Une mesure de musique hifi

une mesure de bon sens + un pro et quelques $$ = recette gagnante

Nous allons essayer de démystifier un aspect moins connu, mais bien présent dans les discussions autour de la reproduction de musique et de cinéma maison : les mesures et autres courbes, dont certains se gargarisent à n’en plus finir.

Représentation graphique de la réponse en fréquence de l'auditorium

Vous entendrez parler ici et là, peut être plus là que ici, en particulier sur les forums de discussions, de courbes de réponse en fréquences, de mesure, de RTA, d’acquisition de données, de capture de son, de niveau sonore mesurable, résonances modales, interpolation, RT60 et autre bande passante virtuelle, … bref d’un tas de mots mis bout à bout pour vous faire croire que demain vous devriez écouter de la musique en regardant une courbe de mesure sur l’écran de votre ordinateur… non mais je rêve.

Les Grecs et Romains qui ont bâtis les plus beaux amphithéâtres il y a plus de 3000 ans qui encore aujourd’hui nous servent de référence, doivent se bidonner à n’en plus finir du fond de leur tombeau ou du moins ce qu’il en reste.

Tout ce « cirque » autour de la soi disant courbe à tout prix, est alimenté par une poignée d’amateurs frustrés, au savoir souvent limité, qui pour se donner de l’importance vont plus volontiers parler de courbe de mesure pour se faire mousser que de musique, sachant très bien que cette dernière dépasse de loin leur domaine de compétence et qui de fait galvaudent une profession à part entière.

Ces gens là écoutent ils de la musique en réalité? c’est une bonne question.

Mis à part dans un théâtre, un amphithéâtre, une salle de spectacle, je ne vois pas vraiment à quoi va bien pouvoir vous servir de capturer sur RTA ce qui se passe dans votre salon privé de quelques m2, sauf si votre but est de réaliser par un professionnel un traitement acoustique digne de ce nom, avec des outils adaptés et un protocole sûr, ce qui est loin d’être le but avoué du petit amateur du coin.

Petite mise en garde, il ne suffit pas de lire la courbe du RTA. Si vous mesurez deux enceintes acoustiques séparées d’une distance X, il faudra compter avec du filtrage en peigne et donc une courbe à l’avenant. Du coup, à chaque fois que le micro sera déplacé, on obtiendra une nouvelle courbe.
Il est souvent plus agréable d’avoir une courbe de réponse la moins corrigée possible, afin d’obtenir un son plus naturel. Une courbe de réponse en fréquences plate ne veut pas dire un meilleur son, loi de là.

Si c’est juste pour voir une courbe … alors passez votre chemin et concentrez vous sur l’achat de musique et l’agencement de votre mobilier, ce sera plus productif.

Un mot au sujet du RT60 :

À qui allez vous faire croire qu’un RT60 doit être visualisé par une courbe dans une pièce de moins de 20m2?

Je vous le dis tout net, ne payez jamais quelqu’un pour venir vous démontrer que votre modeste salon possède un RT60 de X alors que n’importe qui peut aisément en moins de 10 seconde vous en faire la démonstration sans aucun appareil autre ses mains et sa voix.

Bon, admettons…

Une fois que vous aurez en main le RT60 de votre salon, vous allez en faire quoi?
Amortir? Diffuser? Diffracter? Ne rien faire? …

Allez, je suis beau joueur, vous avez en main une « Zolie » courbe de votre pièce et le précieux RT60, qui vous indique une réverbération excessive … tient donc, je m’en serais douté 🙂
Maintenant, que comptez vous faire?
Si panneaux acoustiques il doit y avoir, où vont ils se positionner? de quelle nature doivent ils être?
Êtes vous prêt à revoir la structure même de votre pièce?
Bref, comment corriger le tir?

Petit rappel à toute fin utile concernent la pièce et le RT60 :

En théorie, votre espace aura si possible, le même temps de réverbération pour toutes les fréquence, ce temps se situe entre 0.5 et 0.6 secondes pour un Cinéma Maison (donc court, environnement plus ou moins feutré), et entre 0.7 et 0.8 secondes en mode Haute Fidélité (stéréo), environnement plus réverbérant, donc plus riche en harmoniques.

Si le temps de réverbération est trop long le son devient confus, mais très « vivant ». S’il est trop court, le son va sembler étouffé, terne.

