Atoll CD200, Ayre C5Xe, Consonance Droplet 5.0

12
399
Proac 2.5 clone
Rate this post

Critiques :

Marc PHILIP , rédacteur pour magazine-audio.
Y.L , AMA member, audiophile et mélomane.

Système utilisé :

Sources :

  • Lecteur de CD/SACD Ayre C5Xe : 6600,00 $ Can, propriété de Mr Y.L
  • Lecteur de CD Atoll CD200 : 2100,00 $ Can, propriété de DIMEX distributeur Atoll.
  • Lecteur de CD Consonance Droplet 5.0 : 3200,00 US $ soit 3800,00 $ Can, propriété de Mr Jean Légaré.

Préamplificateurs :

  • Classé Audio DR-6 MKII

Amplificateur :

  • Classé Audio DR-15 , 175 Watts/canal

Enceintes acoustiques

Réalisation DIY sur le design des Proac 2.5, séparateur de fréquences externe, condensateurs Mundorf Supreme Mundorf Silver and Oil, Bobine cal. 10 et 12, résistances Ohmite Gold.

Mr Y.L possède également une paire de Proac 2.5 originales, cependant les “clones” ont été largement améliorés pour justifier le choix de les placer sur le set up principal. c.q.f.d


Câblage :

  • Câbles vers préamplificateur : TaraLabs RSC Ref. /RCA
  • Câbles vers l’amplificateur : TaraLabs RSC Ref. /RCA
  • Câbles vers les haut-parleurs : TaraLabs Quantum 3+ en bi-câblage

Alimentation électrique:

Barre de distribution “fait maison DIY” avec filtre Bybee.
Câbles AC Power “fait maison”, cal 10 multibrins, cuivre plaqué argent et connecteurs Furutech.
Circuit électrique de 15 amp dédié pour le système.


Discographie employée durant ces écoutes

  • 1 Chris Jones (No sanctuary here) 03:47
  • Blues Company (Cold rain) 05:44
  • France Gall (besoin de vous)Live Bercy 1993 03:36
  • Monty Alexander Trio “Nite Mist Blues” 10:10

Monsieur Y.L est le propriétaire du lecteur Ayre C5Xe, c’est donc sur son système et dans son environnement que nous avons eu tout le loisir de comparer nos 3 lecteurs de CD en utilisant pour les 3 appareils le même cordon secteur ainsi que le même câble RCA.Nous avons veillé à laisser les appareils sous tension pour que leur température de fonctionnement soit optimale.
Nous avons commencé par écouter attentivement le lecteur Ayre, puis l’Atoll et pour finir le Consonance.

Avis personnel et premières impression avec le Ayre C5Xe :

comparatif lecteur CD
L’image stéréo est large, la hauteur réaliste, les plans sonores respectés.
Voici ce que j’ai noté au moment de l’écoute : Son doux, délicat, fluide, sage, politesse, civilisé, je ne note aucune agressivité, même sur les attaques de piano.

Avis personnel et premières impression avec le Atoll CD200 :

comparatif lecteur CD
L’image stéréo est toujours aussi large, le niveau me semble plus élevé subjectivement, donne l’impression d’un dynamique plus importante, le médium aigu est très détaillé.
Je note spontanément quelques mots à la volée :

  • + dynamique;
  • + de détails;
  • Les attaques du piano sont fulgurantes, mieux senties, nous décidons de réajuster le niveau sur le préampli pour nous rapprocher de l’écoute précédente avec le Ayre.

Potentiomètre du volume au préamplificateur à 8h50 avec Atoll et 9 h avec le Ayre).

Sur le morceau de Monty Alexander, le piano est plus franc, je note néanmoins, une légère “coquetterie” dans les hautes fréquences, qui s’apparente à de la saturation.

Est ce une coloration ou un manque de graves ?

Nous avons eu la réponse avec la suite des écoutes : manque de texture sur le grave et bas médium, notamment sur le jeu de contre-basse.
L’équilibre tonal de ce lecteur est de type médium/aigu, son légèrement projeté, forward, pour reprendre une expression bien connue.

Ce que je prenais pour de la dynamique est en réalité une impression d’un médium aigu “boosté” au détriment du bas, associé à un niveau de sortie supérieur, 2,5 Volts, ce qui est une très bonne chose en soi.

Cette impression n’est pas désagréable, d’autant que je ne note pas d’agressivité, c’est simplement un constat, un tempérament, une caractéristique propre au lecteur.
“Il mériterait de laisser plus de chair autour de l’os”, comme le dit si bien un de nos amis. Sylvain, si tu nous lis 😉

Vous l’aurez compris, le lecteur Atoll a tendance à en rajouter un peu sur le registre mid/high, mais sans agressivité, je l’ai apprécié pour ses qualités et son extraordinaire rapport/qualité/musicalité/prix.
J’aurais apprécié la présence d’une paire de connecteurs XLR.

Avis personnel et premières impression avec le Consonance Droplet 5.0 :

comparatif lecteur CD
Je ne note pas tout de suite de différence avec le lecteur Ayre entendu juste avant, sur le même passage musical.

C’est au bout de quelques minutes que les différences me sont apparues évidentes.
Le lecteur Consonance possède un bel équilibre tonal, une bande passante subjectivement large, l’image stéréo est conforme aux deux autres lecteurs, large, profonde et haute, mais avec un petit quelque chose en plus, il m’a semblé que l’effet 3D était renforcé.

Je note quelques mots à la volée : image holographique, belle texture, beauté des timbres, ça “swingue”, sonorité naturelle, pour tout dire très crédible, car tout est à sa place, chaque instrument et interprète semblent prendre une place distincte, comme si le relief était plus évident qu’avec les deux autres lecteurs.

