Ultrasone Edition 8 Ruthenium

2
207
Ultrasone Edition 8 ruthenium

Matériel reçu le 27 octobre 2012,
Type: casque d’écoute stéréo,
Pays d’origine: Allemagne.
Impedance 30 Ohm,
Sound pressure level: 96 dB,
Type: fermé,
Poids: 260g,
Prix: 1679$.

Ultrasone Edition 8 Ruthenium

Il faut savoir que Ultrasone propose des solutions technologiques un peu à part de ce que l’on rencontre habituellement dans l’industrie. L’utilisation du cuir et du ruthenium ainsi que le procédé S-Logic™ Natural Surround Sound font également parti de ces petits particularités, qui à la finale nous donne un objet luxueux et convoité.

Pour info: Le ruthénium est un métal rare, donc cher; plusieurs fois celui de l’or.

D’après ce que je comprends de la démarche de Ultrasone avec cette série limitée numérotée; le but est de parvenir à un équilibre tonal parfait, sans que rien ne dépasse, pour que le confort soit total, même sur plusieurs heures d’écoutes.

Pour en avoir fait l’expérience, certains casques offrent souvent une belle plage dynamique, mais avec à la clé des toniques qui peuvent devenir désagréables, voire agaçantes à la longue, donc pour contrecarrer ce phénomène, les gens de chez Ultrasone ont vraiment bien travaillé leur sujet.

Doux et confortable le Ultrasone Edition 8 ruthenium tient bien en place sur la tête

Immédiatement après l’avoir déballé, sans attendre j’ai posé le casque sur mes oreilles et en avant la musique.

Ce que l’on remarque dés les premières minutes, c’est une sorte de plénitude qui entoure les sons, comme si la bulle sonore s’étendait bien au delà de nos oreilles. je note d’innombrables micros détails qui sont révélés sans pour autant être projetés. j’emploierai volontiers le terme de doux, pour qualifier le caractère de cette Edition 8 Ruthenium.
Doux, mais vivant, c’est à dire qu’on est loin des petits casques fermés traditionnels qui font plus de bruit dans les hautes fréquences avec une basse extrême, ici, le son est équilibré, raffiné, c’est à dire loin d’être vulgaire au sens propre du terme.

Que ce soit sur Metallica ou Micah Schevellof, toute la scène se met en place avec une belle cohérence. 0 agressivité, c’est au contraire très beau. trop beau me suis dit à plusieurs reprises, car il me semble en faire trop.

Trop beau: rien ne vient contrarier l’écoute, c’est beau, tout simplement. Sauf que sur les masses orchestrales on voudrait un peu plus de viande autour de l’os parfois, comme sur les premiers mouvement de la 5eme de Beethoven où ça devrait gicler en pression.

Mais c’est aussi la garantie de sauver l’intégrité de nos tympans de ne pas forcer la note… mais vous savez comme moi que l’on veut toujours aller plus loin quand on se sent à l’aise en confortable, c’est le sentiment que j’ai avec ce casque Ultrasone Edition 8 Ruthenium.
Je veux de la vitesse, car la zone de confort est établie à un niveau assez élevé, ce qui nous met dans une situation qui porte à vouloir repousser les limites, tant le confort est intégral.

Présentation flatteuse du casque Ultrasone Edition 8 Ruthenium

Un mot sur la présentation de l’objet dans sa boite. La housse en cuir est superbe, on trouve une rallonge de 4 mètres avec au bout un jack 6.35mm plus une microfibre, de quoi aller à l’essentiel sans fioriture ni gadget inutile.
C’est un bon point, je me sens déjà en confiance.

Protocole d’écoute

Le matériel en amont

  • Mac Book Pro intel Core i7 64 bits de 2011 avec 16Go de RAM,
  • Disque dur de 500Go à 7500 tr/mn,
  • Fichiers de musique : AIFF, Wave, flac, DSD,
  • Résolution supportée: 44.1k, 48k, 88.2k, 96k, 176.4k, 192k,
  • Système d’exploitation : Mac OS Snow Leopard 10.6.8,
  • Bridge m2tech EVO 2 donné pour passer du 24-192k,
  • iPod 4 de 64Go,
  • Alimentation électrique dédiée pour le laptop.

