Lexique HCHD

4
388
Diagramme CIE gamut
Diagramme CIE vierge

Puisque nous allons vous parler de plus en plus souvent d’image HD, de vidéoprojection HD, de 3D, de TV HD, autant vous préparer à comprendre de quoi nous allons vous entretenir.

Voici une vue d’ensemble des termes usuels les plus employés dans le monde du cinéma maison, ceci afin de vous familiariser avec certains termes techniques, du moins les plus employés car il en existe bien d’autres.
Format SD = Standard Definition.

Digital Cinema 2K c’est sous ce format que sont tournés les films HD depuis quelques années.

Digital Cinema 4K, l’équivalent numérique du 35mm.
Super Hi-Vision ou 8k c’est un format expérimental de NHK, la télévision japonaise.

Les formats d’images HD usuels

Essentiellement il y en a trois :
– le 720p ou HD ready : 1280 x 720 pixels progressifs = 921 600 pixels par image.
– le 1080i : 1920 x 1080 pixels entrelacés = 1 451 520 pixels par image.
– le 1080p ou (aussi appelé Full HD): 1920 x 1080 pixels progressifs = 2 073 600 pixels par image.

Plus il y a de pixels contenus dans une image, meilleure sera la résolution, d’où l’intérêt de veiller à bien choisir 1080p qui offre le maximum de pixels/cm ou pixels/pouce.

Dés lors, il vous reste à choisir la bonne connexion pour relier tous vos appareils entres eux et en profiter pleinement, car il serait ridicule de vouloir faire passer un signal à haute résolution par un câble inadapté.

Le câblage, c’est la clé.

High Definition Multimedia Interface (HDMI)

“Interface Multimédia Haute Définition” est une norme d’interface audio/vidéo 100% numérique pour transmettre des flux Full HD. Le câble HDMI permet de relier une source audio/vidéo comme un lecteur Blu-ray à un projecteur, TV ou receiver multicanaux.

Différents câbles HDMI

Très pratique à l’usage du fait de sa simplicité, il véhicule à la fois le son et l’image, c’est aussi à ce jour le seul moyen de transmettre sans perte ni altération le format HD 1080p.
La qualité, comme le prix varie selon le modèle, les plus chers ne sont pas forcément les plus performants.

Le 1.4 ne vous apportera rien de plus que le 1.3 à moins de vouloir faire de la 3D.

Les différences se portent essentiellement sur le rendu des couleurs, certains manufacturier vont privilégier le bleu pour renforcer le contraste, d’autre le jaune, pour adoucir l’image, aucun de ces deux choix n’est viable, c’est un moyen simple de contourner l’obstacle, vous serez toujours obligé de réaliser une calibration de votre écran ou projecteur.

Formats son :

Le Dolby Pro logic ou Dolby Surround

C’est l’ancêtre analogique du Dolby Digital.

Dolby Digital

Est apparût en 1992 c’est le premier format multicanaux entièrement numérique.

Dolby Pro logic II

C’est une version encore améliorée qui offre une bande passante étendue qui s’apparente à ce que nous avons l’habitude d’entendre pour la musique en haute fidélité.

Dolby ProLogic IIx

On passe à plus de 7 canaux.

Dolby Digital Surround EX

EX pour “extended” ce format a été développé avec Lucas film en ajoutant un canal arrière supplémentaire.
La certification THX recommande dans ce cas l’usage d’une nouvelle paire d’enceintes bipolaires en arrière de la salle.

THX

C’est une norme de qualité et rien d’autre, George Lucas (Lucas film) en 1982, père de la saga “La guerre des étoiles” est à l’origine du THX.
Il est parti de l’idée avec son directeur technique Tomlinson Holman d’immerger le spectateur dans l’action du film, par des sons provenant de plusieurs sources à la fois ayant pour but de baigner littéralement le spectateur, sans l’agresser.
Le THX (Tomlinson Holman Xperience) était né.
Cette norme permet également de lisser le son afin de limiter les pics d’écrêtage, ou plus prosaïquement d’éviter les forts écarts dynamiques.

Dolby TrueHD

là on commence a entrer dans le vrai monde du cinéma HD, c’est un encodage sans aucune compression.
Ce format de son supporte jusqu’à 14 canaux audio d’une résolution de 24 bits / 96 kHz. Ce format de son haute définition est transmis en numérique via une liaison HDMI 1.3 ou 1.4 pour la 3D présent sur la majorité des films Blu-ray actuels.

