Tales of E Nora

2
360
Tales of E-Nora

Introduction

E-Nora-banner
C’est une première dans nos colonnes, l’artiste que nous allons vous présenter pratique un genre musical quelque peu éloigné du ou des styles conventionnels que vous avez l’habitude de lire ici.
Notre vocation étant de vous informer sur tout ce qui touche de près ou de loin à la musique et aux arts multimédias, alors par pertinence, c’est précisément ce que nous allons faire.

Quoi qu’il en soit, sachez que nous avons écouté préalablement cette musique et pour tout vous dire, la première réaction a été : “… mais c’est que c’est très bon en fait, ça s’écoute bien et il y a de la recherche … ” bon, il est certain qu’à un moment donné, c’est un peu plus coulé dans le “métal”, voire “dead metal” diront nous, mais n’est ce pas précisément ce que veux l’artiste en question? Mission completed …
Allons il est temps de faire connaissance avec E Nora, ses musiciens et leur univers musical.

Bonjour E Nora, à qui avons nous l’honneur, en quelques mots?

Bonjour à toutes et tous.
Je m’appelle E Nora, je suis chanteuse de métal symphonique à tendance progressive, je viens de la belle île de la Réunion et j’ai posé pour le moment mes bagages à Paris.

E-Nora-face

Avez vous le goût de nous présenter vos partenaires musiciens?

Avec plaisir! Je vous présente tout d’abord Julien Lambert, mon guitariste , qui est également compositeur, il excelle dans ces deux arts et c’est une personne dont la créativité s’accorde parfaitement avec la mienne.
Julien
Emmanuel Ollivier (arrière plan, chemise foncée) est mon bassiste, c’est un musicien très perfectionniste dans son travail sur son instrument, et il est la force tranquille de la formation.
Steeve-Manu
Steeve Morin (en premier plan, lunettes noires), lui, c’est mon batteur, il ne vient pas du tout du “milieu” métal, même si je trouve cette notion de milieu sectaire, trop sectaire pour ma musique d’ailleurs.
C’est un jeune musicien fougueux à la batterie, avec toujours cette soif d’apprendre, il prend plaisir sur sa batterie, cela se voit et s’entend.

Quel est votre parcours musical?

J’ai commencé la guitare à l’âge de 13 ans.
J’écrivais déjà des textes qui pouvaient ressembler à des chansons à cette époque là!
Ensuite j’ai pris des cours de solfège mais ça m’a lassé au bout d’un an.
J’ai préféré vivre des expériences musicales réelles, j’ai appris beaucoup grâce à un guitariste, André, qui m’a donné confiance en moi et m’a montré que j’étais capable de chanter et de jouer de mon instrument en même temps.

A ce moment là, je vous assure que jamais je ne me serais crû capable d’une telle chose!

André m’a démontré le contraire, je lui en suis infiniment reconnaissante.
Ensuite j’ai volé de mes propres ailes, j’ai formé mon groupe Saân à la Réunion, et nous avons exploré les scènes de l’Océan Indien ensemble et sorti un album signé sous un label local.
Cet album est un mélange de rock et de musique du monde, un beau bébé , j’en suis fière, même si avec du recul, on se dit toujours “ouah j’aurais pu vraiment mieux faire!” .
Après ça, j’ai continué ma route en solitaire, j’ai débarqué à Paris , je voulais vivre autre chose, la musique me tendait les bras.
Mais ça n’a pas été une mince affaire, je me suis cherché beaucoup avant d’être E Nora.

D’où vient l’origine du nom du groupe?

E Nora est mon nom d’artiste en fait, non un nom de groupe à proprement parler. Cela veut dire “la lumière”.
Je trouve que ce mot définit bien ce que je veux exprimer dans ma musique.

E-Nora-1

Quelles ont été vos influences musicales et artistiques?

Je m’inspire de tout ce qui m’entoure de façon générale.
Côté musical, j’aime tous les styles.
Du metal à la salsa, en passant par le rock, le rap et le classique, je prends le meilleur en chaque chose.
Cela étant des artistes comme Dire Straits, Tracy Chapman, Tchaïkowsky, Mos Def, Dreamtheater, Iron Maiden, Tori Amos, me parlent beaucoup.
Quand je ressens leur musique, cela me donne encore plus envie d’y arriver.

Quels sont les instruments de musique que vous affectionnez?

La guitare bien évidemment est mon amour. Mais j’aime beaucoup la nostalgie du violon et du violoncelle, la frénésie des percussions, la douceur de la harpe, la puissance de la batterie…

E-Nora-onstage

Quels sont ceux que vous utilisez régulièrement?

Je me sers de la guitare pour composer, mais je fais également des arrangements au piano de temps en temps.

Préférez vous jouer en studio ou devant un public en spectacle?

Oh pour moi la scène, c’est ce qu’il y a de plus beau. Les sessions studios sont pour moi une sorte de torture à laquelle je ne peux échapper en fait! Je sais c’est étrange mais je ne suis pas fan de ça.
A chaque fois que j’ai fini une session en studio, je pousse un ouf de soulagement!!
La scène, ça c’est la récompense, le vrai cadeau … partager sa musique avec de vrais gens, sentir cette harmonie palpable entre soi et le public, c’est pour ça que je fais de la musique, pour ces moments qui n’ont pas de prix.