Tr Long : c’est un son avec de la réverbération, comme dans une salle de bain ou une grande salle de classe vide, voire l’intérieur d’une église;

Tr Court : c’est un son sourd, comme dans un « dressing room » rempli de vêtements ou une chambre anéchoïde.

Temps de réverbération

Le temps de réverbération (la durée entre la fin du son et la fin de ses réverbérations) donne la sensation d’espace.
Plus la réverbération est longue et plus vous aurez la sensation d’être dans une grande pièce, mais attention, trop c’est comme pas assez, il faut doser, c’est là qu’entre en jeu le traitement acoustique.

Les mesures, c’est une affaire de Pro!

C’est donc là où les choses commencent à se corser comme disait Napoléon.

Ceci dit, comme n’importe quel outil, une prise de mesure électro-acoustique et la visualisation d’une courbe de réponse en fréquence est utile dans certains cas, ne me faite pas dire ce que je n’ai pas dit.

Une mesure de son pour qui, pour quoi?

Mais est ce qu’une courbe est vraiment si simple à réaliser?

Une prise de mesure avec un RTA, ça sert à quoi en hifi et HC?

Visualiser une courbe de réponse en fréquences cela sert essentiellement aux concepteur d’enceintes acoustiques pour visualiser la linéarité de la bande de réponse en fréquence de leurs haut-parleurs, dans un environnement dédié, généralement une chambre sourde et certainement pas dans votre salon.

Ces gens là, vont prendre en compte toutes les fréquences au dessus de 200hZ, pourquoi?

Ceci afin de s’affranchir de la pièce, si jamais les mesures se font dans un environnement domestique, car évidemment que ce que vous allez visualiser en bas de 200hZ, c’est votre pièce et ni le système, encore moins vos enceintes acoustiques.

Vous mesurez, mais vous mesurez quoi au juste?

Où positionner le micro?

Quel type de micro?

Quel logiciel d’interprétation?

Protocole de mesure des niveaux de pression acoustique (SPL)

Protocole de mesure acoustique dédiée à la hifi chez le particulier

Protocole de mesure acoustique dédié aux amphithéâtres

Autant de questions dont Monsieur Jean Laporte, spécialiste qui a réalisé la pièce de chez Audio d’Occasion à Montréal, a gentiment accepté de s’acquitter :

La base d’une bonne prise de mesure dans un espace dédié à la hifi, qu’elle est elle?

Une mesure est un aspect très important car en ingénierie, on dit «garbage in, garbage out. » (GIGO) Si vos mesures ne sont pas bonnes, polluées par des signaux extérieurs ou par des instruments de mauvaise qualité, cela produit une image moins claire , plus floue et contamine la situation.
L’analyse et la prise de décision risque donc d’en souffrir.
La technique de prise de mesure est donc importante et doit être rigoureuse avec des équipements de première qualité !

Vous mesurez, mais vous mesurez quoi au juste? La pièce, les haut-parleurs et leur filtres passif, les bruits ambiants, les bruits extérieurs, … liste non exhaustive?

Les mesures peuvent être de tous les types.
Électroacoustique, bruit de fond, niveau d’insonorisation, réverbération, réflexion, onde stationnaire, réponse à la place d’écoute, coupure de filtre passif linéarité de hp, etc.
Cela peut être par exemple de la détection de «rattle» produit par des objets dans la pièce d’écoute, etc…

Quel type de bruit capturez vous, rose, blanc, autre …?

En fait selon la mesure et le type de problème, on peut faire des bruit rose, blanc, impulsif, ou des balayages sinusoïdales par fréquence.
De là, on peut reproduire la réponse de la salle pour sentir et entendre l’effet de la salle.

Que voyez vous sur votre écran?

On peut voir plein de choses, par exemple les traînées produits par l’écho de la salle selon les fréquences, on peut voir aussi spécifiquement la déformation du signal, le manque de linéarité, graphiquement on peut voir aussi les moyennes des mesures, Les outils spécialisé aujourd’hui sont riches de graphiques et d’informations.
Évidemment, c’est un peu comme un radiologue qui observe la radio d’un patient, le tout est de savoir quoi regarder !

Donnez vous des explications du comment et pourquoi à la personnes qui vous mandate?