DTS

Ce format a longtemps été mon préféré, le DTS est la réponse de Steven Spielberg à Georges Lucas, apparu pour la première fois en 1993 avec le film Jurassic Parc.
Tout savoir sur le DTS http://www.dts.com.

Quand on parle image, vous lirez souvent ces termes pour la qualifier.

Couleurs primaires et secondaires

Rouge, Vert, Bleu pour les primaires.
Comme nous l’avons tous appris à l’école une couleur primaire n’est pas créée par le mélange d’autres couleurs. En revanche en mélangeant les couleurs primaires entre elles, on obtient toutes les autres couleurs.

Artefact

Altération de l’image par effet de moirage.

Convergences

C’est l’alignement des panneaux.
Par exemple, quand on s’approche de l’écran et que l’on porte attention sur un texte, si les contours ne sont pas nets et que l’on perçoit les couleurs primaires, c’est le signe d’un soucis de convergence.
Le réglage de la netteté va autoriser jusqu’à 1 pixel la correction, mais pas au delà.

Antialiasing

Principe qui permet de diminuer l’effet d’escalier apparaissant sur les images lorsque la résolution de l’écran est faible.

Shading

Désigne l’opération par laquelle, en photo et en vidéo, on détermine la teinte d’une surface par rapport à la lumière. Shading signifie littéralement ombrage.

Grésillements

Crépitation analogue à celle du grésil qui tombe du ciel, représenté par un fourmillement de petits points clairs.

Solarisation

ou polarisation, qui donne à l’image une sorte de saturation des lumières hautes, on peut se situer entre un négatif et une saturation plus ou moins prononcée.

Effet d’escalier

C’est l’effet causé par la non-continuité des informations numériques contenues dans une image. Le crénelage se manifeste sur les extrémités de l’image en une succession de pixels visibles.

Diagramme CIE

Littéralement “Commission Internationale de l’Eclairage” C’est l’ensemble colorimétrique, la somme de toutes les couleurs et nuances comprise dans une image, un modèle où l’ensemble des couleurs se trouvent à l’intérieur d’un triangle de référence.

Un diagramme CIE représente toutes les couleurs perçues par nos yeux. Un point défini une couleur, une droite reliant deux points différents passe par l’ensemble des mélanges de ces deux couleurs.

Diagramme CIE vierge

Le Gamut

ou gamut de couleur est un certain sous-ensemble complet de couleurs.
Par exemple lors de la calibration d’une image, le gamut est représenté par le triangle à l’intérieur du diagramme CIE, il représente l’espace de couleur qu’un matériel comme un projecteur ou un téléviseur est capable de reproduire.

Il existe plusieurs normes.. comme REC709, HDTV, etc…

La calibration

Sachant que d’usine un projecteur vidéo ou un écran de quelque nature qu’il soit n’est pas calibré et si votre but est de tirer parti de toutes les performances de votre système, il va donc falloir en passer par une calibration d’écran, dans votre environnement, puisque c’est l’ensemble pièce, ton des murs et plafond + la projection d’une image qui sera pris en compte.

Certes, on vous demandera de minimiser la lumière lors de cette opération, mais l’interaction des murs, sol et plafond est inévitable.

Sur un même appareil, les réglages seront uniques en fonction de l’environnement dans lequel il est exploité, donc inutile de faire calibrer l’appareil vidéo avant qu’il ne soit installé chez vous et en fonction depuis au moins 30 minutes en mode normal.

Calibrer une image c’est l’action qui consiste à l’aide d’une sonde et d’un logiciel comprenant des mires de réglages spécifiques, de coordonner la palette de couleur afin qu’elle soit étalonnée dans le triangle CIE, équilibrer le gamut qui sera visible à l’écran permettra d’obtenir un large spectre colorimétrique avec pour résultat une image équilibrée, sans perte ni saturation d’aucune sorte, les blancs comme les noirs seront naturels, ni trop de bleu, ni trop de vert, ni trop de jaune; il restera encore la possibilité de choisir un mode de projection (cinéma 1, cinéma 2, REC709, Standard, Dynamique, Jeu, etc…) pour ajuster l’image à vos goûts sur le plan des tonalités.

Conclusion

Certes il ne s’agit que d’une ébauche, il existe une pléthore d’autres termes techniques à explorer, il vous suffira de vous balader sur Internet, les moteurs de recherche sont vos amis, ils vous permettrons de trouver votre bonheur; mais déjà là, si vous êtes arrivés à ce stade de la compréhension, vous serez maintenant en mesure d’appréhender le monde fascinant du cinéma chez soi, sans arrière pensée et en toute connaissance de cause.
Nous restons bien entendu à votre écoute s’il vous reste des interrogations sur le sujet.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2011, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.