La qualité d’enregistrement fait elle parti de vos préoccupations?

Oui, car je suis une perfectionniste.
Alors, c’est vrai, comme je l’ai dit plus haut, je n’aime pas enregistrer, mais malgré tout, je suis très exigeante avec moi même et avec les autres également.
Un produit de qualité est un signe de respect envers ceux qui vous suivent et ceux qui croient en vous.
je n’aime pas avoir de regrets alors je fais mon possible pour que je ne regrette rien à l’écoute du disque une fois enregistré!

Êtes vous attentive à la qualité du mastering, vous personnellement?

Là encore c’est un fait indéniable.
J’ai choisi Finnvox Studios en Finlande pour le mastering de “Midnight falls” le premier CD single de “Tales of E Nora” car pour moi, ce sont des gens qui connaissent leur travail et je n’ai pas été déçue.

E-Nora-2

à qui faites vous confiance pour les prises de son?

Je travaille principalement avec un jeune ingénieur son d’origine américaine Bryce Chandler, bourré de talents. Il sait comment je travaille et pour ma part, j’ai confiance en lui et en son oreille infaillible.
La torture en studio c’est lui!! (rires)

Quel matériel utilisez vous?

Chez moi , je travaille essentiellement sur Cubase. Mais en studio, je n’ai aucune idée de ce qu’il utilise en vérité. Je suis une “quiche” en matière de matériel pour le son!

Les acheteurs de CD se plaignent souvent de la piètre qualité des enregistrements, qu’en pensez vous?

Il m’est arrivée moi-même d’acheter un disque et de découvrir avec horreur un son d’une qualité disons… douteuse. Cela peut venir de plusieurs choses, peut-être que les maisons de disques mettent de moins en moins de coeur (et de finances) à l’ouvrage quand ils produisent un disque. Quant aux auto-productions, les artistes indépendants n’ont parfois pas forcément les moyens de s’offrir un bon son, tout a un prix , c’est une réalité que parfois il est bon de ne pas oublier.

Quel est votre public?

Mon public est vraiment éclectique.
Lors de nos concerts, nous avons pu constater une vraie diversité dans le public.
Un de mes souvenirs vraiment touchant : après un show, une dame d’environ 70 ans m’a serré la main, et m’a dit “continuez ce que vous faîtes, j’ai vraiment aimé merci”. Je peux vous dire que ça fait chaud au coeur.
Ma musique n’est pas enfermée dans le carcan du métal , elle est ouverte, et c’est ce qui fait ce public éclectique.

On peut haïr le métal et aimer ce que je fais. Cette certitude me plaît assez.

Par contre, je ne touche pas forcément un public d’ados. Ils adhérent à une musique disons… plus énervée, cela ne me dérange pas. Il en faut pour tous!

Dans quel genre vous classez vous?

Ma musique est un mix de beaucoup d’influences. Sur une base métal, nous avons brodé une musique composée de rock, de symphonique, de progressif, de néo metal , d’électro…

E-Nora

Expliquez nous en quoi l’ajout symphonique est important pour votre musique?

J’encense le rêve, le monde magique qu’on imagine que dans nos fantasmes les plus fous ou qu’on voit dans les films.
Le symphonique retranscrit à mon sens parfaitement cette facette imaginaire, fantasmagorique, que je chéris.

Ecoutez vous de la musique autre que la vôtre, si oui, lesquelles?

Heureusement que oui!
Comme je l’ai dit plus haut, j’écoute vraiment de tout . J’aime beaucoup les musiques de films , Hans Zimmer est pour moi le plus digne représentant de cet art.
J’écoute aussi beaucoup de classique, la musique classique a ce côté très travaillé, très structuré, que l’on retrouve dans pas mal de titres métal d’ailleurs.
Les artistes que j’ai déjà cités font aussi partie de ma médiathèque personnelle , on peut y ajouter Peter Kingsberry, Shania Twain, Josh Groban, Red Hot Chili Peppers, les indémodables Depeche Mode, la liste est longue!

Comment voyez vous le marché du disque sur CD?

Je pense qu’il se porte mal, comme bon nombre de gens, mais je crois que nous tendons à revenir à une prise de conscience concernant l’art délicat de la musique.
Les gens retourneront chez les disquaires, car ce besoin d’authentique reviendra forcément un jour ou l’autre.

Avez vous déjà enregistré un ou plusieurs disques?

Mon premier disque avec mon ancien groupe Sâan est sorti en 2005 à la Réunion, il s’intitule “mélodies pou mon tèr” , hymne à ma terre en français.
J’ai sorti “Midnight Falls” en octobre de cette année, single extrait de “Tales of E Nora” qui comprend les titres “Midnight falls” et “The Tale”.
“Tales of E Nora” sortira en avril prochain. Il me tarde de l’entendre et de le présenter!

Quels sont vos projets de scènes? une tournée au Canada peut être?

