Une affaire d’état un film de Éric Valette

4
363
Une affaire d'État un film de Eric Valette

C’est vendredi, et comme le veut la tradition, c’est aussi l’instant cinéma chez soi. Je vous propose cette semaine une intrige qui pourrait être transposée à bien d’autres gouvernements.

Film français,
Réalisateur : Éric Valette,
Genre: Espionnage drame politique,
Sortie dans les salles: 2009.

Distribution:
André Dussollier est Victor Bornand,
Thierry Frémont est Michel Fernandez,
Rachida Brakni est le lieutenant Nora Chahyd,
Gérald Laroche est le commandant Christophe Bonfils,
Christine Boisson est Mado,
Serge Hazanavicius est Olivier Keller, le secrétaire de cabinet au ministère,
Denis Podalydès est l’industriel Louis Flandin,
Delphine Depardieu est Marie Malinvaud la co-loc de Katryn.
Élodie Navarre est Katryn une call girl.

Un mot sur Eric Valette, on lui doit en tant que réalisateur l’excellent suspens “La Proie” avec Albert Dupontel et Alice Taglioni, dont nous vous avions déjà parlé.

L’histoire

Nous sommes au cœur du pouvoir de l’état français.

Une affaire d'état, le début du film
Une affaire d’état, le début du film

Un avion rempli d’armes à destination d’un pays africain est abattu au-dessus du golfe de Guinée par les forces rebelles. L’enquête officielle étouffe ce qu’un journaliste tente de révéler au grand jour, ayant obtenu ces informations par une call girl qui travaille pour une agence dirigée par Mado, une madame influente dans le milieu des nuits parisiennes pour hommes politiques et hommes d’affaires en mal de sexe et de drogue.

Bien entendu, le journaliste fini par se faire découvrir et c’est à cet instant que les choses vont rapidement déraper.

Le pouvoir, le chantage, l’argent, le sexe, les stupéfiants, le traffic d’influence en tous genres, les armes et l’exécution sommaire sont les thèmes de ce film. Une vision assez proche de ce que l’on peut se faire des turpitudes politico-affairistes.

La guerre interne est lancée dans l'ombre
La guerre interne est lancée dans l’ombre

“Le jeu s’appelle: c’est celui qui a la peau de l’autre a gagné.”


À propos des comédiens

André Dussollier (Victor Bornand) et Jean-Michel Martial ( Pierre Massembat)
André Dussollier (Victor Bornand) et Jean-Michel Martial ( Pierre Massembat)

André Dussollier, on ne le présente plus. c’est un grand Monsieur du cinéma et du théâtre français. Sa filmographie tout comme ses apparitions sur les planches du théâtre est impressionnante.

Je ne saurais dire lequel de ses films j’ai préféré, je n’ai pas le souvenir de ne pas avoir aimé un film où il apparaissait. Quelques un me reviennent en mémoire.

Thierry Frémont
Thierry Frémont

Thierry Frémont a commencé jeune dans le métier, au théâtre et au cinéma, c’est un sacré bon comédien. Je me souviens de quelques unes de ses plus belle prestation. En 1988 il joue dans “Mon ami le traître” de José Giovanni, “Merci la vie” de Bertrand Blier en 1991, “Les Démons de Jésus” de Bernie Bonvoisin en 1997, “Bernie” de son prénom Bernard, est aussi le leader du groupe de hard rock français “Trust” son film est vraiment comme sa musique, “Les Brigades du Tigre” de Jérôme Cornuau en 2006 aux côtés de Diane Kruger, Clovis Cornillac et Jacques Gamblin, “Un heureux événement” de Rémi Bezançon et “De force” de Frank Henry en 2011. Une vraie gueule d’acteur.

Dussolier à gauche et Denis Podalydès assis à droite
Dussolier à gauche et Denis Podalydès assis à droite

Denis Podalydès menait ses enquêtes dans “Le Mystère de la chambre jaune” et “Le Parfum de la dame en noir”. Il a joué en 1996 dans “La Belle Verte” de Coline Serreau, “Palais Royal” de Valérie Lemercier en 2005, “Da Vinci Code” de Ron Howard en 2006, “Sagan” de Diane Kurys en 2008, “Coluche”, l’histoire d’un mec d’Antoine de Caunes en 2008, “Omar m’a tuer” de Roschdy Zem en 2011.

