La Vie d’une autre

0
474
La vie d'une autre

Depuis quelques mois déjà je compile les films qui ont retenu toute mon attention, je me décide enfin de sortir de l’ombre quelques bons moments de cinéma; j’espère que notre rendez vous hebdomadaire vous a manqué 🙂

La Vie d’une autre.
Un film de Sylvie Testud
Sortie en 2012.
Genre: comédie de mœurs, romance, fiction.
Scénario d’après le livre La vie d’une autre (2007) de Frédérique Deghelt
Juliette Binoche incarne Marie Speransky
Mathieu Kassovitz incarne Paul Speransky
Aure Atika incarne Jeanne (la proche collaboratrice de Paul)
Danièle Lebrun incarne la maman de Marie
Vernon Dobtcheff incarne de père de Paul et patriarche, il est aussi à la tête de la multinationale (un acteur accompli)
François Berléand incarne le rôle de l’avocat Maître Volin
Yvi Dachary-Le-Béon incarne Adam le petit garçon de Marie et Paul.
Une présentation s’impose: Sylvie Testud est une comédienne de talent. Nous avons eu le loisir de la voir jouer quelques rôles majeurs, dans Sagan de Diane Kurys ou l’excellent Stupeur et Tremblements d’Alain Corneau.
Sa filmographie est impressionnante et si elle a su tirer son épingle du jeu en tant qu’actrice, elle n’en délaisse pas moins la plume où elle nous démontre hors de tout doute qu’elle sait aussi écrire.
Ce film est sa première expérience en tant que réalisatrice.

L’histoire

Le film commence tranquillement, belle propriété dans le sud de la France, un couple heureux, une famille unie, une rencontre fortuite sur la plage, un premier flirt, le soleil, la plage … jusque là tout va bien.

Juliette Binoche ( Marie Speransky) et Mathieu Kassovitz (Paul Speransky) en sont à leur première rencontre et leurs premiers émois … Puis un beau matin, Juliette se réveille dans une maison située au pieds de la tour Eiffel. Ce lieu ne lui est pas familier, visiblement mariée, un fils Adam Speransky, un corps qui a vieilli puisqu’elle aurait 40 ans, une carrière de femme d’affaires redoutable, une réputation de femme de fer autoritaire et sans cœur dont le couple part à l’eau et pour couronner le tout elle est en instance de divorce… le monde s’effondre à ses pieds, c’est le choc!

Son amour de jeunesse a fini par devenir son mari. Ce dernier distant et froid est à l’opposé de l’image qu’elle conserve de lui. Ce qu’elle est devenue est à l’opposé de ce qu’elle était à l’origine, il y a 15 ans, bref, c’est le monde à l’envers.
Sauf que pour elle, le temps s’est suspendu 15 ans en arrière où elle n’était rien de tout ça… la confusion est totale.

Elle va essayer par tous les moyens de comprendre et remédier à cette situation. À la limite de la folie Marie va peu à peu reprendre pieds.

Dans ce contexte:
Paul est dessinateur de bande dessinée
Marie est à la tête de l’entreprise familiale du père de son mari.
Sylvie Testud a écrit le scénario pour elle au départ, mais c’est finalement pour Juliette Binoche que le rôle a été défini en cours de route.
Le choix de cette actrice s’est porté sur le fait qu’elle est encore une enfant dans un corps d’adulte, quant à Mathieu Kassovitz et bien c’est l’éternel ado. Le couple parfait pour cette histoire rocambolesque.

Ce film nous met parfois mal à l’aise … cette situation peu banale nous embarque malgré nous dans ce tourbillon émotionnel où la raison n’a plus sa place.
Elle apprend au cours de ses recherches sur sa vie, le décès de son père, sa relation tourmentée avec sa mère, amis tout ceci aurait pu être mieux traité, mais Binoche et Kassovitz sauvent le film de leur présence.

Improbable certes, puisque c’est une fiction, cette histoire se construit au fur et à mesure pour tisser avec adresse une trame qui se tient.

Je regrette le rôle un peu trop coloré de Binoche dans les premières 30 minutes du film où elle apparaît un peu gourde sur les bords … elle en fait un peu trop selon moi, on dirait une demeurée, cela la sort du cadre de son rôle et tout au long du film il y a quelques longueurs.
La plus belle scène commence à 1h26 … poignant, c’est là où tout le talent d’acteur se révèle et c’est déjà la fin.
La bande son est très belle.

Conclusion

Ce n’est peut être pas le film du siècle, mais en soi l’histoire et la tournure que prennent les faits est captivante.
Le petit garçon joue bien son rôle.

Il y a des longueurs, des incohérences, certes, mais Binoche et Kassovitz forment un duo attachant. On veut les voir ensemble, c’est sûr, donc on pardonne quelques erreurs de script pour se concentrer sur cette histoire d’amour improbable, mais touchante. Une petite comédie de mœurs qui se laisse regarder sans se poser de question et que nous avons trouvé bien agréable en fin de compte.

L’histoire originale, même si le thème de la vie oubliée a déjà été exploité avec Sophie Marceau dans le film l’âge de raison; Une autre bonne comédie dont je vous parlerai sous peu.
Bon cinéma.


La pensée du moment

Un ami, c’est quelqu’un qui te connait parfaitement mais qui t’aime quand même.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2012, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.
Bon divertissement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here