Serveur musical part 2

4
248
Courbe d'échantillonnage C3
Courbe d'échantillonnage C3

Je m’interroge sur la réalité de la musique HD

Moi aussi je voudrais bien y croire, mettre au rencard mon lecteur de CD à 10 000$ et le remplacer par un serveur tout aussi performant… mais et oui, il y a un mais … pour l’heure, je n’ai pas encore essayé de système équivalent quel qu’il soit, je reste avec mon serveur multimédia C200 Popcorn Hour, qui est loin, mais alors très loin d’offrir des performances convaincantes en audio.
Convaincantes dans le sens, musicalité du terme.

  • Oui, ce procédé permet d’afficher ma musithèque complète,
  • Oui, il est souple d’utilisation,
  • Oui, il est interactif,
  • Oui, la télécommande radio est confortable partout dans la maison,
  • Oui, le disque dur solid state offre suffisamment d’espace de stockage,
  • Oui, il est capable de lire toutes sortes de fichiers, mais pas le .AIFF, sauf si je met le disque directement dans le lecteur intégré,
  • Oui, il sort de la musique de là dedans.

Sauf que, il ne se passe absolument rien à l’écoute, c’est plat, sans saveur, j’écoute depuis mon bureau à quelques pas du système, rarement assis en face des haut-parleurs, à quoi bon, c’est tout juste acceptable.

En revanche, si je passe la même musique sur mon lecteur de CD, alors là, c’est une toute autre histoire, je retrouve mon P.R.A.T (Peace, Rythm And Timing), je tape du pieds quoi!

Nous allons savoir pourquoi la performance n’est pas si évidente à obtenir

C’est bien beau de vouloir télécharger des fichiers musique en 24/96 ou 24/176 et enfin 24/352kHz, mais vous êtes vous posé la question de savoir comment vous allez faire pour les lire… en particulier le 24/352kHz?

Cela revient à se payer une voiture de sport très performante et la laisser dans le garage faute de route pour pouvoir rouler avec à son plein potentiel, soit faire un tour sur l’allée de gravier en avant de la maison en première.

Ça n’a aucun bon sens.

Je vous rappelle le premier volet consacré au sujet, accompagné d’une entrevue avec René Laflamme co-manager du célèbre label de disque FIDELIO  qui possède une solide expérience sur le sujet et qui par trois fois a présenté lors du salon du SSI à Montréal, une démonstration tout à fait crédible de fichiers de musique HD depuis un ordinateur.

Ce qui suit est l’évolution logique de ce qui s’est passé depuis notre première conversation, vous constaterez que ça bouge assez rapidement dans le monde fascinant de l’informatique.

J’en veux pour preuve l’incroyable évolution du iPad qui en est à sa version 2, imaginez, il y a un an personne n’avait de iPad première génération entres les mains, le 25 mars prochain, tout le monde pourra se procurer le iPad2, du jamais vu dans le domaine.
Fin de la digression.

Suite a l’évolution des formats numériques, les utilisateurs ont commencé à écouter grâce à leur ordinateur et/ou via un serveur de la musique dite “dématérialisée”, majoritairement des fichiers en 16/44.1 + quelques HD et DSD.

Bien comprendre de quoi on parle

Le Compact disque (CD) tel que nous le connaissons actuellement à une résolution en partant d’un fichier WAVE ou AIF de 16 Bits / 44.1kHz, soit 44 100 échantillonnages à la seconde.

La dynamique d’un CD est limitée à environ 100dB de rapport signal / bruit et offre une réponse en fréquence de 20Hz à 20kHz.
Ce qui est déjà pas si mal, vous en conviendrez
Le fichier HD ou High Res a lui a une réponse en fréquence de 20Hz à 40kHz ou plus et la dynamique est de 120 dB +/-.

Là nous touchons les Cieux.

Bien sûr l’oreille humaine à une sensibilité qui est un peu moins bonne soit environ 20Hz à 16 000Hz, mais vous verrez qu’à l’usage, tout le monde fait la différence entre les deux.

Par contre l’oreille perçoit les fréquences médium avec beaucoup de précision et cela tout au long de notre existence.

Regardons de plus près sur les graphiques

Voici ce que nous avons utilisé, les courbes sont des échantillonnages à 48kHz et 192kHz.
Le rapport entre 48kHz et 192kHz est le même qu’entre 44.1kHz et 176.4kHz.
Au niveau du graphique la différence entre 44.1kHz et 48kHz ou 176.4kHz et 192kHz est tellement subtile qu’une fois la légende retirée il est impossible de faire la différence.
La courbe bleue représente le signal original analogique. Les paliers rouges sont les valeurs échantillonnées.

