Sara K & Dennis Kolen

3
101
Sara K : Hell or high water
Sara K album de 2006 et mon coup de cœur

Semaine sous le signe de la musique, avec des disques et artistes passionnants.
Avant d’en venir à mon coup de cœur de la semaine, je voudrais vous signaler la sortie récente de l’album de Dennis Kolen, auteur, compositeur et interprète : “Northeim I Goldmine”.

Denis Kolen : Northeim I Goldmine

Edité sous le label Stockfish Records, ce disque est offert en 5.1 SACD et CD stéréo, lisible sur n’importe quel lecteur de CD conventionnel.
Le style est blues ballades, tranquille.
Dennis Kolen joue de la guitare acoustique, blues harp (harmonica) et basse.

Face arrière du disque

Il semble que Dennis Kolen, originaire de Rotterdam (Hollande) ait été inspiré à l’écriture de ses chansons par les Beatles, Eagles, Joni Mitchell, un mélange des genres qui lui va très bien.
Le reste de son inspiration est issue de la Vie autour de lui, de ces petits moments qui paraissent anodins et qui finiront par conduire à une chanson.
La prise de son comme l’enregistrement est impeccable, il s’agit encore une fois de l’œuvre de Günter Pauler, l’homme qui transforme les sons sans les altérer 🙂
Si la guitare est votre instrument préféré, ce disque va vous plaire, car il est majoritairement interprété sous ce mode.
On retrouve cependant d’autres musiciens qui jouent eux aussi sur cet album :

  • Ferry Lagendjik au piano, Fender rhodes, Hammond B3, Mellotron (instrument de musique polyphonique à clavier lisant les sons sur des bandes magnétiques, l’ancêtre des samplers actuels, origine : Angleterre dans les années 60′)
  • Le Mellotron a aussi été utilisé par Paul McCartney dans les studios Abbey Road il y a déjà quelques années, cet instrument est capable de lire des plages pré-enregistrées de différents instruments, aussi divers que la flute, le violon, la harpe, etc…
  • Wietse Zedjik à la basse électrique,
  • Jimmy Van Den Nieuwenhuizen aux drums et percussions.

Note : Belle richesse harmonique, quelques accents folk et celtes sous le couvert de ballades blues, ce jeune homme est un authentique poète, je crois sans peine que la plage N°9 “The boy in the photograph” pourrait devenir un succès très populaire… à suivre 🙂


Sara K : Hell or high water

Cet album n’est pas tout jeune, il a été édité en 2006 sous le label Stockfisch Records et conduit par le génial Günter Pauler.
Ce disque m’a été recommandé par mon copain Gilles et il a eu bien raison, car c’est une perle… je parle du disque 🙂

Sara K album de 2006 et mon coup de cœur

Sara K est accompagnée par le regretté Chris Jones, l’artiste qui est à l’origine du fameux “No sanctuary here”.
J’ai une tendresse particulière pour Sara K, du fait d’avoir suivi sa carrière depuis les débuts, j’aime son ton de voix, sa façon d’interpréter ses chansons et celles des autres.
J’ai souvent utilisé à des fins de tests références des morceaux de musique éditées sous l’étiquette Chesky en 1994 et 1995, interprétés par Sara K :

  • Horse I use to ride,
  • If I could sing your blues.

Je fais une parenthèse pour vous signaler que vous pouvez également retrouver ces deux titres dans les albums Chesky Records “The ultimate demonstration Disc édité en 1995 et sur le “Best of Chesky Classics @ Jazz and Audiophile Test Disc Volume 3”.
Mais revenons en à “Hell or high water” édité encore une fois sous le label Stockfish Records, ce disque est offert en 5.1 SACD et CD stéréo, lisible sur n’importe quel lecteur de CD conventionnel.

Vue arrière du disque

Je ne vous ferais pas la messe, ce disque est excellent sur tous les plans, ce qui ravira à la fois les mélomanes et les audiophiles, ce qui semble être une évidence quand on fait référence à Stockfisch Records.

Sur ce disque Hell or high water, il n’y a rien à jeter et je ne cesse depuis mes premières écoutes de fredonner la plage N°7, “I can’t stand the rain”. Ce titre doit forcément vous rappeler quelque chose … Tina Turner peut être? ou encore le groupe Eruption des années 70′?

C’est en fait Ann Peebles qui est à l’origine de cette chanson en 1977, qui a été depuis reprise avec succès par d’autres artistes, comme la formation disco Eruption, Tina Turner dans les années 80′ (belle version en passant, la tessiture de la voix de Tina est parfaite) ou Sara K en 2010.

Chaque artiste apporte son timbre de voix, son tempo, ses inflexions, sa ligne mélodique, ce qui constitue un véritable tableau vivant.
Cette version de Sara K est excellente également, tout l’album est excellent, mais j’ai dans la tête ce morceau en particulier et j’ai du mal à l’en faire sortir 🙂

Sara K : Hell or high water est mon coup de cœur de la semaine.

  • Sara K : voix et guitare acoustique 4 cordes,
  • Chris Jones : guitare et dobro (guitare à résonateur),
  • Bruce Dunlap : guitare,
  • Christian Willisohn : piano,
  • Brian O’Connor : flute,
  • Hrolfur Vagnsson : accordéon,
  • Michael Kleinhans : tuba,
  • Grishka Zepf : Basse électrique,
  • Michel Poffet : Bowed bass,
  • Hans-Jörg Maucksch : basse fretless,
  • Beo Brockhausen : Saxophone, harpe, ocarina, kalimba, percussions.

Les disques qui figurent dans cet article ont été produits et enregistrés par Günter Pauler.
Le Surround SACD mastering ainsi que la version CD est l’œuvre de Hans-Jörg Mausksch, assisté par Inès Breuer de chez Pauler Acoustics.
Les enceintes acoustiques utilisées pour le mastering sont des modèles B&W Bowers & Wilkins 801D.

Contact Stockfisch Records

Stockfisch Records logo

Producteur et Directeur : Günter Pauler.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2010, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine, sous licence creative commons.

Bonne journée et bonnes écoutes.