Système HI-FI dans mon contexte

  • Lecteur numérique CDP integris (made in Canada) by Aurum Acoustics équipé de son module de préamplificateur de casque.

Musique dématérialisée qui nous ont servi lors de ces écoutes

Catalogue 2L Label Norvégien :

2L-064_stereo96kHz_01_08.flac
2L-064_stereo192kHz_01_08.flac
2L-071_stereo192_01_01.flac
2L53SACD_04_stereo_192kHz.flac
2L53SACD_04_stereo_DXD.wav
Haydn- String Quartet in D, Op. 76, No. 5 – Finale – Presto _stereo_96k.flac
Haydn- String Quartet in D, Op. 76, No. 5 – Finale – Presto _stereo_192kHz.flac

Metallica en 24/96
The Unforgiven.aiff
The Unforgiven.wav
Nothing Else Matters.aiff
Nothing Else Matters.wav
George Faber Blues
Plage N°9 en 44.1
George Martin
In my life
Charlie Haden:
Montreal Tapes (une merveille)
Holly Cole
romantically helpless en 24-96k
FIDELIO musique label canadien
DIR. DANIEL MYSSYK – IDYLA – 13 – RONDEAU__176k-24b.wav
LA MANDRAGORE – CONVIVENCIA – 06 – Toute_seule__176k-24b
Anne Bisson : Blue Mind en 16/44.1
BUZZ BRASS – LES PLANETES – 06 – URANUS__96k-24b.wav
JEAN-PASCAL HAMELIN – tableaux intimes – 13 – PRE?LUDE op28 no15__96k-24b.wav
LA NEF – DESERTS – 01 – RUB AL KHALI__96k-24b.wav
MAANOUCHE SWING QUINTET – MONTREAL JAZZ-UP – 04 – I FALL IN LOVE TOO EASILY__96k-24b.wav
NASTURICA DONATO GEAREY – MICHEL DONATO TRIO – 01 – HAVE MET MR.JONES __96k-24b.wav
PASCAL TREMBLAY – JAZZ_FACTION – 05 – JUDITH __96k-24b.wav
SMALL WORLD PROJECT – SMALL IS BEAUTIFUL – 07 – FOLLIAS__96k-24b.wav
VINCENT BELANGER – LA – tout l’album, mais plus particulièrement la plage N°05 – AVE MARIA__96k-24b.wav

Ultrasone Edition 8 ruthenium

Oscar Peterson Trio – You Look Good To Me.wav
Chan Chan.wav
Crying Shame.wav
Hotel California (Eagles).wav
Isnt She Lovely.wav
Maxine.wav
Old Man.wav
Pueblo Nuevo.wav
Sad Old Red (Simply Red).wav
Signe.wav
Sunny side of the street.wav
The Goodbye Look.wav
Wailin Wall.wav
What’s wrong with me (Anne Bisson).wav
Whiter Shade Of Pale.wav
Album_Officiel_du_Salon_HiFi_Home_Cinema_2011_en_qualité_Qobuz_Studio
en particulier les plages:
09-David_Grimal-Beethoven Symphonie n°5 en ut mineur.
10-David_Kadouch-Schumann Quintette avec piano.
15-Kalakan-Txori-Erresinula-SMR.
16-Nelson Veras-Take the Coltrane Tiré de l’album Rouge sur Blanc.
18-Perrine Mansuy-Beneath an evening sky Tiré de l’album Vertigo Song.
20-Emily Jane White-The Preacher Tiré de l’album Ode to Sentience.
Marie-Nicole Lemieux et les violons du Roy: Opera arias – Gluck, Haydn, Mozart
Micah Sheveloff sur son récent album “Exhibitionist”

Ultrasone Edition 8 ruthenium

Tout au long de ces écoutes depuis le Mac Book Pro j’ai utilisé deux players essentiellement.

