Essais : préamplificateurs passifs

0
707
Bent Audio passive preamp
CDP integris + préampli Bent Audo NOH mk II + Double Gemincore Class "D"
Rate this post

Critiques :

Marc PHILIP , rédacteur pour magazine-audio.
Jacques Roy, AMA member, audiophile et mélomane.
Sylvain Paquette, AMA member, audiophile et mélomane, DIY maniac.
____________________________________
Systèmes utilisés
préamp passif
___________________________

Source :

  • Lecteur de CD Naim CD3.
  • Lecteur de CD Proceed Madrigal PCD II up grade.

___________________________

Préamplificateurs :

  • Simaudio Moon P-3.
  • Passif Bent Audio NOH.
  • Passif Bent Audio NOH boîtier de (Sylvain).

___________________________
préamp passif
___________________________

Amplificateurs :

  • Adcom 545 i
  • Gain Clone
  • Audio Research “custom” CL3 Gemincore Classe “D” inside.

___________________________

Enceintes acoustiques

  • DIY 2 voies + HP passif

___________________________
préamp passif
___________________________

  • Monsoon FPF 1000, 3 Voies hybrides.

préamp passif
___________________________

Vues en détails

Modèle de Sylvain
préamp passif
préamp passif
Modèle d’origine NOH Bent Audio et le SimAudio
préamp passif
préamp passif
Vue plus détaillée du Passif Bent Audio
préamp passif
___________________________

Discographie employée durant ces écoutes

  • L’intégralité du CD de Pedro Almodovar : “Viva la tristeza”.

___________________________

Nos avis respectifs sur ces écoutes

Marc Philip
Ecoutes chez Jacques à Montréal :
Plaisant mais immédiat comme son, c’est ce que j’ai ressenti lors de cette première session alors que nous étions raccordés sur le préamplificateur Simaudio P3, les nouvelles enceintes de Jacques semblent réussies, le grave est un peu court, le tweeter délivre une foule de détails, c’est une caractéristique et non un défaut de mon point de vue. J’avoue avoir un faible pour les réalisations DIY.

Ces enceintes ont été conçues pour fonctionner avec un BSA (Bass System Audiophile), un procédé de sous graves actifs, qui prend en compte les fréquences jusqu’à 115 Hz, ceci pour nous mettre dans le contexte.

Nous remplaçons le Simaudio par le préamplificateur Passif Bent Audio NOH, celui dans son boîtier d’origine, avec l’amplificateur Adcom 545i, dés les premiers sons, nos regards se croisent, en cet instant, nous sommes bien d’accord, c’est meilleur, ça chante … mais ce n’est pas un petite différence, c’est bien plus que ça, je note toutefois une surbrillance dans les hautes fréquences , mais quelle image stéréo, large, détaillée, belle dynamique, rien à voir avec ce que nous a servi le Simaudio précédemment.

Sylvain arrive avec son modèle NOH passif, nous le raccordons, et même si les deux appareils sont quasi identiques, du moins en ce qui concerne les composants internes, le son est toutefois différent, et il y a consensus, ce dernier nous apparait meilleur sur le plan tessiture que le précédent, du moins nous le préférons à son homologue.

Pour aller un peu plus loin, nous décidons de remplacer l’amplificateur Adcom par un gain clone.

De mon point de vue avec le gain clone, le son est moins détaillé, je ne retrouve plus la belle ambiance, ni la “dynamique subjective” qui caractérisait l’adcom.

Ecoute sur notre système en Estrie : le NOH a remplacé le Sima P 2001 avec succès, il n’y a pas de doute, le match entres les éléments du système est une réussite.

Belle aération, on ressent distinctement l’ambiance aussi subtile soit elle de chaque pièce musicale, le bruit de fond est quasi inexistant, notamment quand on place le switch du ground arrière sur la position : hard, si on se met sur float, on entend un léger bruit de fond.

Mon épouse a écouté en ligne deux albums, chose qu’elle n’avait pas fait depuis longtemps, son commentaire est le suivant : “… le son est plus détaillé, mais sans agressivité, on entend plus de chose, c’est vraiment plaisant, je ne sais pas ce que tu as fait, mais ne touche plus à rien …”

Avec le préampli Sima P2001 actif c’était déjà très bien… pour le prix, l’âge et la conception , mais avec le passif Bent Audio NOH, là on passe à un autre monde, différence qui marque une nette amélioration.

Curieusement, lors de la visite de Sylvain, nous n’avons pas été capables de faire fonctionner son exemplaire de préamp passif sur notre système.
___________________________
Sylvain Paquette
Ecoutes chez Jacques à Montréal :
Entre les discussions, écoutes comparatives et découvertes musicales la soirée est malheureusement passée trop rapidement, je remercie Jacques pour cette invitation.
Comme toutes enceintes bas rendement avec cross-over complexes, les enceintes manquent de dynamique à mon goût et doivent se rabattre sur d’autres qualités pour nous charmer.

Les enceintes sont assez neutres et les tonalités très bien, si ce n’est un léger voile sur le mid mais le résultat global est très correct et pourrait satisfaire bien des mélomanes et/ou audiophiles.

En les joignant au système de grave actif elles regagneront certainement en tonus tout en les libérants du bas du registre. Malheureusement celui-ci n’était pas disponible pour l’écoute mais pour l’avoir entendu intégré à d’autres enceintes, je ne peut que prévoir de bons résultats.

J’ai trouvé qu’il manquait un peu de matière au centre lors de l’écoute mais cela est probablement relié au positionnement, que j’ai tendance a faire relativement plus serré à la maison.

