Panasonic PT-AT5000E

1
469

Test du Panasonic PT-AT5000 par Richard Czapla de Cinemotion.

En préambule

Nous avons testé le modèle équivalent pour l’Amérique du Nord sous la référence PT-AE7000U, mais ne sommes pas arrivés aux mêmes conclusions concernent la partie contraste et colorimétrie, il devenait de fait évident de publier les notes de Cinemotion, Richard étant un spécialiste reconnu en la matière, ceci afin de vous offrir nos deux points de vues.

Je reviendrais d’ici peu sur la partie 3D que nous avons eu l’occasion de tester récemment avec ce projecteur, très agréablement surpris, c’est de loin le meilleur atout du PT-AE7000U.

Introduction

Après plusieurs mois de retard, le Panasonic a enfin mis sur le marché son premier appareil 3D.

Tout comme Epson, le géant nippon reste fidèle à la technologie LCD. Alors quels sont ses points forts et ses points faibles ?

Comme vous le savez, nous irons à l’essentiel, n’ayant malheureusement plus le temps de rédiger des tests plus complets avec par exemple une description des extraits visionnés. Cependant, les informations essentielles seront présentes dans les grandes lignes et nous restons, bien entendu, disponibles pour toutes questions par email.
Précisons avant de commencer que le modèle testé est un modèle définitif.
Au déballage du carton, le nombre de protections à retirer est assez surprenant.

Armez-vous de patience et surtout n’hésitez pas à déplacer l’objectif avec le lens shift pour pouvoir les retirer plus facilement.
Vous noterez d’ailleurs que l’objectif n’est plus centré, mais légèrement décalé.
On découvre ensuite un appareil plutôt bien fini avec un design sympa mariant courbes et lignes droites dans un format plus large que profond.


Le panneau de connectiques situé à l’arrière est complet ainsi que les boutons sur le côté.
Il aurait toutefois été bienvenu que ces derniers soient un peu plus discrets ou éventuellement cachés par une trappe.
[caption id="" align="aligncenter" width="600" caption="PT-AE5000 vue latérale sur le panneau de commandes"]

L’appareil possède un zoom et une mise au point motorisée ayant l’avantage de pouvoir mettre votre propre mire en fond.

La télécommande

Le lens shift est toujours présent et toujours manuel avec une belle amplitude même si on regrette qu’il soit encore sous la forme d’un joystick.

Petite précision au niveau de la focale qui possède une large marge de manœuvre, notamment pour les personnes nécessitant une installation en fond de salle.

Enfin, comme son prédécesseur, le PT-AT5000 propose une mémoire de zoom permettant de passer automatiquement d’un format 16/9e à 2.35 (ou presque car les bandes noires sont simplement sorties en dehors de l’écran).

Au niveau de la télécommande, elle conserve une taille très réduite avec une bonne ergonomie mais nous lui reprocherons cependant un manque de raccourcis. Il est un peu pénible de devoir à chaque fois retourner dans un paramètre précis lors d’une calibration ou un test par exemple.

C’est aussi un peu le cas du menu de l’appareil dont nous allons vous montrer quelques parties (Excusez-nous pour la qualité des photos au passage).
En effet, il n’est pas assez intuitif, trop compliqué également pour une personne qui débute dans la projection.

Par exemple, pour passer d’un mode d’image à l’autre, vous ne pouvez pas passer du mode normal au mode rec709 directement, vous n’avez pas non plus une visibilité de tous les modes,.. vous êtes obligés de les faire défiler pour obtenir celui souhaité.

PT-AE5000 ses fonctions

Le moniteur de profil

Réglages disponibles dans le menu avancé

Réglages avancés du gamma.

Réglages avancés du gamma

Le menu de réglages 3D.

Menu avancé en mode 3D

Pour les adeptes de jolies courbes, vous pouvez bien entendu vous amuser à faire mieux si vous en avez le temps.

