Orion system, acte II scène I

2
168
Orion system Linkwitz

Nous avions par le passé fait une incurssion chez Mr JR pour une écoute de son système Orion, basé sur le concept de Linkwitz, enceintes de type 3 voies open baffle, séparateur de fréquences électronique et un amplificateur par haut-parleur, on parle d’un système tout actif, qui représente en quelque sorte le Saint Graal pour audiophile un tant soi peu mélomane.

Mr JR a accepté d’installer son système Orion chez un de nos amis qui possède un salon d’écoute quasi idéal et c’est avec grande joie que nous avons découvert le système dans ce nouvel environnement.

Orion

Le système :

LP douze, Itock, Koetsu black ou Mission The Rose
Un lecteur Music Hall cd 25.2 comme drive pour un Bel Canto DAC-2 avec cordon numerique Stereovox HDXV, cordon AC Wireworld Stratus sur le Bel-Canto.
Pre-ampli ligne Melos (Upgrade Melos Restoration) filtre Bybee à l’alimentation, cordon AC Wireworld Stratus et Kimber Silver strike en modulation.
2 amplificateurs 4 canaux ADCOM 2535 L, pour 8 canaux d’amplification, 1 par Haut-parleur, pour alimenter deux tweeters, deux mids et quatre woofers.
Un regenerateur de courant PS Audio P 300
Meuble audio modèle Eva, steel and wood et tablette au sol, inovaudio design (made in Canada)
1 module ASP Linkwitz Orion (Analog Signal Processing) filtre séparateur de fréquences
1 paire d’enceintes “Open Baffle” ORION Linkwitz Lab
Le câblage est bien ordinaire, comme les connecteurs, Mr JR a tenu à respecter le concept de base, nous avons néammoins essayé autre chose, et nous sommes revenus aux câbles d’origines pour conserver un équilibre que nous perdions lors des remplacements.

Les auditeurs

Mme Renée.B,
Mr Marq.D,
Mr Jacques.V,
Mr Jacques.R,
moi même.

Orion

Orion

Orion

Orion

Orion

Orion

Orion

La discographie utilisée lors de cette écoute :

1 Chris Jones (No sanctuary here) 03:47
2 Blues Company (Cold rain) 05:44
3 France Gall (besoin de vous)Live Bercy 1993 03:36
4 Oscar Peterson Trio “You look good to me” 04:47
5 Monty Alexander Trio “Nite Mist Blues” 10:10
6 Georgia on my mind (jazz vocal) 05:14
7 Holly Cole (I can see clearly now) 04:13
8 J.Strauss (Tik-Tak Polka-Orchestre Pasdeloup en Répétition) 03:54
9 J.Terrasson (la Javanaise) 03:33
10 Jheena Lodwick (FIM) (Do that to me one more time) 03:57
11 Martin Xavier (Scene de la vie pastorale) 02:04
12 Musica Nuda (How Insensitive) 02:36
13 Patrick Husson (Casta Diva) 02:41
14 Rachelle Ferrell (Prayer dance) Montreux 1991 06:31
15 Sometimes I feel Like a motherless child (spiritual) 02:26
16 Vincent Bidal trio (La boheme) 03:33
17 Canon in D (Pechelbel) 06:43
18 Clochettes et sonnailles 03:09
Plus quelques disques de rock prog.(quand même)

Résultat de cette écoute :

C’est tout un système et une sacré belle démonstration de haute-fidélité auquel nous avons eu droit. Non pas un set up parfait, mais un set up musical.
Le grave est à citer en exemple, c’est ce qui m’avais séduit lors de la première écoute des Orions et ce qui me charme encore aujourd’hui, le registre grave est su-per-be.

Je n’ai pas souvent entendu une contre-basse ou une fender reproduite aussi vraie sur une système hi-fi, c’est tout simplement étonnant.

Le seul reproche que j’ai à faire, se situe au niveau du médium aigu, j’ai constaté un léger voile, et un manque de détails sur les extêmes aigus. ceci étant en parti dû au fait que tout le système est câblé avec un simple multibrins cuivre, qui n’a pas pour réputation d’être un câble dit “ouvert”, et l’amplification qui pourrait être plus haut de gamme.

Cependant, il faut se remettre dans le contexte, le système complet ne dépasse pas 6500 $ US, et pour cette somme, il est impensable ne serait ce que d’approcher les performances que nous ont livré les Orions, avec un système conventionnel, à moins de dépenser plusieurs dizaines de milliers de dollars…de plus.

Conclusion :

Nous sommes convaincus des qualités du système Orion, nous convenons de facto, du potentiel énorme d’un tel système open baffle dans une pièce de taille respectable, notamment en ce qui concerne les graves, qui sont, je dois le rappeler, remarquables.

Cet article a été rédigé par Marc PHILIP rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2006, les textes et photos sont la propriété de l’auteur.