Nous jouons sur la superbe scène du Divan du Mone à Paris le 19 décembre, mais de très belles dates sont à venir. En 2010, nous entamerons le “Tales on Tour “, tournée consacrée à l’album “tales of E Nora”.

Nous allons sillonner les villes de France et Européennes, et nous allons surtout nous produire au sublime Théâtre de l’Alhambra en octobre 2010 avec un orchestre symphonique composé de 45 musiciens, un spectacle exceptionnel, un rêve que je vais réaliser.

Nous produire au Canada? J’adore votre pays et vous avez une telle ouverture musicale! J’adorerai jouer chez vous, cela se fera sûrement….mystère!

Quels sont les rêves qu’il vous reste à réaliser?

Ouh là! J’en ai des millions!! Mais ma plus belle réussite serait de parvenir à partager ma musique avec le plus de gens possible, et de les toucher à travers elle.

Nous vous offrons la possibilité de vous adresser à vos fans, quel message souhaiteriez vous leur passer?

Je remercie bien évidemment tous ceux et celles qui nous suivent et nous soutiennent dans ce dur chemin qu’est la musique.
Mes compagnons de route et moi donnerons toujours le meilleur de nous mêmes pour ne pas vous décevoir et continuer à enchanter vos oreilles grâce à nos chansons.

Comment avez vous connu www.magazine-audio.com?

Je vous ai connu en naviguant tout simplement sur internet et je vous ai contacté parce que je trouve votre webzine vraiment authentique.

Si j’ai oublié un sujet qui vous touche, veuillez m’en excuser et n’hésitez pas à vous exprimer, notre tribune est là pour ça.

Je pense que vous avez su cerner tout ce sur quoi je souhaitais m’exprimer.
Merci à vous pour votre soutien, votre intérêt pour ma sensibilité musicale.
Ce fut un réel plaisir de répondre à vos questions. Merci encore.
E Nora.

E-Nora-banner

Conclusion

Soyez la bienvenue au Canada, je suis persuadé que l’on vous y fera un accueil chaleureux.
Vous semblez emprunte d’une solide maturité, Je constate que vous savez où vous vous en allez, d’un pas assuré, avec la ferme intention de réussir à partager votre musique avec le plus grand nombre à la conquête de vôtre public.

Qu’il en soit ainsi, nous vous souhaitons cette chance de connaître le succès, jeune et pour longtemps.

Nous avons d’ors et déjà noté sur nos tablettes, le spectacle que vous allez donner au Théâtre de l’Alhambra en octobre 2010 accompagnée d’un orchestre symphonique composé de 45 musiciens, c’est un rendez vous à ne pas manquer, je formule le vœux de pouvoir y assister en personne.

Si comme moi vous êtes curieux et avez le goût de découvrir un univers méconnu ou atypique, j’invite nos lectrices et lecteurs à visiter votre page myspace et votre site, d’écouter, d’apprécier et de vous encourager, après tout, vôtre art musical a été crée pour cela, procurer des sensations agréables et plus si affinité; vous ne manquez pas de talent, ce qui constitue une recette gagnante dans votre domaine d’activité.

J’ajouterai que mon coup de cœur va à “Midnight Falls”, le premier titre qui joue en arrivant sur le site de E Nora, c’est absolument fantastique comme la rythmique est bonne en mode symphonique, on se laisse embarquer facilement, sans avoir la sensation de se trouver dans un morceau métal, du moins dans les premières minutes … ce morceau me fait penser furieusement à la bande son de la BD, Métal Hurlant … une belle carte de visite en tous cas, sur laquelle il ne reste plus qu’à y inscrire le nom E Nora, pour que les générations futures y fassent encore référence dans 30 ans, l’avenir nous le dira, mais retenez bien ce titre “Midnight Falls”, vous n’avez pas fini d’en entendre parler, a star is born…

Bonne route, au plaisir de se croiser et pourquoi pas lors une séance photo.
Prochaine étape, la présentation de vôtre disque, c’est un rendez vous.
Cordialement.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2009, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.

Bonne journée et bonnes écoutes.

2 Commentaires

  1. Bonjour Marc Philip et à tous les lecteurs (rices),
    A propos de l’album “Tales of E Nora”, « Midnight Falls », une rythmique impeccable et implacable, enjolivée d’une envolée de guitares toujours très marquée, « acide », planante et mélodique.
    « Before the dawn », une ballade où la voix fluide d’E Nora est très bien servie par des plages de clavier et des frappements de la batterie.
    « Neverland », on enchaîne sur les accords d’un riff claquant.
    … J’attends avec impatience la sortie de cet album « heavy ».
    Frédéric

  2. Bonjour Marc Philip et à tous les lecteurs (rices),
    A propos de l’album “Tales of E Nora”, « Midnight Falls », une rythmique impeccable et implacable, enjolivée d’une envolée de guitares toujours très marquée, « acide », planante et mélodique.
    « Before the dawn », une ballade où la voix fluide d’E Nora est très bien servie par des plages de clavier et des frappements de la batterie.
    « Neverland », on enchaîne sur les accords d’un riff claquant.
    … J’attends avec impatience la sortie de cet album « heavy ».
    Frédéric

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here