Gardez simplement à l’esprit la marge de précision de votre sonde.
Les mesures en fonction de la focale :
Luminosité en mode bas : entre 430 et 760 lumens,
Luminosité en mode haut : entre 510 et 1080 lumens,
Contraste iris off : entre 1700:1 et 3000:1,
Contraste iris on : entre 3500:1 et 5800:1.

Sachez que ces mesures sont faites en mode cinéma, le mode REC709 étant très peu lumineux.
A noter le net gain de lumen avec l’activation de l’iris mais uniquement en mode haut de la lampe (normal chez Panasonic).

Les conditions de mesures sont toujours les mêmes. Vous pouvez aussi retrouver un récapitulatif de nos mesures sur le site.
Les mesures de contraste sont aux limites de la plage dynamique sur le luxmètre

Donnons à présent notre avis sur ce Panasonic PT-AT5000.

Nous avons visionné différents extraits SD, HD et 3D ainsi que quelques photos.
Comme à notre habitude, nous avons été très exigeants en lui infligeant une batterie de tests difficiles.
En vrac, voici ce qui en résulte pour le modèle testé :

Points forts Strengths/ Points forts :

– La luminosité,
– La colorimétrie après calibration,
– Le gamma en sortie du carton,
– Les différents mode d’interpolations dont le mode 1 et 2,
– Le menu complet avec de nombreux réglages possibles (mais compliqué),
– Mémoire de zoom,
– Zoom et mise au point motorisés,
– Bon rendu 3D pour une première génération,
– Conversion 2D/3D,
– Possibilité de regarder un film 3D en 2D via les lunettes,
– Émetteur intégré et lunettes légères,
– L’amplitude du zoom,
– Le bruit de fonctionnement en mode éco,
– La présence d’un CMS,
– Compatibilité avec les lunettes 3D de la gamme de téléviseurs Panasonic,
– Le gain de luminosité en mode normal (normal = haut) et iris activé.

Points faibles Weaknesses/Points à améliorer :

– Le taux de contraste,
– La colorimétrie en sortie du carton,
– Pas de gamuts sélectionnable,
– Gamuts en sortie du carton sur la plupart des modes,
– Le menu pas assez intuitif,
– Pas de réglage des convergences,
– Le joystick pour le lens shit,
– Uniformité moyenne dans les angles,
– Un peu de shading,
– Les modes d’interpolations toujours perfectibles,
– La télécommande trop simplifiée,
– La 3D perfectible (ghosting, luminosité,..),
– Image un peu brouillon (ça ne s’explique que par téléphone ou démo).


Conclusion

Le projecteur parfait n’existe pas et ne chanter que louanges et merveilles ne fait pas partie de nos habitudes. (Oui, on se répète d’un test à l’autre ! )
Pour son premier projecteur 3D, Panasonic nous laisse donc un avis mitigé.
L’appareil déçoit principalement sur deux points : le contraste d’une part et sa colorimétrie d’autre part (mais celle-ci reste réglable à l’aide d’une calibration).

Le PT-AT5000 est par contre complet avec une 2D bien restituée, un mode d’interpolation qui fonctionne plutôt bien tout comme le rendu 3D assez convainquant même si toujours perfectible.
Il est lumineux, possède des fonctions motorisées et une focale lui permettant d’être placé dans bien des configurations.

Il vient apporter des petits plus par rapport à la concurrence à un niveau de prix équivalent, mais conserve quelques lacunes de ses générations précédentes. Il donnera tout de même bien du bonheur.. mais à conseiller plutôt pour une salle non dédiée.
Nous restons ouverts à toute discussion par email.. n’hésitez pas à nous soumettre vos questions !


Contact Cinémotion

Manager : Richard CZAPLA
L-5460 TRINTANGE
Luxembourg.


Cet article a été rédigé par Richard CZAPLA, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2011, les textes et photos sont la propriété de l’auteur.

Bonne journée et bon cinéma chez vous.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here