Revers de la médaille : Ce lecteur chauffe énormément, son étage à tubes n’est certainement pas étranger à ce constat (2 X Sovtek 6H30).
Ses dimensions le réserve à des supports tablettes adaptés, j’ai mesuré 51 cm de large et 43 cm de long, bord à bord, poids : 30 kg.


Cette visite a été très agréable à tous les égards, Mr Y.L s’est prêté de bonne grâce aux caprices de l’installation des deux autres lecteurs, j’ai beaucoup apprécié cette disponibilité d’écoute, ça a été un bon moment de partage.C’est une expérience que je souhaite renouveler.

Dans la circonstance, j’ai préféré le lecteur Consonance pour sa “justesse”, c’est à dire sa capacité à délivrer le message musical sans artifice, puis le Ayre et enfin le Atoll, ce dernier étant de mon point de vu un extraordinaire bon lecteur à qui il ne manque pas grand chose pour s’approcher au plus près les deux autres.

Comment le lecteur Atoll peut il prétendre “gommer” ses coquetteries dans le haut mid et aigus?
Par exemple en mettant des “Topper” sur le dessus de l’appareil ou un mode de damping sur le couvercle, les sibilances ou saturations finissent par disparaître et on gagne de la texture sur le bas mid.

Le Consonance est un bon et beau lecteur, avec son sens du rythme et son design audacieux, il reste ma préférence et mon coup de cœur.
Mention spéciale au design avangardiste, taille et poids hors normes, possibilité du réglage de volume depuis la télécommande.

Note personnelle :

Nous avons fini par “tweaker”, ou du moins installer différemment sur son support le Lecteur Ayre pour obtenir une nette amélioration, nous avons pour cela utilisé 3 cônes en céramique “isopod”, très intéressant résultat, ce qui a eu pour conséquence de redonner vie au Ayre qui me semblait “trop sage”.

Une fois positionné ainsi, le Ayre est arrivé à presque accoter le consonance.

Le lecteur Atoll, (s’adresse à l’audiophile actif) c’est la belle fille du bal, que tu remarques dés l’arrivée dans le party, excitante, tu vas la courtiser dans le but de finir la soirée ensemble.

Le lecteur Ayre C5Xe, (S’adresse au sage) c’est la promesse de mariage, une union d’amour mûrement réfléchie, c’est un engagement pour le long terme.

Le lecteur Consonance Droplet 5.0, (S’adresse au mélomane branché) c’est le mariage sous le signe de l’anticonformisme, inspiré par un attachement quasi spirituel, il résume et conjugue le meilleur des deux mondes : raison et passion.


Le mot de la fin par Monsieur Y.L :

Je suis plus habitué à effectuer des écoutes pour le compte de la revue Son & image dans un contexte plus conventionnel, chez les revendeurs par exemple, mais j’avoue avoir trouvé intéressant de pouvoir prendre le temps, chez moi, dans un environnement familier, de comparer ces 3 appareils.

Le CD 200 Atoll m’est apparu extrêmement dynamique et détaillé sur le coup, nous venions juste de faire l’écoute de mon lecteur Ayre CD5Xe.

Détaillé certes, mais sur certains passages du piano notamment sur les hautes, une saturation est perceptible sur les notes plus appuyées, c’est flagrant sur le morceau de Monty Alexander “Nite Mist Blues”.

On a parfois du mal à distinguer chaque note du piano, les nuances sont plus floues qu’avec mon lecteur Ayre.

Le côté très en avant du médium/aigu détourne notre attention sur le manque de grave et bas médium, il me semble que le bas mid pourrait être plus texturé, cependant, en regard du prix de l’objet : 2100,00 $ can, ce lecteur en donne plus et c’est de mon point de vue, une bonne surprise, je verrais bien ce lecteur associé à une électronique à tubes, un intégré serait idéal pour constituer un système cohérent et très musical, pour un prix réaliste.
En tout cas, ce lecteur Atoll ne m’a pas laissé indifférent.

Le Ayre face au Droplet :

difficile de me prononcer objectivement … je ne vais pas remettre en question mon choix initial avec le Ayre, mais je reconnais des qualités indiscutables au lecteur Consonance, qui est très musical, bien texturé, solidement articulé et possède un design original.

Je perd un peu mes repères notamment sur la contre-basse et les dernières notes du piano, ou le Consonance livre peut être plus d’informations, mais me semble moins “live” que le Ayre.

Une fois le Ayre mis en position 3 points d’appuis, 2 latéraux pointes en haut côté droit et 1 point d’appuis côté centre gauche ointe en bas, on retrouve plus de “guts” et de mon point de vue, on arrive au même niveau de performances que le Droplet 5.0.
J’apprécie le Ayre pour ce qu’il est : musical et sans excès.

Certes moins détaillé sur certains passages, mais ôh combien fluide et absent de coloration, qui en fait un compagnon idéal pour de longues heures d’écoutes sans fatigue auditive, je l’ai d’ailleurs préféré au modèle Ayre CD7x, supérieur en prix, mais trop détaillé, plus analytique, moins “charnu” ce qui m’a fait préférer le modèle CD5Xe, plus “doux” lors de mon achat.


Remerciements :

À Mr Y.L qui nous a reçu chez lui et pris le temps nécessaire à l’accomplissement de ce comparatif.

Le lecteur Consonance Droplet 5.0 qui nous a servi lors de ces essais, a aimablement été mis à notre disposition par Monsieur Jean Légaré, manager de Nirvana Audio concepteur d’enceintes acoustiques.

Le lecteur Atoll CD200, nous a été aimablement prêté par Monsieur Jean-luc Petit, manager de DIMEXS, distributeur Atoll, Naim et Nagra.

La suite de cet essai.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2006, les textes et photos sont la propriété de l’auteur.

Bonne journée et bonnes écoutes.