Bluebone interview

1
241
Van Burriss et Jay Bethel Bluebone
Van Burriss et Jay Bethel
Rate this post

J’ai eu la chance de pouvoir m’entretenir avec Jay Bethel et Van Burriss, membres du groupe de Blues : Bluebone, originaire des USA.
Cette entrevue est traduite en deux langues anglais et français, ceci afin de ne pas priver les lecteurs francophones de découvrir d’une part d’excellents musiciens, mais aussi des individus qui nous livrent avec une grande sincérité, des réponses argumentées et complètes, une belle preuve de partage et de générosité.
Vous pourrez en apprendre plus que vous n’imaginez sur ces musiciens qui s’avèrent être affables.
Quoi de plus gratifiant que de faire un brin de causette avec les musiciens qui jouent la musique que l’on aime? Aller les voir jouer sur scène et boire un verre ensemble, peut être 🙂
C’est le vœux que je formule.

Nous avions découvert le groupe Bluebone avec leur dernier album Devil Keep Chewin’, nous l’avons classé excellent, comme étant à mettre au rang des indispensables, entrant de fait par la grande porte, dans la légende.

Lire notre précédent sujet : Legacy-blues/

Suite à nos différentes écoutes, il fait consensus que cet album est une pépite d’or, un joyaux de l’art musical contemporain, une Ode au blues dans le plus pur style.
Je vous recommande les plages N°5,6 et 9, qui à elles seules méritent de référencer cet album dans votre discothèque, …
Je vous invite sans plus attendre à faire connaissance avec les sympathiques et talentueux musiciens qui composent ce blues band, qui est depuis devenu une référence au magazine.

Hi Jay, can you introduce the member of the band to our readership?

Jay Bethel : I play guitar, Van plays bass.
We have two great drummers we work with, depending on who’s available.
Their names are Ed Zatzariny and Thomas Jefferson.
They both play on Devil Keep Chewin’, but not on the same tracks.
Jay Bethel: Je joue de la guitare électrique et Van joue de la basse électrique.
Nous avons deux supers bons batteurs qui jouent avec nous à tour de rôle, selon leur emploi du temps. Ils s’appellent Ed Zatzariny and Thomas Jefferson.
Ils ont chacun enregistré avec nous Devil.Keep Chewin’, mais pas sur les mêmes chansons.

Tell us about your individual background?

JB: I started on piano at age 8, went to Hammond organ at 9, and was doing paid gigs playing dinner music in restaurants at age 12, when I also started playing in bands.
At the same time I started playing guitar. I have performed in rock bands, theatre bands, lounge bands, country bands, blues bands, singles, duos, trios, even worked for an Elvis impersonator. I have now been performing paid gigs for 42 years.
JB: J’ai appris le piano à 8 ans puis l’orgue Hammond à 9 ans. A l’âge de 12 ans, j’ai commencé à être payé pour participer à des soirées musicales (gigs) dans des restaurants, tout en continuant à jouer dans divers groupes. Au même moment, j’ai appris la guitare.
Depuis, j’ai joué dans des groupes de rock, de blues, de country; j’ai participé à des “theater bands” et des “lounge bands”; j’ai joué seul, en duo, en trio, et j’ai même fait l’accompagnement musical pour un imitateur d’Elvis! En résume, je joue professionnellement depuis 42 ans.

Van Burriss: I started on drums at age 12, then switched to electric bass when I was 15. There were only a couple bass players around, so I had my first paid gig when I was 16, in a cocktail lounge.
Van Burriss: J’ai commencé la batterie à 12 ans, puis je me suis mis à la basse électrique à 15 ans. Il y avait peu de joueurs de basse électrique dans la region, donc j’ai obtenu mon premier “gig” à 16 ans pour jouer dans un “cocktail lounge”.

What or who were your influences?

VB: For me, Dee Murray, the late, great, underrated bass player from the old Elton John Band was a major influence. Lee Sklar also comes to mind. He played on all those great California sessions with people like Warren Zevon, Linda Ronstadt, and James Taylor. Robbie Shakespeare, the reggae session guy, is cool, with a great, heavy sound. Me’Shell N’degeocello has killer tone. I like any tight, fat, glue-like bass line.
VB: Pour moi, la plus grand influence vient de Dee Murray, le magnifique joueur de basse, pas assez connu, du premier groupe de Elton John. Il y a aussi Lee Sklar, qui a joué pour tous les grands enregistrements californiens avec des musiciens comme Warren.Zevon, Linda Ronstadt, et James Taylor.
J’aime aussi beaucoup Robbie Shakespeare, le joueur de reggae; il a un super son très riche.
Me’Shell N’degeocello a un son à tout casser. En fait, j’aime les sonorités précises, puissantes et dynamiques, qui relient chaque musicien.