  • Amarra 2.4.3. (Vendu $189, Amarra Symphony à $495 et Amarra Hifi à $49.99)
  • Player Audirvana Plus, version 1.3.5. (Vendu 50$)

Premières écoutes directement avec le Mac Book Pro seul.
Je suis passé immédiatement du casque Sennheiser HD598 au Ultrasone Edition 8 Ruthenium. Puis vers un Sennheiser HD700. Cheminement normal si on tient compte de la progression qualitative.

Avec le Ultrasone Edition 8 Ruthenium le tour des coussinets est fait pour se placer pile autour du lobe de l’oreille, c’est différent de certains casques qui ont tendance à s’évaser généreusement pour s’étendre jusqu’à l’occiput.
Le matériau est moelleux et très confortable. (cuir d’Ethiopie).

Le réglage serre tête est aisé.
Pour débuter l’évaluation de ce casque, j’ai commencé par le raccorder directement au Mac Book Pro i7, en utilisant la sortie prévue à cet effet et en utilisant le player Audirvana Plus 1.3.5, car moins capricieux que Amarra 2.4.3 qui m’a joué des tours.
Jusque là rien de plus simple, c’est ce que j’appelle volontiers le montage de base pour Mr et Mme tout le monde.

La sensibilité ainsi que l’impédance me semblent bonnes, je ne suis pas obligé de mettre le volume dans le fond pour avoir de bonnes sensations, le bouton se situe entre -28 et -20db, ce qui représente moins du quart sur l’échelle du potentiomètre Audirvana Plus quand celui ci est actif.

Détail de finition Ultrasone Edition 8 ruthenium

Premier constat avec le casque Ultrasone Edition 8 Ruthenium, le son est crystallin. Le piano gagne en brillance, la contre-basse perd de l’embonpoint, c’est riche, bien timbré, mais avec comme caractéristique de livrer une sonorité évanescente, avec la part belle à l’ambiance, la réverbération du lieu où ont été enregistré les dites pièces, ça respire à plein régime, sans contrainte.

J’ai le sentiment d’être en présence d’un casque semi ouvert et non fermé, tellement il y a de l’air autour des instruments et des voix.

Il faut un certain temps d’adaptation, car le petit voile sur le bas mid a disparût, sur certains points, je retrouve le feeling que j’ai eu avec le HD800 de Sennheiser, qui je vous le rappelle est de type ouvert.

Sur la contre-basse ou le violoncelle, la tessiture est claire, on perd un peu ses repaires là où le grain devient plus lisse.

Le piano, la guitare électrique, acoustique et les voix semblent voleter dans les airs, c’est à la fois suave, piqué, dynamique, mais contenu, je ne sais pas exactement comment exprimer ce que j’entends dans le moment. Ce qui est sûr, c’est que c’est très beau, mais légèrement coloré.

Casque Ultrasone Edition 8 ruthenium avec lecteur CDP integris et DAC Jundac X7

Fort de ces résultats plus que satisfaisants, je suis donc passé sur le lecteur CDP integris qui intègre sur mon modèle de référence, une partie préampli casque (optionnelle).

Cette machine (fait au / made in Canada) qui me sert de référence depuis quelques années coûtait 14 000$.

il fallait au moins ça pour être au niveau d’un casque qui revendique autant de qualité et surtout face à son prix.

Ultrasone Edition 8 ruthenium associé au lecteur CDP integris

J’ai tour à tour écouté le Ultrasone Edition 8 Ruthenium relié à la sortie casque du CDP integris, soit en mode lecture de CD ou depuis l’ordinateur via le DAC Jundac X7 de Junilabs.
Au moment où j’écris ces lignes j’en suis à évaluer les performances des deux modes. le disque que j’utilise est VINCENT BE?LANGER – album: LA, édité par Fidelio.
Une petite merveille que je peux écouter plusieurs fois de suite sans lassitude.
Il s’avère que j’ai préféré le rendu sonore depuis le fichier informatique en passant par le DAC puis vers le CDP integris. Le son est plus charnu, moins éthéré que directement en sortie de la prise casque de l’ordinateur et meilleur que le CD dans le lecteur.
Idem en ce qui concerne Micah Sheveloff sur son récent album “Exhibitionist” j’ai pu véritablement apprécier la qualité de la prise de son, très naturelle, où le drum est vraiment très bien rendu dans son environnement, un régal. Mon système stéréo est loin de m’offrir une telle performance.

