Acoustique expérimentale

7
378
Face au système

Dans la Vie, il y a ceux qui font les choses à moitié, au ralenti, pas à pas, timidement diront certains et puis ceux qui vont jusqu’au bout du bout, selon l’expression populaire.
Cela donne parfois des résultats étonnants, mais en fin de compte, ne laisse personne indifférent.

Le propriétaire et concepteur du système qui suit a acquis avec le temps une bonne expérience dans le domaine de la hifi, grâce en particulier à sa curiosité et les différentes expérimentations qu’il a mené.
Cette personne que nous allons appeler Philippe est partie de l’idée que le matériel seul ne suffit pas pour performer; faut il encore que le lieu soit adapté lui aussi à reproduire les sons, sinon à quoi bon investir des milliers de $ ou €.

À l’évidence, l’acoustique, pour le béotien est une grande inconnue et les plus fortunés se tournent immanquablement vers le remplacement systématique, pour ne pas dire compulsif de leurs équipements en compensation d’une acoustique non viable de leur salle d’écoute, quelle tragédie 🙂
Pas tant que ça en fait, car cela permet d’alimenter le marché en produits d’occasions de haut de gamme, ce qui fait le bonheur de bien du monde et personne ne s’en plaindra.
Partant de cette idée, de potentialiser son materiel, Philippe s’est renseigné sur les possibilités qui lui permettraient de réaliser une acoustique dans sa petite pièce et de profiter enfin des pleines capacités de son système.
De longues heures de lectures ont été nécessaire avant même le premier panneau.
Voici donc les tribulations d’un mélomane en quête de vérité sonore et de l’aboutissement d’un rêve… extrême.
Ce qui suit est assez particulier et pour tout dire unique en son genre.

Philippe, peux tu nous présenter ton système?

La partie électroniques

Mon matériel d’écoute finalisé il y a peu par un ampli à tube 2A3:
A/ 3 Lignes dédiées en 4 mm²
B/ Boitier secteur: 3 embases IEC Furutech cuivre
C/ Câbles alimentation secteur: Yarbo 7000; connecteurs IEC Furutech cuivre
D/ Préamplification: Montage par un électronicien avec composants haut de gamme sur Shéma KANEDA
E/ Amplification: ASL Tulip en single ended ; Tubes 2A3 Sovtek; Valve redresseuse GZ37 Mullard ; Tubes 12AX7 Mazda metal plate
F/ Sources: Platine CD Marantz SA 15S1
D/ Câbles de modulation: Viper
E/ Câbles HP: Supra ply 2.0
Meuble HIFI DIY en CTP de 5 cms sur trois points et 3 étages et posé sur pointes de couplage.
Enceintes Cabasse DINGHY 221 avec Large Bande 24B25C + Super tweeter AUDAX TW8B filtrés avec capa Mundorf Suprème Silver Oil de 0,33µF
Caisson de basse actif TRIANGLE METEOR 2.5.

À propos du traitement acoustique, quels ont été les principes adoptés?

Comme vous pouvez le voir, j’ai voulu une pièce très diffusante, car relativement petite 9M².
J’ai tout construit moi même: Diffuseurs de Schroeder, résonateur à membrane, bass trap, bass corner, panneaux absorbeurs, meuble, etc …

je suis parti d’une pièce avec les murs non parallèles, pour éviter les échos flottants, les murs ont été montés en syporex, excellent en acoustique, car plein de petits trous d’air, la structure générale de l’armature a été construite avec le moins possible de résiliance, tout a été jointé à l’acrylique, l’isolation phonique a été réalisée en laine de roche, et les plaques fixées sont du BA 13 mais en 60 cms pour éviter trop de résonances.

Le sol a été particulièrement soigné, avec du Rocksol de 6CMS d’épaisseur et le sol en dalle de bois naturel directement collé dessus en évitant la résiliance, pour finir, j’ai utilisé des dalles de moquettes bouclées en 3 mm.

La pièce est ventilée par 2 grilles réglables et se terminant par des pièges à son, une troisième grille permet l’arrivée de la climatisation.
Pour le traitement acoustique, j’ai utilisé diff matériaux: Laine de verre pour les aigus, fibre de bois pour le Haut médium et laine de roche pour les basses et diff épaisseurs ( 2 cms, 4.5, 10 cms ).

Les panneaux acoustiques sont réalisés en MDF de 0.9 cms, 1.5, 1.8 cms et collés pour créer la diffusion, je n’ai pas excédé 14 cms de profondeur sur mes Schroeders derrière les enceintes.

Du relief partout

Tous les angles sont équipés de bass trap ( 6 au total ) avec un résonateur d’Helmotz à gauche derrière l’enceinte Gauche.

L’alimentation électrique: 3 lignes dédiées en 4², avec boitier répartiteur en embases IEC Furutech cuivre avec 2 disjoncteurs de 2A, et un de 10A pour l’ampli de puissance
J’ai rajouté une plaque de marbre sur la platine CD pour les vibrations ( pas sur la photo )
Le résultat de la restitution; “péchu”, naturel et une scène sonore très ample et profonde surtout dans les basses, la 2A3 m’apporte avec le LB, beaucoup de naturel et me gomme la bosse dans le haut médium, spécifique de ces HPs.