JB: Everyone…Clapton, BB, Freddie, Albert King, Taj Mahal, Allman Brothers, Loggins and Messina, Elton John, Barney Kessel, Chip Gaskill, SRV, Dave Mason, The Band, The Who, The Stones, Santana, Leslie West, Steven Stills, Jimmy Page, Django, Chet Atkins, Johnny A, Larry Carlton, Joe Satriani…on and on.
JB: J’adore tout le monde: Clapton, BB, Freddie, Albert King, Taj Mahal, Allman Brothers, Loggins et Messina, Elton John, Barney Kessel, Chip Gaskill, SRV, Dave Mason, The Band, The Who, The Stones, Santana, Leslie West, Steven Stills, Jimmy Page, Django, Chet Atkins, Johnny A, Larry Carlton, Joe Satriani.

Tell us about your favourite instruments and why they are? Which one do you use on a regular basis

JB: Fender Stratocaster. I have tried others but always go back to the strat. It just feels and sounds right. I have an Alvarez acoustic I do single shows with. I always use Elixir strings on all of my guitars. I like the way they sound and they last a long time. I’m very tough on guitar strings. Ernie Balls are useless to me. Van plays an old Fender bass and a DiPinto, from Philadelphia. He’s got Elixir strings on them, too.
JB: Fender.Stratocaster. J’en ai essayé beaucoup d’autres mais je reviens toujours à la “strat”.
Elle est super à jouer et le son est parfait. J’ai également une Alvarez acoustic avec laquelle je joue pour les concerts en solo. J’utilise toujours des cordes Elixir pour toutes mes guitares.
J’apprécie leur son et le fait qu’elles durent longtemps. Il faut préciser que je suis dur avec mes cordes, je les mets à rude épreuve!
Les Ernie Balls ne me conviennent pas du tout. Quant a Van, Il joue avec un vieille Fender bass et une DiPinto qui vient de Philadelphie. Il utilise également des cordes Elixir.

Do you rather perform studio or live?

VB: Playing live, with people dancing and having fun, is the best. But if we hadn’t made the CD, we would never have met you, or your readers!
VB: Je préfère jouer” live”, pour des gens qui dansent et qui s’amusent devant nous, c’est toujours sympa.
Mais c’est grâce au CD, que nous vous avons rencontré ainsi que vos lecteurs!

JB: Both. I like the studio for the intensity and the process. I really enjoy working and crafting the recording. Playing “live” is very satisfying, personally and musically, and it is where the magical things happen.
JB: J’aime les deux: le studio pour son intensité et le processus lui-même car j’adore travailler sur un enregistrement et le perfectionner.
Jouer “live” est très satisfaisant, personnellement et musicalement. En fait, c’est là où la magie a vraiment lieu.

Describe your music and the public you are aiming at?

JB: Our music comes from the solar plexus. It’s not complicated, but it IS moving. We are aiming at everyone who enjoys music
JB: Notre musique vient des tripes. Elle n’est pas compliquée mais elle est touchante et puissante. Nous jouons pour tous ceux qui apprécient la musique.

Your album are very well recorded, is it your own preoccupation or you leave the technical stuff to somebody else?

VB: Thanks! We’ve worked with some excellent people, most recently Bob Kimmel at Giant Steps Studio and earlier, Andy Amorello at Backdoor Studio. Jay and I care a lot about the sound, but the technical stuff is best left to the professionals. It’s enough to try to keep a high energy level, get good performances, and fine-tune arrangements in the studio, without having to worry about the technical part of recording.
VB: Merci! Nous avons travaillé avec d’excellents techniciens, récemment avec Bob.Kimmel et avant cela avec Andy.Amorello.
Jay et moi-même, nous soucions beaucoup du son mais nous préférons laisser les experts s’occuper du travail.
Nous avons suffisamment à faire avec la musique elle-même, c’est à dire rester le plus dynamique possible, réaliser de bons concerts, et perfectionner les arrangements en studio.
Nous laissons les soucis techniques de l’enregistrement aux professionnels.

Bluebone titres

Do you have preference on the recording material you use?

JB: Our first few albums were done on a DAT …tape. This last one was all digital. I personally can’t tell the difference…this one sounds pretty REAL to me.
JB: Nos premiers albums étaient faits sur “DAT” (cassette compacte numérique).
Notre dernier est complètement numérique. Personnellement, je ne peux pas faire la différence… en revanche, cet album a un son très proche du réel selon moi.

Some record buyers often complain on the low recording quality. What do you think about those people?

VB: We were talking about this the other day. The advent of free–or virtually free–computer file sharing has hurt independent musicians. It costs a lot to make a high quality recording, but there are some people who won’t pay 15 bucks for a CD, even though they spend $4 a day for a coffee! You can’t have it both ways.
Like most things, the people who are taking stuff without paying ruin it for the rest of us. We want our music to “get out there”, but we don’t really make much money on our recordings.
VB: Nous venons de parler de cela. Je pense que l’arrivée sur le marché des “file-sharing” fichiers partagés, pratiquement gratuits a une conséquence négative pour les musiciens indépendants.

En effet, cela coûte très cher de faire un enregistrement de qualité, mais certaines personnes refusent de payer $15 pour un CD alors qu’elles dépensent $ 4 par jour pour un cafe!