Voyons voir ce qu’il va advenir de moi après avoir passé plusieurs heures à écouter de le musique avec le casque Ultrasone Edition 8 Ruthenium sur la tête.

Casque Ultrasone Edition 8 ruthenium en écoute avec le préampli Trends Audio et un iPod 4

Verdict au sujet du Ultrasone Edition 8 Ruthenium

Points forts Strengths/ Points forts :

  • Présentation luxueuse,
  • Qualité de fabrication classieuse,
  • Fait à la main en Allemagne,
  • Matériaux nobles, cuir Ethiopien et ruthenium,
  • Dynamique subjective,
  • Confort à long terme,
  • Sensibilité,
  • Rallonge et housse de transport,
  • Garantie de 3 ans,
  • Produit exclusif.

Points faibles Weaknesses/Points faibles :

  • Grave légèrement en retrait,
  • Diamètre des coussins qui peut s’avérer juste selon l’oreille de chacun,
  • Le prix.
Très confortable même après plusieurs heures à porter le casque Ultrasone Edition 8 ruthenium

Conclusion

La caractéristique principale de ce casque stéréo est d’avoir une finition high tech très classe; je ne vous parle même pas de la housse en cuir noir dont l’intérieur est en tissu rouge du plus bel effet.

Les gens de chez Ultrasone ont misé sur le produit avant la boite…
Côté son, il reproduit une sonorité riche, évanescente plus que dense, crystalline sur certains registres, ce qui n’est pas désagréable, juste surprenant quand on connait bien certain morceaux de musique.

On ne ressent aucune pression sonore, ce qui est habituellement l’un des avantages appréciables des casques de construction semi ouverte, sauf que dans le cas présent, il s’agit d’un modèle fermé.

Les coups de drums sont aériens, appuyés lorsqu’il le faut, mais jamais lourds; rien à voir avec une écoute de type casque fermé où ça cogne sévère sur les tympans, pas ici.
C’est sur ce point que j’ai trouvé un léger manque, si la basse pouvait être plus présente, cela serait parfait.

L’équilibre tonal est là, avec un beau médium. je note que les cuivres sont magnifiques de netteté, les petits détails contenus dans chaque fichier sont parfaitement définis dans leur propre espace.

L’isolation des bruits extérieur est correct, il se situe dans la bonne moyenne, si une personne vous parle d’assez près vous serez en mesure de l’entendre, idem si le téléphone sonne. Si le bruit vient de plus loin, à moins d’être suffisamment puissant, vous ne l’entendrez pas.

Le cuir Ethiopien qui revêt les coussinets ainsi que le dessous de l’arche est hyper confortable.
Le poids du casque sur la tête est minime, je n’ai pas ressenti de fatigue, ni sur les oreille où la pression des modules de haut-parleurs est constante et bien dosée.
C’est un casque pour écouter des voix, toutes les voix, quelques soit le style et le genre. Les instruments acoustiques, les ambiance intimes où il est permis de percevoir sans effort l’ambiance de la prise de son et les infimes bruits de salle.

Pour bien me rendre compte du produit, je suis repassé à mon casque habituel, le Sennheiser HD598 … la marche est haute avant d’atteindre le Ultrasone Edition 8 Ruthenium, alors restons en là et revenons à l’essentiel, la comparaison est impossible.
Le HD598 ne parvient pas à délivrer autant de détail, de dynamique que le Ultrasone Edition 8 Ruthenium, je voulais juste me faire une idée.

