Les deux mondes

0
278
les deux mondes
Les marées rouges
Rate this post

Cette fin de semaine s’annonce maussade, c’est doublement le temps de se faire une toile et pourquoi pas à la maison tant qu’à y être, voici une recommandation.


Genre : fiction/comédie,
Un film de Daniel Cohen,
Sortie : 2007.

Distribution : Benoît Poelvoorde (Rémy Bassano), Florence Loiret-Caille (Omi), Natacha Lindinger (Lucile), Michel Duchaussoy (Mutr Van Kimé), Augustin Legrand (Zotan), Zofia Moreno (Cara), Catherine Mouchet (La libraire), Stefano Accorsi (Antoine Geller) et la séduisante Arly Jover (Delphine).

L’histoire

Dans un monde parallèle existe le village du peuple Bégaméni, une tribu opprimée qui a décidé de faire des incantations au ciel afin qu’un sauveur vienne les libérer du joug de Zotan, le tyran cannibale et ainsi accomplir la prophétie.
Rémy Bassano est un petit restaurateur d’oeuvres d’art, timide, presque insignifiant au yeux du monde qui l’entoure et de sa propre famille, sa femme Lucille et ses deux enfants.
Il a pourtant du talent, du guts et de la sensibilité, mais il lui faut un catalyseur pour le réaliser.

Une jolie fille lui apporte un tableau à restaurer et au même moment un musée lui confie la restauration d’un petit Toulouse Lautrec, les affaires reprennent.
Sauf que le lendemain matin, Rémy retrouve son atelier inondé par sa négligence, il perd alors son travail et sa femme Lucile lui annonce brutalement qu’elle le quitte pour un autre.
Alors qu’il est en train de préparer le café dans la cuisine de ses parents, il est aspiré dans le sol, traverse le temps et se retrouve à Bégaméni. Là, les Bégaméniens l’accueillent comme le libérateur.

En cet instant, Rémy sait que son destin peut basculer, il se trouve embarqué dans une aventure palpitante.
Il navigue entre les deux mondes où il gère, dans l’un, sa vie de famille ou du moins ce qu’il en reste et dans l’autre, la libération d’un peuple et entreprendre la construction d’un royaume.
Mais être Roi n’a pas que des avantages, le scénario bascule en caricature historique et pousse Rémy acculé par la vindicte populaire, quitte précipitamment Bégaméni pour retourner dans son monde.(ça ne vous rappelle rien?)
il a pris de l’assurance, a changé de caractère, les personnes qu’il croise sentent cette force en lui.
De plus c’est dans les livres qu’il puise son savoir sur comment mener une guerre et le met en pratique,
C’est alors qu’au moment où il décida de tout laisser tomber qu’il est rappelé une dernière fois par le peuple Bégaméni afin de mener le rebellion contre les troupes de Zotan et tuer Zotan.
Ce qu’il ne sait toujours pas c’est comment se termine la prophétie puisque Michel Duchaussoy (Mutr Van Kimé) n’a jamais voulu la lui révéler … surprise de taille.

Conclusion

Prenez ce film comme un conte, une fiction farfelue qui se laisse toutefois regarder en famille, un bon moment de cinéma et de détente, nous en tous cas avons bien ri.
La scénario est bien ficelé, les effets spéciaux bien réalisés et tout le film tient à la personnalité de Benoît Poelvoorde, un pur délice et un bon moment de cinéma.
Arly Jover (Delphine) fait une courte apparition, mais elle ne laissera personne indifférent 🙂


La pensée du moment

Le cinéma est le prolongement onirique de la vraie vie .


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2011, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.

Bon divertissement.