Évidemment, on peut prendre le temps lorsque le client est intéressé à voir les effets de distortion, de non linéarité ou de traînée de signal et non seulement lui montrer le problème, mais le lui faire entendre, là live !!
Cette approche est d’ailleurs avantageuse car souvent dans le monde des particuliers, les mandats sont de faire des mesures et, partant de là faire des recommandations verbales, expliquer, pointer rendre évident le problème car dans notre monde, il y a bien du scepticisme par la nature même du problème qui peux être vu aussi par les charlatans qui profitent de ce fait…

Un sonomètre ça sert à quoi?

Un sonomètre de haut niveau peut, en plus de mesurer l’amplitude du signal audio, enregistrer, donner les tiers d’octave et donner, les crêtes, et quelques centaines d’autres fonctions.
Il est équipé de microphone de laboratoire qui sont généralement plus précis que les microphone de studio !

Quel type de micro utilisez vous pour une acquisition de données d’un système hifi?

Généralement ce sont des microphones polarisés à 200V de laboratoire de type 4134 ou 4133 et qui sont réputés pour être ce qui est de plus haut niveau en terme de précision, phase et extension fréquentielle.

Est ce que le protocole est toujours identique ou change selon les besoins du client?

Disons qu’on n’invente pas la roue à chaque jour.
Aussi selon le type de problème, il y a généralement un protocole pré-établi au niveau international.
Certes, il arrive que certaines situations demande des ajustements, mais il n’est vraiment pas question ici d’improvisation ou de caprice de libre arbitre, mais de connaissances scientifiques.
Il va de soi cependant qu’une analyse exhaustive se paye et que des compromis sont nécessaires selon le budget.

Où positionner le micro?

Mmmm cela dépend du micro, de ce que l’on veut mesurer, de la dynamique de la salle et de tant d’autre chose… veux ton saisir la réponse au lieu d’écoute, les réflexions premières, la réponse du hp ou de la combinaison salle-hp ?? La réverbération globale ou les premières réflexions ? Veut-on y aller avec tel type de microphone ou tel autre type, préférons nous y aller avec un oreille artificielle ou des microphone omni ??

Quel type de logiciel d’interprétation utilisez vous?

Plusieurs, il y a pulse labshop qui est un logiciel de très haut niveau de Bruel & Kjaer et il y a Dirac 5 (audio engineering distribué par Bruel & kjaer) qui est un logiciel de mesure de tous les paramètres de salle. Réverbération, intelligibilité, SNR, etc)

Les mesures ont pour but…?

Déterminer avec précision selon les fréquences, les divers problèmes de la salle, ou les résonances modales, ou la réponse des hp, ou déterminer les courbes de réponse des filtres passif ou actif, etc… Cela peut aller jusqu’à la mesure vibratoire…

À quoi cela vous sert il de déterminer le RT60 d’une pièce?

La réverbération influence grandement le rendu final du son dans une pièce, plusieurs normes internationales fixe les temps de réverbérations minimales selon la fréquence.
C’est surtout cette précision quoi rend clair les divers problèmes de salle car souvent les gens vont sur-absorber les hautes fréquences en ne sachant pas que leur traitement n’a pas d’effet en moyennes et basses fréquences.
Cette dé-balance produit généralement des effet de tonneaux mal décerner mais au combien palpable… Or bien des gens sont convaincus que c’est leur système qui se traine les pattes, et vont donc changer des élément pour rendre le tous plus nerveux… Hélas ils obtiennent un son acide et toujours tonneaux…
En clair ils s’éloignent et dénaturent leur système plutôt que d’adresser correctement le problème…

Que répondez vous aux gens qui disent que : Mis à part dans un théâtre, un amphithéâtre, une salle de spectacle, je ne vois pas vraiment à quoi va bien pouvoir vous servir de capturer sur RTA ce qui se passe dans votre salon privé de quelques m2?

L’interaction entre une grande et une petite salle est identique hormis l’aspect dimension et le petit volume rend encore plus critique les divers phénomènes…
D’ailleurs, ce n’est pas un hasard qu’un studio doit tenir compte de tous les phénomènes qu’une salle produit et avoir le juste traitement pour pouvoir capter correctement le rendu musical.
De même les salles de post-production sont très rigoureusement construite et traiter pour détecter la qualité du rendu.
C’est donc dire que la reproduction finale n’échappe pas plus à ses règles, et ce peut importe la dimension.
La salle est le maillon le plus critique de votre expérience d’écoute.

