Parallels Desktop 6

2
356
Parallels Desktop pour Apple
Parallels Desktop Mobile

Rouler en Mac, c’est prendre le risque de devenir bi et d’y prendre goût.
Non pas bicéphale ou bipolaire, mais c’est tout à la fois être sur Mac et PC, une sorte d’hermaphrodite attitude pour système d’exploitation bien pensant, mais surtout, bien pratique et le plaisir croît avec l’usage.

Ce dernier permet d’utiliser des applications Windows et Mac en parallèle sur un ordinateur Apple récent sans avoir à redémarrer, XP ou 7 se place en tâche de fond, le meilleur des deux mondes au bout des doigts en en français s’il vous plait.
Qui dit mieux?

Parallels Desktop 6

Dans le cadre de nos essais de serveur musique et multimédia, j’ai dû avoir recours à des logiciels spécifiques PC, avec Windows en tâche de fond alors que je travaille sur OS X de Apple.
J’ai utilisé Parallels Desktop 4 dans un premier temps, puis Parallels Desktop 6 et c’est de ce dernier dont je voudrais vous entretenir.

Septembre 2010, Parallels a annoncé la sortie de Parallels Desktop 6 dans les langues suivantes :
•anglais, français, italien, allemand, espagnol
•A suivre : japonais, russe.

Sans Parallels Desktop 6 point de salut, pas de partition virtuelle pour basculer vers Windows et donc, pas d’accès aux logiciels de musique qui n’existent malheureusement que pour PC, du moins dans mon cas précis.

C’est là que le Mac de dernière génération devient un OS extraordinaire de puissance, de simplicité, d’ouverture d’esprit et pour tout dire d’universalité, il permet enfin de s’offrir le meilleur des deux mondes et c’est Steve Jobs, le fondateur de Apple qui en a été le génial instigateur.

Aucun PC ne peut se vanter d’être aussi versatile, sauf Linux, mais c’est une autre histoire, n’est ce pas Patrick 😉

J’ai donc débuté mon expérience avec la version 4 de Parallels Desktop, puis après avoir passé près de deux ans avec cette application, je suis passé directement à la dernière mouture Parallels Desktop 6.

Alors, c’est moins subtil qu’il n’y paraît, les améliorations sont quand même évidentes et bien pratiques à l’usage, en particulier la commande d’ouverture/fermeture en bas à gauche, sous le célèbre stupide bouton windows : Démarrer, alors que l’on veut éteindre sa machine … rien que ça, je n’ai jamais été en mesure de comprendre les méandres PC et je me demande encore aujourd’hui, mais comment vous faites pour travailler avec ça, jouer, je veux bien le comprendre, mais travailler avec un PC, non vraiment, il ne faut pas avoir connu autre chose et ne regarder que le prix, mais ça à la limite, ça regarde le consommateur, qui doit y trouver son compte, puisqu’il y a des millions d’utilisateurs PC sur la planète.

Première impression, Parallels Desktop 6 est plus rapide, l’accès aux logiciels est fluide, sans latence.

Les mises à jours se sont bien déroulées, il a tout de suite reconnu mon réseau, c’est ce que je redoutais le plus, mais ça c’est très bien passé, je n’ai pas eu à intervenir durant toute la procédure d’installation et mise à jour, tout s’est passé en totale transparence et une fois re-démarré, je me suis remis au travail comme si de rien n’était.

Les nouvelles fonctions sous DP6

Nouvelles fonctionnalités de la version 6

Je pense que ça se passe de commentaire, les fonctions intégrées à cette version 6 sont éloquentes.

Petit rappel de l’histoire de Parallels : 2006 à 2010 des innovations croissantes

•Première virtualisation de desktops pour Mac : 2006
•CoherenceTM – intégration et non isolation de l’OS
•Architecture Fast-Lane – optimisation de la rapidité et des performances de l’utilisateur en vue d’améliorer son expérience
•Parallels Desktop® Switch to MacTM
•Optimisations majeures de PD 5 incluses :
• Trackpad multi-touch, mode Crystal, Prise en charge d’Aero.
Architecture Fast-Lane
CoherenceTM
Desktop pour Mac
PD 5 : 2009
Solution pour Switcher de Mac à PC avec la meilleure performance globale et la meilleure stabilité sur le marché
PD 6 : 2010

Parallels Desktop Mobile

Quant à moi, je redécouvre mon Mac Book Pro 2.2, avec Parallels Desktop 6 ça lui a donné des ailes et m’a ouvert les portes de la face lumineuse de Windows notamment avec l’utilisation d’un logiciel pour ripper, lire, graver ma musique préférée, je veux parler de dBpoweramp, “le couteau Suisse de l’audio”, auquel je tiens tant depuis que je l’ai essayé.
Avec Parallels Desktop 6, sans limitation d’aucune sorte, je revis.

Conclusion

Points forts Strengths/ Points forts :

  • Prise en charge du son Surround 5.1
  • Transporter migre les documents, la musique et autres vers les dossiers appropriés dans Mac
  • Nouveau ! Trouve plus rapidement les programmes Windows avec l’intégration de Spotlight
  • Mais surtout, ouvre en grand Windows tout en restant confortablement sous Mac, l’essayer c’est l’adopter.

Système de référence

Mac Book Pro 2.2 Go, Intel Core 2 Duo, 4 Go de RAM, 500 Go DD à 7200 tr/mn, écran calibré à leds, clavier alu extra plat en externe;
Système d’exploitation Mac OS X Snow Leopard 10.6.4
Double disque dur en externe via Firewire et USB2;
Carte son USB2 externe E-MU 0404 by creative professional + Microphone Dayton EMM6 calibré à 45°, 90° et 180°;
NMT Popcorn Hour C200 en liaison wifi
Logiciels dédiés à l’audio : iTunes, dBpoweramp, Pure Music, Amadeus II.

Si vous êtes utilisateur Mac, vous pouvez, durant une période d’essai gratuite, télécharger et essayer Parallels Desktop.

Prix de vente au détail conseillé

  • Version complète de Parallels Desktop 6 pour Mac : 79,99 $
  • Version complète de Parallels Desktop Switch to Mac Edition : 99,99 $
  • Tarif de mise à niveau : 49,99 $.

Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2010, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.

Bonne journée et bonnes écoutes.

2 Commentaires

  1. Dans l’article il est dit :
    mais travailler avec un PC, non vraiment, il ne faut pas avoir connu autre chose et ne regarder que le prix, mais ça à la limite, ça regarde le consommateur.
    Je réponds:
    Pour ma part je préfere travailler avec un Pc pourtant je “connais autre chose” et cela n’est pas une question de prix, puique j’ai deux PC et deux mac !

  2. Dans l’article il est dit :
    mais travailler avec un PC, non vraiment, il ne faut pas avoir connu autre chose et ne regarder que le prix, mais ça à la limite, ça regarde le consommateur.
    Je réponds:
    Pour ma part je préfere travailler avec un Pc pourtant je “connais autre chose” et cela n’est pas une question de prix, puique j’ai deux PC et deux mac !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here