L’amour dure trois ans

0
245
Affiche du film l'amour dure trois ans

C’est la fin de semaine, la neige est arrivée dans notre coin de pays, c’est le temps de se consacrer plus encore à notre passe temps favoris, le cinéma.
Je vous propose notre récent coup de cœur sous la forme d’une comédie… de mœurs.
Un film drôle, truculent, agaçant, romantique, tendre, émouvant, amusant, … tout à la fois.
Du fait de la personnalité haute en couleur de son auteur, nous en sommes à peine étonnés.

Origine: France
Réalisateur : Frédéric Beigbeder
D’après le roman autobiographique de F. Beigbeder “L’amour dure trois ans”, qu’il a publié en 1997.
Genre: Comédie
Durée: 1h38 minutes
Sorti en 2012
Distribution: Louise Bourgoin , Gaspard Proust , Valérie Lemercier, Joey Starr, Nicolas Bedos, Elisa Sednaoui et Anny Duperey.

L’histoire.

Le film tourne autour de Marc Marronnier (Gaspard Proust) chroniqueur littéraire et chroniqueur des nuits parisiennes, le prétexte pour lui de nous raconter avec force et détails ses désordres amoureux et sa vision de l’Amour avec un grand A. Vous comprenez rapidement que l’amour si tant est que l’on puisse encore appeler cela ainsi, ne peut pas durer éternellement.

C’est du moins ce que les premiers plans nous démontrent.
Rencontre idyllique, sexe à gogo, mariage, vie pépère dans un morne quotidien, le couple s’éloigne peu à peu, disputes, divorce… le bordel habituel.
Le reste est un succession hilarante… et je pèse mes mots, des affres de ce “pauvre” garçon éperdument amoureux, complexé, cachotier, cultivé, mais à la fois niaiseux au possible… bref, la Vie quoi.

On y voit Marc qui essaie de vendre son premier livre et c’est l’une des phrase clé du film ,”… Après lecture et examen attentif de votre manuscrit, nous ne pouvons que vous conseiller vivement de cesser toute velléité d’écriture …” c’est à se pisser de rire quand on sait qui est le personnage et l’auteur en question.

Il en est réduit, après ce refus plus qu’implicite, à se présenter devant l’éditrice (Valérie Lemercier) dont il a descendu en flèche de part ses critiques à chacun des livres qu’elle mettait sur le marché… situation trop drôle.
C’est très parisien ce qui se passe dans ce film.

Conclusion

Tous les personnages sont attachants, même si ça sent la parisianisme à plein nez parfois, on se prend même à avoir de la compassion pour cet être désarçonné par ses sentiments. Nous avons trouvé ce film extrêmement divertissent, assez pour qu’il figure dans nos pages.
Louis Bourgouin, que nous avons déjà vu dans quelques films comme, la fille de Monaco, le petit Nicolas dans lequel elle incarne la fleuriste ou encore dans le film de Besson, les aventures de Adèle Blanc-Sec.
Louise dans ce film, est belle comme le jour, ça n’a aucun bon sens.
Elle campe ici le rôle d’une photographe de mode.
Le rappeur Joey Starr campe un rôle de composition totalement à contre courant de son personnage habituel ou de ce qu’il représente, cela rend le film encore plus amusant et sympathique assurément… ce gars est un vrai caméléon, je l’ai vraiment apprécié dans son rôle de flic de la brigade des mineurs dans l’excellent film de Maïwenn, Polisse.

Quoi de plus tordant de l’entendre dire: “… je m’aime, tu m’aimes, nous nous aimons, c’est ça le plus important dans notre bonheur…” et quand vous verrez à qui il donne la réplique, vous saurez alors pourquoi dans son contexte cette phrase est tordante.
Certes on pourra à quelques reprises s’agacer des situations dans lesquelles le personnage de Marc Marronnier se met, tant c’est soit téléphoné, soit absurde.
Bref, pour celles et ceux qui connaissent Beigbeder, vous serez à demi surpris par le caractère prévisible de certaines situations et l’ego de l’auteur calqué sur celui de son personnage… peut être même l’inverse.

Mais une chose est certaine, c’est une bonne comédie romantique ou de mœurs, appelez ça comme vous voulez, un bon moment de cinéma et pour tout dire une bonne surprise.
J’aurais pu vous offrir quelques autres bonnes tirades qui ont retenu mon attention, mais le plus simple je crois, c’est que vous alliez par vous même vous faire une opinion, vous ne risquez qu’une chose, passer un bon moment et vous détendre.

J’ai particulièrement aimé le côté musical, avec une brève apparition de Michel Legrand, au piano, bien entendu, avec ses compositions toujours aussi captivantes, elles ne prennent pas une ride.

En revanche, le fin de l’histoire peut paraître un peu courte sur patte, mais l’amour devrait triompher, une fois de plus.
Bon film.

L’avis de madame

C’est une bonne petite comédie romantique. L’auteur traite un sujet à l’opposé de ce qu’il va vivre dans la vraie vie. Ce paradoxe amène les personnages à dire certaines vérités, en autant de savoir lire entres les lignes. Il y a une belle galerie de portraits, tous avec leur personnalité, ils sont attachants, pas ou peu de garces ou de salauds, il y a quand même la nymphomane de femme d’un de ses amis qui va coucher avec son autre meilleur ami quelques jours avant son mariage, ce qui va leur réserver une sacré surprise … la fin est un bouquet de quelques minutes où est révélé le dénouement de chacun des personnages, on s’attend bien évidemment à certaines situations et moins à d’autres. Le piano sur la plage, il fallait oser, c’est du Beigbeder tout craché.
Il faut voir ce film au second degré et relaxer.


La pensée du moment :

Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire.
[Confucius].


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2012, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.
Bon divertissement.