En revanche, j’ai préféré le confort des coussins du Sennheiser, un peu plus larges, qui contournent l’oreille. ceci dit, c’est une question d’habitude, on fini par ne plus faire attention du fait d’un design bien étudié le tout agrémenté de cuir souple du plus bel effet, d’une douceur remarquable.

L’isolation des bruits extérieur est supérieure avec le Ultrasone, c’est incontestable. Passer de l’un à l’autre est un exercice très intéressant, mais addictif.

Une chose est certaine, difficile d’écouter les mêmes plages musicales sur le système stéréo à haut-parleurs… la sanction est immédiate, l’enveloppe sonore du casque est imbattable, sortez les mouchoirs.

Pour les plus ambitieux d’entres vous, sachez que les 96 dB de pression sonore sont là pour vous combler en cas de spleen trop prononcé.

Je n’ai pas vraiment trouvé de défaut majeur à relever sur ce produit. Seul son prix de vente va le réserver à une clientèle attentive à son confort. Je note toutefois que les coques extérieures chromées font un peu plastique quand on tapote dessus, Claude est également de cet avis.

Claude lors de nos écoutes comparatives avec le casque Ultrasone Edition 8 ruthenium face au Sennheiser HD598 et le AKG 370

J’irais jusqu’à dire que c’est certainement le meilleur système hifi qu’une personne puisse se payer pour moins de 2000$. Pour rivaliser avec un système traditionnel, il vous faudrait dépenser plusieurs dizaines de milliers de dollars et installer le tout dans un environnement acoustique viable, ce qui généralement est loin d’être évident.

Voilà pourquoi, si votre logement ne vous permet pas de vous épanouir avec face à vous des enceintes acoustiques et des électroniques de pointes, l’écoute au casque s’impose d’elle même, avec à la clé un confort pour les autres inégalé.
Avoir le privilège d’être assis au premier rang à toutes les écoutes, c’est ce qu’offre le confort des Ultrasone Edition 8 Ruthenium.

Le Ultrasone Edition 8 Ruthenium combine à la fois un fort pouvoir de séduction, de part ses atours exclusifs, combiné à une sonorité riche, qui ne parvient pas à nous fatiguer. Il me semble que le temps s’est arrêté à certains moments tant certains sons virevoltaient de part et d’autre pour former une espèces de figure géométrique formée de spirales que mon cerveau tentait de suivre.

Retiré immédiatement après une écoute prolongée m’a demandé quelques minutes pour revenir à la réalité. Mon système traditionnel m’est apparût fade d’un coup, mince, il me manque cette enveloppement douillet que seul un bon casque stéréo est en mesure d’offrir.
Si vous aimez les sonorités délicates avec beaucoup de présence et de subtilité, alors je vous recommande l’écoute du Ultrasone Edition 8 Ruthenium, qui associé au confort douillet du cuir Ethiopien vous transportera bien au delà de ce qu’un système traditionnel pourrait le faire, n’importe où avec un iPod, n’importe quand.

Un must dans le genre, jusqu’à preuve du contraire… à ce propos, je serais bien curieux d’écouter la version Ultrasone Edition 10 Ruthenium.

Ultrasone Edition 8 ruthenium et Sennheiser HD700

Prochaine étape, le face à face Ultrasone Edition 8 Ruthenium et Sennheiser HD 700, non pas dans un comparatif comme tel, mais nous essayerons de voir quels sont les atouts de chacun afin de vous donner matière à réflexion lors de votre choix.

Contact et information revendeur

AUDIO d’OCCASION
Conseiller HI-FI: Stephane Pagnoux
Propriétaire : Mario Gagnon
1325 Ontario
Montréal
H2L 1R8
Tél : 514-522-2020
Sans frais : 1-888-738-HiFi (4434).


La pensée du moment.

Ce que nos grands parents nous ont dit est la pure vérité. Tu recevras toujours ce que tu souhaites aux autres.
Être heureux n’est pas une affaire de destin, c’est une affaire d’options ou de choix.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2012, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.
Bon divertissement.