Courbe d’échantillonnage C1
Courbe d’échantillonnage C2
Courbe d’échantillonnage C3
Courbe d’échantillonnage C4

Le signal échantillonné (Complex 1) intègre plusieurs sinusoïdes à des fréquences différentes.
Cela se rapproche plus de la musique qu’un signal trop simplifié.
La fréquence dans la légende est la fréquence la plus élevée incluse dans la courbe.
Il y a deux courbes, une première avec fréquence maxi de 20kHz pour bien voir et une seconde avec fréquence maxi à 2kHz.
Les graphiques ont été réalisé par notre consultant technique Eric Juaneda

Junilabs

Site web perso : http://tech.juaneda.com
Page web professionnelle : http://www.junilabs.com


Au niveau écoute, il se passe quoi au juste?

À l’écoute nous pouvons entendre un son qui va favoriser l’image stéréophonique et l’effet 3D, les sons vont apparaître avec plus de netteté et de vitesse.

Alord il reste la différence entre le 16Bits et le 24Bits.

La différence est encore plus grande à cet égard, car les convertisseurs du marché depuis plus de 10 ans sont 24Bits et nous sommes obligés d’appliquer du bruit de fond pour réduire de 24Bits à 16 Bits.

Même les meilleurs dither du marché pour faire ce travail auront un effet électronique et de masque sur la musique.
Alors en plus d’avoir plus de dynamique à 24Bits nous avons aussi un son moins électronique.
À l’écoute, dans des conditions optimales, le 24Bits sonne plus clair et plus naturel que la version 16Bits.

Tous les fichiers de musique FIDELIO HD sont en .WAV, le format original de tout bon studio d’enregistrement.

De plus le Wav est compatible avec toutes les machines du marché (PC ou MAC)
Les autres formats comme le Flac (PC) ou Lossless (MAC) sont réduit de 50% pour prendre moins de place sur votre disque dur. Avec le prix très bas des disques durs il est raisonnable de garder le format original sans manipulation. Quoi en terme dee qualité de son le .flac est souvent préféré, ce qui suppose que le procédé de décompression avant lecture fait un bone travail.

A partir de maintenant les fichiers WAV sont accompagnés de fichier texte XML pour les titres, artistes et détail sur les crédits.

Pour écouter les fichiers de musique en haute résolution il y a plusieurs solutions?
Les solutions “acceptables” au niveau du son demandent un minimum d’investissement, et c’est là que le bât blesse, beaucoup d’entres vous vont s’illusionner de pouvoir s’affranchir de devoir payer pour obtenir la performance.

Un ordinateur, iTunes, deux enceintes actives et hop, le tour est joué … aie, aie, aie… autant apprendre à nager à une enclume, vous aurez plus de chance.

Vous lirez sur le net, ici et là, plus là que ici d’ailleurs, toutes sortes d’avis, de gens qui n’ont pas forcément les compétences, ni l’expérience nécessaire de ce genre de montage, c’est la raison pour laquelle, Fidelio, au travers de René Laflamme, participe activement à faire comprendre le processus qui permet d’offrir l’alternative au lecteur de CD, de pouvoir enfin jouir de fichier musique en HD, dans les meilleures conditions et surtout en faisant ce qu’il convient de faire.

Faite les choses à l’endroit vous conduira au succès, dans le cas contraire, advienne que pourra, mais si l’aventure de la musique dite “HD” vous tente, voici quelques solutions, éprouvées, donc viables.

Voici six solutions que vous offre René Laflamme pour lire les fichiers HD du plus abordable au plus onéreux :
Munissez vous d’un Software MEDIA MONKEY (Gratuit) ou iTune (Gratuit) ou autre

1) Ordinateur PC ou MAC relié à un convertisseur USB cambridge DAC1 ou Music hall 25.3 (tube)
cable USB nordost
De $740 à $1000 sans l’ordinateur
Résolution maximale 24Bits/96kHz

2) Ordinateur PC ou MAC avec convertisseur USB Ayre, câble USB Siltech serie classic, câble AC Shunyata Black Mamba
ou Ordinateur MAC : DAC Naim, fil Van den Hul (toslink)
Total environ : $3960 sans l’ordinateur
Résolution maximale 24Bits/192kHz