Quel est le but recherché à la base?

Me créer ma propre satisfaction auditive sur mesure 🙂

Combien de temps a demandé l’élaboration de ta pièce?

3 ans entre les recherches théoriques, plans, réalisation, aménagements et réglages.

La position d’écoute

As tu comptabilisé l’argent et le temps investi?

Moins de 6000 euros, beaucoup de temps et de Week-end passés dans la pièce.

Sur quelle base technique t’es tu appuyé pour réaliser tous les panneaux acoustiques dans ta pièce?

Cours d’acoustique, forums, sites spécialisés ( le tiens en particulier ).

Quelle formation as tu dans le domaine?

Aucune à la base, mais depuis 20 ans je suis passionné par le son et l’acoustique.

Détails sur le travail des angles et le type de relief choisi

Quels types de matériaux as tu utilisé pour tes panneaux?

De la laine de verre pour les aigus, fibre de bois pour les haut-médiums, laine de roche pour le bas médium et laine de roche compactée pour les basses fréquences.

Quels types de musique écoutes tu?

Jazz et classique essentiellement à 80% , mais aussi de la pop.

Quelle évolution comptes tu entreprendre dans cette pièce?

Modifier la diffusion en l’augmentant, et me construire un nouveau résonateur à membrane.

Pourquoi avoir porté ton choix sur du MDF au lieu du contre-plaqué?

On est d’accord, mais je ne pouvais pas construire des panneaux avec autant de profondeur, en lien avec mon volume et sa configuration, je me suis borné précisément sur le traitement des basses, vu aussi le petit volume; j’ai fait un choix et le résultat est plus que satisfaisant.

Pour le médium, j’ai fait ce choix pour la facilité d’utilisation, son poids et son coût, car j’en ai beaucoup dans la pièce.

By night

Conclusion

Voilà ce qui ponctue le travail de Philippe en attendant de voir les étapes du tout début pour en arriver au résultat final que nous venons de voir.
Je dois reconnaître l’incroyable travail, mais comme j’en ai discuté avec Philippe, mon point critique concerne la diffusion qui de mon point de vue est trop “timide”, je serais partisan d’aller plus loin.

Le relief est une chose, la diffusion comme tel en est une autre.
Toutes les solutions que tu as utilisé dans ta pièce ressemblent plus à de la diffraction, c’est à dire de la diffusion sur une faible profondeur, l’onde sonore est cassé à son contact, mais tu ne sais pas sur quelle fréquences exactement.

Sur les catalogues des manufacturiers ils appellent ça de la diffusion, mais ce n’est pas tout à fait exact.

La diffusion c’est complexe à mettre en œuvre, ce sont des cavités profondes, les cellules pour les diffuseur de type quadratique 2D suivent une suite logique pour jouer leur rôle en relation avec une plage de fréquences plus ou moins large, par exemple mon modèle de quadratique 2D mk II de 28,5cm de profond travaille sur une plage théorique de 700 à 14k.

Mon plus petit modèle est moins efficace du fait de sa faible profondeur justement, même s’il apporte incontestablement son lot d’amélioration selon son positionnement.
Je pense qu’il est salutaire d’expliquer de quoi il s’agit, car les lecteurs ont vite fait de sauter à la conclusion, appelons un chat un chat 🙂

Et je sais que les questions vont être nombreuses si je n’explique pas ce que tu as voulu reproduire exactement.

Mon conseil, pour celles et ceux qui comme Philippe n’ont à leur disposition une très petite pièce, c’est de privilégier la diffusion, ceci afin de rétablir une la vraie dimension de la musique, de donner le sentiment d’être dans un espace plus vaste en respectant la plage dynamique la plus large.

Une petite pièce peu devenir un atout si elle est bien travaillée, l’écoute va beaucoup s’apparenter à celle que l’on fait avec un bon casque.
Saluons le travail d’ébénisterie de Philippe dans un contexte pas si évident où il a su tirer parti de ses connaissances pour parvenir à donner à son système hifi une dimension en 3D où le relief est la clé du succès.

L’esthétique? c’est secondaire dans le cas présent.

Je serais en revanche très curieux d’aller faire des écoutes de musique dans ce contexte, car ses commentaires me rappelles fortement les sensations que j’ai éprouvé dans des cas similaires et j’ai aimé ça.

Jamais la dynamique d’un système n’a été aussi importante que dans un petit volume, on est capable de se positionner à 3 mètres du drum ou de tout autre instrument, en autant que les haut-parleurs soient en mesure de le donner.

C’est une expérience riche d’enseignement au delà de l’aspect purement étonnant de la part d’un amateur qui s’est inscrit dans une démarche plus professionnelle qu’il n’y paraît.
La passion a encore une fois gagné la partie, Philippe peut être fier de son œuvre, car il l’a fait.


La pensée du moment :

Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire.
[Confucius].


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2012, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine.
Bon divertissement.