Est ce vraiment professionnel de mesurer le RT60 et de le visualiser par une courbe dans une pièce de moins de 20m2 ou est ce une escroquerie?

Pour les mêmes raisons que précédentes, une salle d’écoute est assujettie aux mêmes critères de linéarité…
Pire, selon le type de programme, il peut être souhaitable d’avoir une temps de réverbération un peu plus long ou un peu plus court… Il reste que l’exercice reste surtout de voir le déséquilibre dans la réponse de réverbération afin de corriger les manque et les excès… l’art est dans l’équilibre…

How to do :

Protocole de mesure des niveaux de pression acoustique (SPL)?

Généralement il existe des normes de playback pour le 2 canaux et pour le surround. La raison est que le volume d’écoute affecte la perception de la balance tonale d’où l’idée que le son réaliste a un ton plus juste…

Protocole de mesure acoustique dédiée à la hifi chez le particulier?

On touche pratiquement les mêmes problèmes qu’en studio ou en amphithéâtre… L’effet de salle reste toujours là avec les même interactions… seuls certains paramètres sont adaptés selon le volume…
Protocole de mesure acoustique dédié aux amphithéâtres? Il existe des normes selon l’orientation du programme joué dans la salle et de son volume… les problématique sont légèrement différente car plusieurs sources sonores possibles…

Parlez nous de votre métier?

Profession hyper complexe qui touche l’insonorisation, la sonorisation, l’acoustique des salle et même les vibrations… Et plus on veut aller loin, plus cela devient complexe, complexe dans les interactions… par exemple un mur de gypse a une fréquence de coïncidence autour de 2-3kHz qui vient directement par réaction à un stimuli sonore ajouter une résonance qui pollue le rendu de la salle…
Une vibration mal contrôlée d’un meuble peut tout a fait gâter la sauce du rendu par son ajout de coloration dans les condensateurs des électroniques par exemple.

Quels sont les personnes qui font appel à vos services?

Généralement nous sommes perçus comme n’importe quel professionnel : adore t-on son comptable, son docteur, son dentiste ?
Nous sommes un mal nécessaire, qui rend des services précieux, mais généralement c’est qu’on en apprécie les bienfaits…
On rêve certainement de beaux objets de Hi-fi, rarement du professionnel qui nous ferait une salle de rêve pour aller autour 🙂
Car si on peut rêver de la salle, l’acousticien passe souvent bien en arrière des considérations esthétiques, même lorsque cela va à l’encontre des règles acoustiques.
Hélas, c’est après que le ressentiment arrive, la déception, le remord, le ahhhh… mouais… c’est pas terrible… Pourtant je l’avais lu sur internet !!
Pour ces raisons nous œuvrons surtout dans le domaine des obligations de livrables, thermopompe, mesures légales, insonorisation de condo, design commercial.

Visualisez vous sur un RTA le bon positionnement d’une paire d’enceintes acoustiques par exemple ou seulement les défauts de la pièce?

Il est possible de voir plusieurs aspects sur un graphique RTA, la réponse du système, les échos excessifs ou trop atténués et les résonances de salles.
Certes, on ne peut tout voir, mais il y a des paramètres qui peuvent confirmer par regroupement des problèmes observés avec d’autres mesures…

Travaillez vous uniquement sur la structure de la pièce ou vous arrive t il d’utiliser des panneaux acoustiques spécifiques?

On doit travailler si possible sur la structure de la pièce et aussi avec les panneaux acoustiques aucune forme et structure ne règles tous les problèmes de salle…

Vous êtes de quel courant de pensée quant on parle acoustique?

Un peu de tous et d’aucun, dans la science, le LEDE a fait faire de grands projets, le free zone est aussi important, mais ne peut répondre à tout…
En fait on pourrait tellement aller dans ce domaine que la folie nous guette…
Doit-on prendre les ratios de salle de tel ou tel broadcaster, ou de tel ou tel scientifique ??
Ma foi la vérité reste à trouver et chaque approche a ses plus et ses moins… ceci dit, il me semble important de comprendre le goût du client et de lui ajuster sa salle comme il lui plait… Mais en bout de ligne je dirais vive la science contre tout gouroutisme…

Une fois les mesures effectuées, que proposez vous à votre client comme solutions, si tel est le cas?

