La transparence

0
205
Vouloir aller quelque part

La pensée du jour reviens à Eric Juaneda en cette belle journée d’automne.

Transparence, a quel niveau de qualité peut-on prétendre ?

Par définition un élément de très haute qualité n’a pas de sonorité propre : Il est transparent.

Revenons à la définition du mot transparent.

Une vitre qui est transparente ne se voit pas.
A l’identique un appareil qui est transparent ne s’entends pas.(au sens coloration du terme)

Plus vous allez monter dans le haut de gamme, moins les équipements vont avoir de sonorité propre.
Les différences entre les équipements vont tendre à s’amenuiser.
Tous ces équipements tendent vers la transparence.

On ne peut être plus transparent que transparent !

En lisant les revues, les forums, on pourrait penser que la quête de qualité n’a pas de fin.
Qu’en investissant dans des éléments onéreux et grâce à la technologie sans cesse en mouvement, le niveau de qualité peut s’élever à l’infini.
En terme de qualité les audiophiles et mélomanes disposent tout au plus d’un enregistrement gravé sur CD, d’un fichier numérique ou d’un disque vinyle.
Le niveau de qualité le plus élevé, la quête du Saint Graal c’est ce niveau de qualité holographique et non la réalité.
La source des données c’est le travail d’un studio d’enregistrement, pas la réalité de l’instrument.
Seul le studio d’enregistrement dispose de la réalité de l’instrument. (et encore, reste le ou les microphones ainsi que le préampli de la table de mastering).
Ce niveau élevé de qualité n’est ni bon marché ni simple à atteindre.
Mais il existe déjà.
Certains audiophiles acquièrent après des années de recherche et d’investissement un de ces équipements transparents. Ils en sont bien souvent déçus.
La réalité n’est pas conforme à leur conception personnelle de la réalité !
A cette quête de trouver une hi-fi conforme à une réalité tout à fait personnelle, subjective et changeante, il n’y a pas de fin ! A la quête de trouver des équipements transparents, il y en a une.

Oui, mais laquelle?

Des équipements oui, la quête probablement non. Il y a des centaines de chemins pour aller au point B. Encore faut il savoir où l’on veut aller.
Eric Juaneda, Vedène le dimanche 7 novembre 2010.
Site web : http://tech.juaneda.com

Il est bien connu que l’on ne va jamais bien loin avec les gens qui ne veulent aller nulle part.

Merci Eric de servir d’initié et de tracer une route, un sentier, un chemin pour nous guider vers notre destination audiophile de mélomane en quête d’identité.


Cet article a été rédigé par Eric Juaneda et Marc PHILIP, rédacteurs indépendants, tous droits réservés, copyright 2010, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.

Bonne journée et bonnes écoutes.