Il faut choisir dans la vie, on ne peut pas tout avoir.
Malheureusement ceux qui prennent sans payer, ruinent le marché pour nous tous. Nous voulons que notre musique soit entendue par le plus grand nombre, et nous gagnons très peu pour nos enregistrements.

Looking back, are you satisfied of the path that leaded you to “Devil Keep Chewin”?

VB: Yeah, I think it respects the “electric blues” genre, but stretches it out a little bit. For me, the rockabilly, country, and funk flavors keep it interesting.
VB: Yeah! Je pense que ce CD respecte vraiment le genre du “electric blues” mais il va un peu plus loin. Le mélange de rockabilly, country et funk lui donne quelque chose de plus et le rend particulièrement intéressant.

JB: A recording is always a love/hate thing. There are some things I would like to do differently and some things I love, but after some time, I accept the recording for what it is.
An album is really only a snapshot picture of the band- every time we do a show it’s different.
JB: Il y a toujours une relation d’amour et de haine dans un enregistrement. J’aimerais changer certains aspects du CD mais en même temps j’adore d’autres aspects.
En fin de compte, j’accepte le CD pour ce qu’il est. Un album n’est vraiment qu’un aperçu très rapide de ce que représente un groupe car en réalité chaque performance révèle une facette différente de notre style et personnalité.

Do you listen to other artist music?

JB: I don’t listen to anything in particular…mostly while driving, and then I listen to almost anything.
JB: Je n’écoute rien en particulier. C’est surtout en voiture que j’écoute de la musique, et là tout passe.

VB: Lots of stuff. Old and new. A current blues guy I like is Keb Mo.
VB: J’écoute toutes sortes de musiques, vieilles et nouvelles. J’aime beaucoup un chanteur de blues actuel qui s’appelle Keb Mo.

What are your visions on the future of the CD?

JB: I’d like to sell ten million copies. Other than that, I just hope that people enjoy it.
JB: Je rêve de vendre 10 millions de copies! Hormis cela, j’espère seulement que les auditeurs apprécient notre musique.

Any live performances on the near future or road tour planed?

JB: We are a regional band…New Jersey, Pennsylvania, Delaware, and Maryland in the US. We perform as often as possible…sometimes 3 or 4 times a week.
JB: Nous sommes un groupe regional: New.Jersey, Pennsylvania, Delaware, et Maryland en les Etats-Unis. Nous jouons aussi souvent que possible, quelquefois 3 ou 4 fois par semaine.

Any dream still to realise?

VB: I’d like to find a hat that looks good on me!
VB: J’aimerais trouver un chapeau qui m’aille bien!

JB: I’d like to perform with some of my favorite musicians, mostly Eric Clapton, Taj Mahal, and Diana Krall. I’d also like to kiss Diana Krall on the lips…just once, but a good one.
JB: J’aimerais jouer avec certains de mes musiciens préférés, surtout Eric Clapton, Taj Mahal, et Diana Krall. Je voudrais aussi embrasser Diana Krall sur les lèvres…juste une fois, mais un vrai baiser.

Do you wish to say something to your fan?

JB: Thank you, we love you, whoever you are.
JB: Merci, nous vous adorons qui que vous soyez.

If you wish to pass on any information concerning the band that you would like us to publish, comment or else, you’re welcome.

Bluebone

Conclusion

J’espère que cette entrevue vous aura donné le goût de partir à la découverte de ce groupe de blues.
L’album Devil Keep Chewin’ est vraiment une merveille, un excellent moyen de vous faire plaisir, mais également de faire découvrir le blues à des personnes novices, qui voudrons à l’issue de cette expérience en apprendre plus sur cette musique.

J’ai même un exemplaire de Devil Keep Chewin’ qui reste en permanence dans le changeur CD de mon auto.

Merci Jay et Van d’avoir accepté de répondre à mes questions avec cette joie sincère qui caractérise les personnes qui ont acquis beaucoup d’expérience de la Vie par un vécu fait de haut et de bas.
Vos goûts musicaux sont très proches des miens, je vous suis à 200% quand vous évoquez des noms comme : Eric Clapton, Diana Krall (qui est canadienne), Keb Mo, Jimmy Page, Me’Shell N’degeocello …
je suis tenté de rajouter mes autres musiciens préférés: Robert Cray, Jack Johnson, Stanley Clarke, Stanley Jordan, Lucky Peterson, Ronnie Earl and the Broadcasters, Stevie Ray Vaughn, Billy Cobham, Mark Curry, Roger Waters, Ry Cooder, Ali Farka Toure, David Gilmour, Rory Gallagher, Paul Personne, Fabian Anderhub (d’origine du Québec-Canada et de la Suisse), Melvin Taylor, Mighty Sam McClain, Trevor Finlay, Blues Company, Bluebone … liste en constante évolution.
Guys, I wish you all the best.
We love you too.
Best regards


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2010, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.

Bonne journée et bonnes écoutes.