Bon divertissement.

4 Commentaires

  1. J’apprécie vos articles et les consulte régulièrement, toujours à l’affût d’une bonne information avec en point de mire d’améliorer mon système. Or, il y a quelques mois, j’ai testé un câble HDMI 1.4 entre un lecteur Pioneer BDP-LX 91 et un projecteur JVC HD 750. Résultat bluffant qui exploite pleinement les capacités de sortie du 91 en 14 bits. Après plusieurs jours, j’ai branché le câble HDMI 1.4 sur l’autre sortie du 91 sortie dédiée au son. Nouvelle claque, cette option est supérieure au 1.3, mais je m’y attendais moins à l’étage analogique du 91 pourtant réputé performant, quelques soient les câbles essayés. J’ai immédiatement passé commande de deux câbles. Le modèle testé est le modèle INFINITE de REAL CABLE. Je précise que je n’ai aucun contact avec cette société, d’ailleurs il est probable que d’autres tests effectués avec d’autres marques aboutissent aux mêmes résultats. Je précise, les améliorations sont nettement perceptibles, images et son plus détaillés, richesse de couleurs et spatialisations pour le son, globalement tout est meilleur. La cerise sur le gâteau fut apportée lorsque je branchais un boitier MANTA V4G, de chez ESPRIT CABLES en septembre dernier. Ce boitier possède la particularité de nettoyer les pollutions électromagnétiques. Ce n’est pas du bluff, vous trouverez un excellent test sur le site http://www.evmag.fr à la rubrique accessoires.

  2. @Philippe Hervet: Bien observé en effet, nous ne cesserons de le dire, le câblage est aussi important que le reste du système, car on oublie trop facilement que c’est encore par les câbles que transitent le signal HD.
    Nous utilisons nous aussi une version HDMI Real Cable ainsi que le modèle Forrest de chez Audioquest qui sont tous deux nos références pour le magazine, je n’ai pas trouvé mieux à ce jour.
    À quoi bon posséder des appareils ultra performants si le signal ne passe pas à la bonne vitesse, c’est ce que l’on appelle le syndrome de l’entonnoir.
    Nous ferons une présentation de ce câble Audioquest dans un prochain sujet.

  3. J’apprécie vos articles et les consulte régulièrement, toujours à l’affût d’une bonne information avec en point de mire d’améliorer mon système. Or, il y a quelques mois, j’ai testé un câble HDMI 1.4 entre un lecteur Pioneer BDP-LX 91 et un projecteur JVC HD 750. Résultat bluffant qui exploite pleinement les capacités de sortie du 91 en 14 bits. Après plusieurs jours, j’ai branché le câble HDMI 1.4 sur l’autre sortie du 91 sortie dédiée au son. Nouvelle claque, cette option est supérieure au 1.3, mais je m’y attendais moins à l’étage analogique du 91 pourtant réputé performant, quelques soient les câbles essayés. J’ai immédiatement passé commande de deux câbles. Le modèle testé est le modèle INFINITE de REAL CABLE. Je précise que je n’ai aucun contact avec cette société, d’ailleurs il est probable que d’autres tests effectués avec d’autres marques aboutissent aux mêmes résultats. Je précise, les améliorations sont nettement perceptibles, images et son plus détaillés, richesse de couleurs et spatialisations pour le son, globalement tout est meilleur. La cerise sur le gâteau fut apportée lorsque je branchais un boitier MANTA V4G, de chez ESPRIT CABLES en septembre dernier. Ce boitier possède la particularité de nettoyer les pollutions électromagnétiques. Ce n’est pas du bluff, vous trouverez un excellent test sur le site http://www.evmag.fr à la rubrique accessoires.

  4. @Philippe Hervet: Bien observé en effet, nous ne cesserons de le dire, le câblage est aussi important que le reste du système, car on oublie trop facilement que c’est encore par les câbles que transitent le signal HD.
    Nous utilisons nous aussi une version HDMI Real Cable ainsi que le modèle Forrest de chez Audioquest qui sont tous deux nos références pour le magazine, je n’ai pas trouvé mieux à ce jour.
    À quoi bon posséder des appareils ultra performants si le signal ne passe pas à la bonne vitesse, c’est ce que l’on appelle le syndrome de l’entonnoir.
    Nous ferons une présentation de ce câble Audioquest dans un prochain sujet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here