C’est un comédien de haut niveau, accompli il est particulièrement attaché au théâtre où il a exercé son talent plusieurs années durant. Sa biographie est impressionnante.
Gérald Laroche, a une sacré gueule d’acteur, il a joué en 2002 dans le film “Gangsters” de Olivier Marchal, “Fanfan la Tulipe” de Gérard Krawczyk en 2003, il faisait le fourbe borgne, “MR 73” d’Olivier Marchal en 2007, un film policier noir et “Une nuit” de Philippe Lefebvre. Tel un caméléon il se fond dans son personnage, autant sombre de lumineux.

Rachida Brakni
Rachida Brakni

Rachida Brakni a commencé sa carrière au théâtre, elle est l’épouse de Eric Cantona, l’ex footballeur reconverti dans le cinéma. Rachida a tourné dans “Chaos” de Coline Serreau, “Comme un avion” de la regrettée Marie-France Pisier, “Secret défense” de Philippe Haïm aux côtés de Gérard Lanvin, un excellent film d’espionnage dont je vous parlerai plus en détail la semaine prochaine.

Christine Boisson
Christine Boisson

Christine Boisson a notamment tourné avec Alain Delon en 1986 dans le film “Le passage”. Mais elle a commencé sa carrière en 1974 en faisant une apparition dans le film érotique “Emmanuelle” de Just Jaeckin, s’en est suivi “Flic Story” de Jacques Deray aux côtés de Alain Delon, “Rue barbare” de Gilles Béhat en 1985 donnant la réplique au regretté Bernard Giraudeau qui nous a quitté en 2010. “Radio corbeau” d’Yves Boisset en 1989, “La Vérité sur Charlie” (The Truth about Charlie) de Jonathan Demme en 2002, “Le Bal des actrices” un film de Maïwenn à qui l’on doit l’excellent “Polisse“.

Delphine Depardieu
Delphine Depardieu

Delphine Depardieu est la fille du producteur de cinéma Alain Depardieu et la nièce de Gérard Depardieu.
Élodie Navarre (beau brin de fille) a tourné en 2003 dans : “Gomez & Tavarès”, un film de Gilles Paquet-Brenner où elle incarnait Paulina, la fille du comptable des truants locaux. Pas le film du siècle, mais un polar amusant, qui nous montrait un couple improbable dans la police française (Stomy Bugsy et Titoff) et le grand Jean Yanne (le tonton), trop tôt disparût.
Élodie au delà d’être très jolie, possède également un vrai talent de comédienne.


Conclusion

Éric Valette signe là encore un bon film où se mêlent les intrigues politicos-affairistes telles que nous en avons un aperçu en regardant les nouvelles du journal télévisé de 20h, les détails en plus.

L’intrigue pointe vers l’intérieur du pouvoir, mais révèle surtout le côté impitoyable pour accéder au pouvoir et à l’argent.
Le scénario nous maintient en haleine sans faiblir. La distribution n’est certainement pas étrangère au succès de ce film non plus, Dussolier à lui seul est la figure de proue.

Ce film est déjà inscrit à demeure sur notre liste comme étant un incontournable du genre.
Je vous souhaite un très bon moment de cinéma.

Paris se lève sur une affaire d'état
Paris se lève sur une affaire d’état

La pensée du moment.

Ce que nos grands parents nous ont dit est la pure vérité. Tu recevras toujours ce que tu souhaites aux autres.
Être heureux n’est pas une affaire de destin, c’est une affaire d’options ou de choix et donc, l’avantage d’être honnête et droit, c’est qu’il n’est pas nécessaire de revenir sans cesse sur ce que l’on a écrit, dit ou fait pour asseoir sa réputation.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2013, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.
Bon divertissement.

4 Commentaires

  1. Vous avez oublié de parler la BO de NOKO 440 !!!
    Franchement ce film tient en partie par cette BO, moi j’ai été scotché par la musique, j’ai d’ailleurs le CD sur mon Mac depuis 😉

  2. Vous avez oublié de parler la BO de NOKO 440 !!!
    Franchement ce film tient en partie par cette BO, moi j’ai été scotché par la musique, j’ai d’ailleurs le CD sur mon Mac depuis 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here