Film seeking justice

0
95
Seeking Justice ou La pacte

Le pacte ou seeking justice

Film récent mettant en scène dans le rôle principal Nicolas Cage.

Titre en français: Le Pacte
Origine: USA
Réalisateur : Roger Donaldson
Genre: suspens thriller action
Durée: 105 minutes
Sortie en salle: 2011
Sortie à la location Blu-ray et DVD: 2012
Distribution: January Jones, Nicolas Cage, Guy Pearce, Jennifer Carpenter, Harold Perrineau, IronE Singleton, …

L’histoire

Will Gerard (Nicolas Cage) est un professeur de lettre dans une université à la Nouvelle-Orléans (USA).
Il se plaît à jouer aux échecs avec son ami et collègue de travail Jimmy (Harold Perrineau).
Il vit en couple avec Laura qui est musicienne professionnelle, Laura est violoncelliste. ils filent le parfait amour dans une vie bien ordonnée et calme.
Jusqu’au jour où Laura (January Jones) est sauvagement agressée, rouée de coups puis violée. Les faits se sont passés un soir à la sortie d’une répétition de musique alors que son époux, insouciant, faisait une partie d’échec avec un ami.
C’est à ce moment que l’histoire bascule.

Film Le pacte, Laura après son agression sur son lit d’hôpital

Alors qu’il est à l’hôpital au chevet de sa femme, Will se fait aborder par un homme qui lui propose de rétablir la justice et s’occuper de celui qui a commis ça et de le venger à sa place en quelque sorte, avançant que la police ne pourra probablement rien faire légalement contre ce prédateur sexuel qui n’en est pas à sa première victime, il va recommencer si personne ne l’arrête.

Financièrement, ça ne lui coûtera rien, en contre-partie, il devra à son tour rendre un jour service à son organisation, sans en préciser la nature.

Simon fait une proposition à Will

Will accepte, aveuglé de vengeance et séduit par les arguments imparables de Simon… mais ce qu’il ne sait pas encore c’est qu’il vient de signer un pacte avec le diable…
Il comprend, mais un peu tard, que l’engagement qui le lit à Simon (Guy Pearce) va plus loin qu’un simple coup de main et que l’on ne peut pas si facilement effacer une dette de sang.

6 mois plus tard, le premier appel téléphonique … Will doit se méfier de tout le monde, même de ses proches.

Son & image

Techniquement les images sont bonnes mais pas exceptionnelles. Beaucoup de scènes ont été tournée dans l’obscurité et en général les images sont fortement contrastées.
Le réalisateur nous a épargné la scène du viol pour se concentrer sur le suspens qui en découle, personne ne s’en plaindra.

La bande son Dolby TrueHD 5.1 est dans la norme, spatiale avec de bons effets arrières, le grave est également dans la moyenne, rien de transcendant, mais correct.
Le Blu-ray est livré avec un DVD en combo.

Nicolas Cage dans une scène du film Le Pacte

Notre avis

Un film inquiétant, bien fait, centré sur le jeu de Cage, quoiqu’en disent certaines critiques.
On a beau dire, mais Nicolas Cage est un comédien dans l’âme, ça se sent, ça se voit, ça ne s’explique pas, il porte dans son jeu et au niveau de son regard tout le poids du film et c’est précisément sur cette personnalité qu’a misé le réalisateur.
Ce suspens d’action nous met dans une situation que nous pourrions être amené à vivre.
Doit on faire confiance?
Devons nous croire sans vérifier les dires?
Ce n’est peut être pas le film du siècle, mais le scénario n’a pas de trou, ni de bosse, il est bien écrit sans sophistication.
L’action est rondement menée, le parfum de complot flotte partout, avec un peu trop d’évidence parfois, mais on se prend au jeu jusqu’au bout.
C’est un film intéressant sur bien des aspects.
Le thème a déjà été exploité au cinéma sous différente formes, que ce soit par le biais de société secrète ou par la raison d’état.
Dans tous les cas, si le cinéma s’est emparé de ce type d’histoire, c’est qu’elle a pris sa source quelque part dans la réalité ou est ce le contraire, va savoir; qui de la poule ou de l’œuf est arrivé en premier?
Nous sommes fans de Nicolas Cage et avons vu tous ses films; ce film va rejoindre quelques autres dans notre médiathèque.
Ce sera un film à revoir avec plaisir, un jour; Je vous recommande d’en faire autant, c’est un bon moment de cinéma et peut être le temps de vous réconcilier avec Nicolas Cage, si ses derniers films vous ont laissé un goût de trop peu.

Un mot sur le réalisateur

Roger Donaldson est dans le circuit cinématographique depuis 1977, on peut donc dire que c’est un vieux loup des studios.
On lui doit quelques bons longs métrages dans des styles très variés.
En voici quelques uns que je ne saurais trop vous conseiller de voir, de revoir ou d’avoir:

  • 1984 : Le Bounty (The Bounty) avec Mel Gibson et Anthony Hopkins,
  • 1987 : Sens unique (No Way Out) avec Kevin Costner, Gene Hackman, David Brice et la belle Sean Young,
  • 1988 : Cocktail avec Tom Cruise, Brian Flanagan et la jolie Elisabeth Shue,
  • 1992 : Sables mortels (White Sands) avec Willem Dafoe, Mary Elizabeth Mastrantonio, Mickey Rourke, Samuel L. Jackson,
  • 1995 : La Mutante (Species) avec Ben Kingsley, Michael Madsen, Marg Helgenberger, Forest Whitaker, Alfred Molina,
  • 2000 : Treize jours (Thirteen Days) avec Kevin Costner, Bruce Greenwood, Stephanie Romanov, Steven Culp, Dylan Baker,
  • 2003 : La Recrue (The Recruit) avec Al Pacino, Colin Farrell, Bridget Moynahan,

Comme vous pouvez le constater, Roger Donaldson aime les scénario élaborés avec soin et parfois complexes.
Je suis sûr que bon nombre d’entres vous se sont dit en voyant la liste de films ci-dessus: “tines, je ne savais que c’était Donaldson qui avait fait ce film …”
Sachez qu’il en a fait beaucoup d’autres, mais je n’ai retenu ici que ceux qui m’ont marqués d’une façon comme d’une autre.
Si vous voulez voir la bande annonce du film:


La pensée du moment :

Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire.
[Confucius].


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2012, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine, sous licence creative commons.
Bon divertissement.