Raccorder le préampli passif bent Audio utilisant des s&b tx-102 a aidé l’ensemble en redonnant plus de résolution et d’ouverture au son, mais nous a également mis en évidence certaines limites du système.

C’est malheureusement un défaut des préamplifcateurs passifs qui ne sont pas facile a implanter dans une chaine audio.

Les deux amplificateurs utilisés ont bien répondu au préamplificateur passif, ce qui n’est pas toujours le cas.
J’ai eu de moins bonnes expériences avec certains amplificateus à transistors ou, une fois jumelé à un préamplificateur passif, le son devient carrément “mort” et ennuyant.

A ma grande surprise, les deux préamplificateurs passifs utilisant les mêmes transformateurs n’avaient pas la même sonoritée.

Je n’ai pas vu l’assemblage de l’autre préamplificateur mais je serais bien curieux d’identifier d’ou vient cette différence.
Concernent la version de mon préamplificateur Passif, il est bâti autour d’un boitier Bent Audio, de transformateurs Stevens and Belligton tx-102 mkIII et d’un sélecteur Seiden de la série 45sg.

Le signal est sélectionné par un simple “toggle switch” 2 positions (mes deux entrées rca) et après est dirigé vers un autre sélecteur 2 positions pour être acheminé soit dans le bobinage +0db soit dans le +6db des transformateurs. Ceci permet plus de latitude à l’utilisation.

Ensuite les différents bobinages de sorties des transformateurs sont dirigés vers le sélecteur 23 positions Seiden et un seul en ressort (celui du niveau sonore choisi) pour aller vers les prises rca de sortie.

Mon expérience avec préamplificateurs passifs (résistif ou à transformateurs) n’avait pas été très bonne par le passé, mais je suis très satisfait de celui-ci dans ma chaine actuelle.
___________________________
Jacques Roy
Il est toujours agréable de recevoir des amis pour une audition surtout lorsque cette rencontre se fait autour du partage.
Ce fut le cas ce jeudi, j’ai bien apprécié les vertus du préamplificateur Passif NOH de Bent Audio.

De mon côté je leur ai fait entendre le résultat de mes derniers réglages sur des enceintes de conception DIY personnelle.

Enceintes deux voies équipées d’un aigu Seas à membrane Nomex et d’un médium/woofer Scanspeak à cône de kevlar, ce dernier chargé d’un radiateur passif.
Les composants ont été choisis principalement pour leurs qualité reproductrice affichant parmi les plus bas taux de distortion.

Les performances visées sont en premier lieux de réaliser une intégration des deux drivers sans prédominance identifiable de l’un ou de l’autre avec un respect des timbres.
Ce que tout concepteur d’enceinte recherche, je vous l’accorde.

Caractéristique : ces enceintes acoustiques deux voies, sont appelées à fonctionner simultanément avec un système de sous graves (B.S.A) , absent lors des écoutes cette soirée.

Après une courte écoute de ma chaîne nous avons substitué le préampli Simaudio Moon P-3 par le préampli Passif Bent Audio NOH.

Un voile a été retiré devant les enceintes, nous constatons une “ouverture” accrue, plus perceptible sur le médium et les aigus, mais également sur toute la bande audible, rien de moins qu’un obstacle de moins à franchir à la musique pour rejoindre ses auditeurs.
Il est clair que nous avons ici une innovation de première catégorie qui sans l’ombre d’un doute sera incontournable dans nos systèmes audio.

Nous avons également passé quelques temps en compagnie d’un amplificateur de confection artisanale DIY le ‘’GainClone’’, bien qu’il ne soit pas constitué de composants de premier choix, il est quand même intéressant de constater combien il est possible d’obtenir une reproduction de qualité avec une réalisation si modeste.

Serions-nous à un point tournant de la reproduction audio?

Conclusion

Phil le Charentais, va nous donner le mot de la fin :

Le problème des préamplis passifs c’est qu’il faut un certain nombre de conditions réunies pour qu’ils donnent le meilleur d’eux même : un niveau en entrée suffisant et surtout un ampli qui ait une très bonne sensibilité d’entrée, sinon ça ne le fait pas vraiment, alors que le préamp n’y est pour rien.

Jean Hiraga, l’avait très bien expliqué dans un N° de la NRDS. Les questions d’impédances entrée/sortie et de sensibilité entre appareils sont fréquemment négligées et souvent on attribue un certain manque de performances ou défauts à ces appareils, alors que c’est le fait d’une mauvaise association.

C’est le gros avantage des matériels professionnels dont les liaisons répondent à une norme précise.


Cette session d’écoutes chez Jacques a été bien agréable et instructive.
Nous sommes d’accord pour dire qu’un bon préamplificateur Passif, s’il est bien intégré au sein d’un système, notamment le match entre la source et l’amplification, saura séduire plus d’un audiophile par une son absence de bruit, sa transparence, le gain, et son côté “simple mais pas simpliste”, on s’affranchi d’un cordon secteur et d’un fusible, je dois vous le rappeler.

Sylvain nous avait également fait écouter son préamplificateur Bent Audio chez Marq, en remplacement de son Mélos à lampes, “full tweaké”, ce jour là nous l’avons aimé et pour le coup, nos à priori face au préampli passif, se sont effacés.

Il faut reconnaître les bonnes choses quand elles arrivent, Bent Audio nous a séduit, cette fois encore, je suis moi même en train de l’écouter sur notre système de référence, ce “fameux” NOH qui n’en fini pas de “chanter”.

Je serais assez tenté par l’écoute d’un préamplificateur passif Django et d’autres modèles de la même “veine”.

_____________________________________
Cet article a été rédigé par Marc PHILIP rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2006, les textes et photos sont la propriété de l’auteur.

Bonne journée et bonnes écoutes