3) Ordinateur PC ou MAC
Weiss DAC 2, câble firewire Siltech Golden fire, câble AC Shunyata Black Mamba
Total environ : $8600
Résolution maximale 24Bits /192kHz

4) Ordinateur PC ou MAC avec convertisseur DCS Debussy, câble USB Siltech classic
Total environ $12260 sans l’ordinateur
Résolution maximale 24Bits /192kHz

5) Naim HDX ou Ordinateur Fidelio avec carte lynx AES 16
Câble Siltech HF, AES ou BNC
DCS Scarlatti DAC
Total environ $27400 ou $31400

6) NAIM HDX ou Ordinateur Fidelio
Câble Siltech HF digital
Up-sampler DCS Scarlatti
DAC DCS Scarlatti
Total environ : $39660 à $43660
Une solution très belle est aussi le lecteur de CD/SACD Puccini DCS avec le U-Clock (USB input) qui pour $25 000 permet de lire les CDs SACDs et fichiers HD via un ordinateur.


Histoire de terminer sur une note plus optimiste pour les moins nantis d’entres nous, voici le témoignage d’un utilisateur moins fortuné, qui a expérimenté une solution sur base de lecteur multimedia Popcorn C200, cette solution va rejoindre la majorité d’entre vous qui débutez une solution de musique dématérialisée :

Bonjour, Loïc, parles nous de ton expérience?

J’ai récemment recherché également une solution pour dématérialiser ma CD-thèque.
Mon cahier des charges était le suivant:
– lecture des fichiers .flac
– écran dédié pour ne pas avoir à allumer la télé à chaque fois que je veux écouter de la musique
– une sortie numérique optique ou coaxial (je lorgnais déjà sur le DAC100, qui n’a pas d’entrée HDMI)
– un disque dur intégré, car je n’avais pas envie d’allumer un disque externe ou mon disque réseau (qui n’est pas allumé continuellement et qui est au 2ème étage alors que la chaîne est au rez de chaussée).
– silence
– tenir dans un budget d’environ 500 EUR (hors DAC).

Après quelques semaines de recherches, je me suis tourné vers le Popcorn Hour C200, auquel j’ai ajouté un disque de 2 To.

J’encode les CD sur mon PC à l’aide de dbPoweramp CD Ripper et je copie les fichiers générés sur le Popcorn via une connexion réseau.

Associé au DAC100, le résultat me convient tout à fait. Je n’arrive personnellement pas à faire la différence entre la lecture depuis mon lecteur CD (Teac VRDS 8) et le C200 (branchés tous deux sur le DAC100, sinon on entend surtout la différence entre les convertisseurs et là, c’est une autre histoire).

De plus, esthétiquement, le C200 s’intègre plutôt bien dans un ensemble HiFi. Et plutôt que de connaître les numéros des morceaux, je commence à en apprendre les noms, qui s’affichent en clair sur l’écran du C200.

Après 1 ou 2 mois d’utilisation, je vois essentiellement 2 inconvénients:
– le C200 n’est pas très rapide (pour le tarif, il est tout à fait possible de faire mieux).
– la sélection des sources via le DAC n’est pas très WAF et j’ai du brancher la sortie analogique du C200 sur l’entrée Video de l’IN80 pour madame (qui n’utilise donc pas le DAC, mais y trouve son compte quand-même).

Comme je dispose d’un stockage illimité chez Mozy pour sauvegarder mes photos, j’y sauvegarde aussi les .flac que je télécharge. Il faudrait d’ailleurs que j’y sauvegarde aussi les fichiers provenant de mes CDs, en cas de défaillance du support original.
Mais il est vrai que ces solutions ont encore un pied dans le domaine informatique et ne sont, à mon avis, pas complètement mûres pour le grand public.

Ecoutes tu des fichiers Wav?

Je n’écoute que des fichiers .flac, même si je suis en train de faire des tests avec des fichiers Wav (en résolution CD mais aussi quelques tests upsamplés, pour voir s’il y a des différences lorsqu’on extrapole des données “à partir de rien”). Le problème des Wav, c’est qu’ils ne contiennent pas de métadonnées, ce qui est dommage dans ce contexte d’utilisation.
Tous mes fichiers sont stockés sur le disque dur du C200. Je ne fais pas de streaming ou de lecture de fichiers à distance sur un disque réseau.

