et représente mes notes à chaud après avoir joué avec quelques semaines.

Notre dernière expérience au flash en studio a réveillé en moi l’instinct du photographe que je suis.

Nous nous sommes vraiment régalés.
Si vous vous intéressez moindrement à la photographie, Gary Fong ne vous est pas inconnu, vous en avez déjà entendu parlé dans les médias sociaux, certains blogs spécialisés et bien entendu dans la presse écrite, mais le produit dans nous allons vous reparler aujourd’hui fait aussi face à la controverse.

Diffuseur pour flash Lightsphere de Gary Fong

Est ce vraiment LE produit miracle pour shooter au flash?
Sommes nous tous aussi doué que Gary?
Miracle, peut être pas, mais ce qu’il sait faire, il le fait bien.

À propos du Lightsphere Collapsible

Traduction : diffuseur de lumière pliant ou repliable sur lui même. (bien pratique lors de vos déplacements)
Certains s’accordent à louanger, voire encenser ce produit alors que d’autres plus sceptiques pour ne pas dire carrément “tièdasses” l’ont enfoncé.
Peut être est ce juste une question d’utilisation?
Curieux de savoir ce qu’il en était, j’ai commandé via le site de Gary Fong, un Ligthsphere Collapsible, version simple, sans les différents anneaux de couleurs.
La présentation est conforme à ce que je m’attendais.

Le diffuseur se compose de 3 éléments distincts :

  • Le corps du diffuseur qui vient s’emboîter sur le dessus du flash,
  • Le chapeau ou dome qui se positionne sur le dessus, il est de forme concave et convexe au choix,
  • L’anneau de renfort pour une utilisation à l’envers du dome translucide.
Lightsphere sur un flash Canon 580EX II

La présentation ainsi que la documentation ne souffre d’aucune critique, c’est très bien fait… en anglais, mais bien fait quand même 🙂
Comme l’adage le dit, une image vaut mille mots et c’est sur ce concept qu’est basé le tutorial d’utilisation du Lightsphere de Gary Fong.

Gary étant lui même photographe, il a pensé à ses affaires et sait parfaitement de quoi il retourne, sa communication est sans faille, vous trouverez à ce sujet, de nombreuses vidéos démontrant les aptitudes de ses produits, elles sont didactiques au dela d’être bien réalisées.
Disons le tout de suite, la valeur ajouté d’un tel accessoire n’est valable que dans certains cas particuliers.
Je m’explique
Si vous envisagez d’utiliser à toutes les sauces le Lightsphere, vous allez droit vers quelques désillusions.
Ce diffuseur est particulièrement adapté au portrait, pas trop proche du sujet afin d’éviter le halo de lumière.

Si votre ambition est de shooter à plusieurs mètres de distance un groupe de personnes c’est encore bon, mais des bâtiments … vous seriez mieux de vous en passer.

Sur un visage, une personne en pieds, un animal ou un petit groupe d’individus situés sous un plafond blanc, c’est parfait, à condition de ne pas être trop proche, nous avons obtenu des résultats mitigés où à un 1 mètre du sujet, le flash seul s’est montré plus performant, avec un respect de la couleur de peau, sans ombrage, toujours en se servant du plafond comme rebond.

En pleine nature, ça n’a aucun intérêt, à moins de devoir shooter suffisamment rapproché de votre sujet et de diriger le diffuseur directement dessus, ce qui est rarement le cas.
La perte de luminosité est liée au principe même du diffuseur, à savoir qu’un bonne partie de l’éclair va être diffracté, diffusé au travers du dome semi translucide, ainsi que du corps souple du Lightsphere.

Du coup, terminé les spots de lumière crue, envolées les ombres disgracieuses, fini le spot au beau milieu du visage.
Tout ceci est de l’ordre du passé.

Le Lightsphere joue parfaitement son rôle dans la circonstance et calme le jeu en diffusant plus harmonieusement la lumière si tant est qu’elle soit orientée vers le plafond.
Il est certain que rien ne s’obtient sans effort, vous devrez composer avec la puissance de votre flash si vous êtes en mode TTL, afin de vous situer dans des valeurs de vitesse au dessus de 45 centième de secondes.

C’est toutefois en mode A (automatique) que j’ai obtenu les meilleurs résultats.
Sur la notice il est souvent question d’utilisation en mode automatique ou manuel.

Matériel photo utilisé

  • Boîtier Canon 5D mk II,
  • Objectif Tamron 17-35mm f2.8 Di,
  • Objectif Canon 24-70mm f2.8 L,
  • Flash Metz 54 mz 4i équipé d’un sabot SCA 3102.

Questions/réponses

Est ce que le Lightsphere va me donner des images impeccables sans effort?

Non, il va falloir jouer avec ses réglages et c’est loin d’être gagné.

Le lightsphere est il facile à installer?

Oui, il s’adapte à la plupart des flash cobra du marché.

Le Lightsphere est il le seul diffuseur sur le marché?

Non, il existe d’autres principes pour diffuser la lumière du flash, mais celle proposé par Gary Fong me semble globalement plus intéressante, le produit est souple, repliable, si tant est que l’on ne l’approche pas d’une flamme, il devrait pouvoir être opérationnel durant plusieurs années.


Résultat de nos essais avec le Lightsphere Collapsible de Gary Fong.

Points forts Strengths/ Points forts :

  • Diffuse correctement la lumière du flash,
  • Qualité de fabrication dans la norme,
  • Dome réversible concave ou convexe.

Points faibles Weaknesses/Points faibles :

  • Taille relativement imposante une fois placé sur le flash,
  • Le poser, puis le retirer demande une certaine dextérité.

je dois quand même ajouter qu’une fois en place, le Lightsphere n’est pas près de tomber, il est fermement retenu par son principe à lamelles.

Conclusion

Ce produit est tout à fait pertinent. Il fait ce pourquoi il est destiné, rien de plus rien de moins et c’est déjà pas si mal.

Certes les résultats peuvent être aléatoires selon les circonstances, le flash seul s’est montré à quelques reprises plus efficace sans le diffuseur.
Si vous vous donnez la peine de lire la notice et de pratiquer suffisamment longtemps, le Lightsphere de Gary Fong deviendra votre compagnon de tous les jours et vous réconciliera avec l’utilisation du flash.

Je ne connais pas Mister Gary Fong, mais il apparaît être un homme affable, sympathique et qui a su mettre à profit ses connaissances de la photo pour élaborer sa gamme d’accessoires.

En tous cas en ce qui me concerne, Gary Fong m’a redonné le goût de pratiquer la photo au flash.


Pensée du jour

C’est facile de faire de la photo, mais plus difficile de faire de belles photos.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2012, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.

Bonne journée et bon divertissement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here