Cloud Atlas

4
432
Cloud Astral

Cloud Atlas (2012)

Rien de bien élaboré comme critique, voyez plus cela comme un incitatif à aller voir ce film, puisque Jack l’a beaucoup aimé. De plus les histoires de voyage dans le temps ma fascinent en tout point. Je suis donc certain que les amateurs de SF sauront y trouver leur compte.

Réalisation : Tom Tykwer, Andy Wachowski & Lana Wachowski.

Distribution des rôles : Tom Hanks, Hugo Weaving, Susan Sarandon, Jim Sturgess, Halle Berry, Hugh Grant, Ben Whishaw, Jim Broadbent, Doona Bae.
Titre Original : Cloud Atlas (Allemagne),
Genre : Science-Fiction, Drame,
Durée : 2H45 mn,
Année de production : 2012,
Distributeur : Warner Bros.

Hier, j’ai eu la chance de visionner le film Cloud Astral et ça été très particulier au delà de la distribution de rêve, l’histoire ou plutôt, les histoires, ont vraiment quelque chose de singulier.

Il faut écouter attentivement, sans perdre aucuns moments, les 6 histoires avec passage d’une époque à l’autre ne sont pas évidentes à suivre, car tout est lié.

Ce qui se passe dans un lieu et/ou époque se répercute obligatoirement dans une autre. On voit sur 5 siècles, les mêmes personnages renaissants d’une vie à l’autre, dans des espaces temps différents. Comme quoi ce film nous amène à certaines questions existentielles comme « Quel personnage j’aurais pu être avant cette vie ? ».

Le scénario nous le démontre bien avec le cheminement de chaque individu à travers les siècles.

J’ai bien aimé le dénouement de ces histoires, mais ce qui m’a le plus fait touché, c’est l’œuvre musicale de celui-ci.

Une bande son magistrale d’une qualité digne des plus grands, d’autant plus que cette pièce à été écrite par un musicien prostitué, en collaboration avec un vieux compositeur retraité, que celui-ci affectionnait.
Un très beau film !


La pensée du moment
Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire. [Confucius].


Cet article a été rédigé par Jacques Vigneault, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2013, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.
Bon divertissement.

4 Commentaires

  1. Magnifique film!
    Je n’ai rien compris de l’histoire (du moins, il m’en manque des bouts), mais le film m’a captivé du début à la fin. Il y a quelques scènes hilarantes – un très bon mèlange d’humanisme, de comédie et de science fiction. La musique est magnifique, bref, un très, très bon divertissement!
    Bizarre que ce film, sorti en octobre 2012 soit passé totalement inaperçu…

  2. Magnifique film!
    Je n’ai rien compris de l’histoire (du moins, il m’en manque des bouts), mais le film m’a captivé du début à la fin. Il y a quelques scènes hilarantes – un très bon mèlange d’humanisme, de comédie et de science fiction. La musique est magnifique, bref, un très, très bon divertissement!
    Bizarre que ce film, sorti en octobre 2012 soit passé totalement inaperçu…

  3. “… nos crimes comme nos bonnes actions font notre destinée…” Très beau film, un peu complexe dans les premières 20 minutes, puis on se surprend à entrer dans le jeu, à suivre chaque personnage dans leur histoire propre. Cette toile d’araignée n’a pour fil conducteur le destin, de nous indiquer que même si la cause est perdue d’avance ou semble l’être, si peu soit elle intéressante par une minorité, si cette cause est juste elle vaut la peine d’être défendue. Que nous sommes le résultat de la somme de nos expériences passées, issues de nos vies antérieures, pourquoi pas… Ce n’est pas plus fou que de croire en Dieu, aussi bien que de donner du crédit à la création du monde il y a 4000 ans, si vous voyez ce que je veux dire. Le travail de maquillage sur les personnages principaux de ce film est remarquable, vous devrez attendre la toute fin lors du générique pour voir en vignettes chacun d’entre eux, grimé à un point qu’il est parfois difficile de les reconnaître.

  4. Hello,
    j’ai également vu cet ofni il y a un petit moment (je suis en train de lire le bouquin de Mitchell, oui je sais je fais tout à l’envers) et je suis effectivement tombé sous le charme de ce blockbuster d’auteur…
    Vu la structure du roman, il est quasi obligatoire d’avoir à faire à un objet surprenant niveau narration (et c’est rien de le dire). L’interpénétration des 6 temporalités est tout simplement stupéfiante !!! Comme tu le dis Marc, il faut juste 15 à 20 minutes d’acclimatation, après c’est parti pour un rollercoaster de sensations incroyable. Le travail niveau montage est colossale pour réussir à ne pas perdre son auditoire. Le petit plus par rapport au papier, ce sont ces acteurs qui réapparaissent à foison à travers les ages, accentuant un peu plus l’éternel recommencement de l’Histoire avec un grand H.
    je me suis permis de mettre un lien vers ma chronique étayée que j’héberge sur mon blog (pour les amoureux de ciné)…
    @+

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here