Ecoutes tu des fichiers de musique HD?

Qu’entends-tu par fichiers HD ? S’il s’agit de fichiers multicanaux, je n’en utilise pas.
Par contre, j’ai téléchargé quelques exemples gratuits “studio master 192” chez Linn et 2L. Je n’ai pas encore acheté de morceaux payants chez eux, mais j’y songe et je privilégierai alors les formats ayant la résolution la plus élevée.

Tu parles de back up sur un serveur distant tes données, de quoi s’agit il?

Concernant le serveur distant, je suppose que tu veux parler de la sauvegarde que je fais chez Mozy.

Etant informaticien, je n’ai aucune confiance dans la fiabilité des disques durs et je sais donc que celui que j’ai mis dans le C200 finira par me lâcher un jour.

J’ai donc utilisé le service de sauvegarde à distance de Mozy pour stocker une copie des fichiers que j’ai téléchargés (de la même manière que je le fais pour mes photos).
Je pense le faire aussi pour les CD que j’ai rippé.

En cas de problème, il me suffira ainsi de récupérer mes fichiers sauvegardés plutôt que de re-ripper tous mes CDs (dont certains sont déjà abimés et ont été problématiques à ripper correctement).

Mis à part le DAC100, as tu essayé autre chose?
Le DAC et le câble de liaison, c’est la clé … selon moi, mais le logiciel de lecture bit perfect est également à ne pas négliger

Le DAC est certainement une pièce maîtresse avec la musique dématérialisée.
Je n’ai eu en main que le DAC100. C’est celui qui correspondait le plus à mon budget en terme de qualité et de nombre d’entrées (je l’utilise ici derrière mon lecteur CD et occasionnellement derrière mon PC portable).

Je viens de faire pas mal de modifications à mon installation récemment et j’en suis encore à la phase de positionnement correct des enceintes et de traitement acoustique de la pièce.

Mais je peux déjà dire que le DAC100 est meilleur que le convertisseur intégré au Popcorn C200 (notamment en terme d’image stéréo et de séparation des instruments).
Je pense comme toi que le logiciel de lecture doit avoir son importance, mais là je suis obligé de faire confiance à Syabas.

Pour l’instant, voici les points forts que je trouve au C200 (utilisation audio uniquement):

Points forts Strengths/ Points forts :

– lecture des .flac (c’est loin d’être le cas de tous les disques multimédia que j’ai vus)
– présence de sorties numériques coax et optiques
– écran en façade
– disque dur interne: le produit se suffit à lui-même pour l’écoute (mais pas pour la dématérialisation, qui nécessite un ordinateur).
– dimensions permettant de l’intégrer facilement avec d’autres éléments HiFi

Points faibles Weaknesses/Points à améliorer :

– écran en façade pas toujours très lisible
– appareil lent à l’utilisation (et j’ai l’impression que ça s’aggrave avec l’augmentation du nombre de CDs)
– la musique “saute” une fois à la fin de chaque morceau.

Conclusion

Allélouia mes frères, la musique HD est servie comme un vin millésimé (ultra haut de gamme) le summum du raffinement à la portée de tous, sauf que les verres que l’ont trouve sur le marché pour le boire sont soit en plastique pas cher, soit en cristal et hors de prix.

Pour le moment…

Vous l’aurez compris, la performance ça se paie et ne me dite pas le contraire, sauf si vous avez d’autres solutions à proposer plus abordables et toutes aussi performantes, dans le cas contraire, cela va engendrer chez certains de sérieuses frustrations, je le sens.

Dans le prochain édito, nous allons aborder de front les aspects plus techniques de la musique dématérialisée.

Nous apprendrons de quelle façon sont réalisés les différents fichiers de musique, comment parvenir à lire tous les fichiers HD en particulier les logiciels de lecture, clé USB ou pas? SSD ou Solid State? mais surtout où se procurer des fichiers de musique HD track, autant de question auquel nous allons nous efforcer de répondre.

D’ici là, vous comme moi auront mis quelques bons CD dans notre lecteur avant même d’avoir pu entendre un seul fichier de musique HD depuis l’ordinateur et le plaisir reste intact, je peux en témoigner 🙂

Système Fidelio au SSI 2010

Complément d’information sur Fidelio

René Laflamme : Président et co-fondateur.


Si entre temps vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser, nous feront notre possible pour y répondre. 🙂


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2011, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.

Bon divertissement.