Question difficile car pas une salle a le même problème… Selon le mandat, on peut indiquer la nature du problème, mettre une image sur le pourquoi, et delà faire des recommandations de positionnement, de traitement, de structure… c’est tellement vaste ici, par exemple une résonance de salle vient toujours avec un creux.
Ce creux est impossible à atténuer puisqu’il produit une annulation du signal par la phase, ainsi on doit s’attaquer à la crête pour ajuster le creux…
Le traitement, peut être un repositionnement des enceintes et un traitement de résonance par un bass- trap ajusté à la fréquence.

Si panneaux acoustiques il doit y avoir, où vont ils se positionner? De quelle nature doivent ils être?

Encore ici c’est selon la nature du problème, une résonance une réflexion, un écho global, à 100hz ou à 3000hz ??
Mais il est clair qu’il doit toujours y avoir des panneaux de traitement acoustique pour l’optimisation d’une salle…
On ne s’en sort pas car une salle parfaite cela n’existe pas.

Un particulier peut il envisager de réaliser lui même des mesures au RTA ou du moins dans le genre de celles que vous effectuez?

Il est certain que les moyens fiables de prendre des mesures se démocratisent, mais le fait d’utiliser un stéthoscope ne fait pas de vous un docteur…
De plus une boule isotropique dodécaèdre ne cour pas les rues. Alors…

La courbe idéale existe t elle?

Disons que oui et il existe des normes dans ce sens selon le programme et le type de système de reproduction… mais ici le cadre est assez grand pour permettre des ajustements de goût…

Comment définiriez vous la courbe idéale?

Relativement homogène et équilibré, car peut importe, le temps de réverbération, c’est la dichotomie entre des temps court et long qui produit des débalancements tonals et des floues étranges.
Reste que trop étouffé cela rendra la musique inerte et morte, alors que trop d’écho rend le son éthéré et sans corps, sans coffre et brouille l’attaque des transitoires.

Comment définiriez vous la pièce idéale? Quels sont vos exemples de réussites sur le plan architectural d’acoustique viable?

Nous avons adapté la salle d’Audio d’Occasion et de différentes salles de particulier qui ont eu le bonheur d’arriver à leur résultat grâce à nos conseils.
Il est plutôt rare de faire sans restriction, mais selon les contraintes, nous sommes toujours fiers que nos conseils ont toujours fait la différence et que le client entend la différence à la fin avec une grande satisfaction…
Je me rappelle qu’un grand mélomane avait perdu des semaines à positionner ses hp dans une belle grande salle et qu’il vivait des frustrations profondes de manque de basses au point de négliger sa passion et ce, malgré des enceintes imposantes et de gros, puissants et couteux amplis.
Finalement avec analyse, les filtres passifs étaient déficient et le positionnement des enceintes mauvais, en quelques heures, le bonheur était de retour !! Cela l’avait tout simplement soufflé… Ah ce qu’un bon docteur peut faire 🙂

Pouvez vous nous indiquer une idée du coût d’une intervention de votre part?

Les frais sont autour de 100$ de l’heure.
Plusieurs forfaits et approches sont possible, il s’agit simplement de prendre contact avec nous pour plus de détails.
Il est important de savoir que nous ne vendons pas de produit, ni de service d’installation, aussi notre diagnostic est impartial…

Quels conseils pouvez vous donner à nos lecteurs s’ils veulent entendre chanter leur système hifi?

Tous les experts s’accordent pour dire que plus que 50% de votre résultat est la salle et par exemple, peut importe si vous avez un système de son extraordinaire, si vous l’écoutez dans une grotte, le mieux que vous aurez c’est que cela sonnera merveilleusement la grotte !
La salle est le maillon le plus critique.
Alors, tout comme les orchestres qui recherchent des salles à l’acoustique viable ou les artistes qui recherchent des studios aux sonorités exceptionnelles, votre système chantera si il est bien soutenue par une salle exceptionnelle…


Conclusion

Si après avoir lu ces quelques lignes vous voulez encore vous improviser en pro de la prise de son et de mesure, libre à vous, mais de vous à moi si vous êtes moindrement honnête en particulier avec vous même, vous conviendrez que c’est avant tout un métier et que « bricoler » avec un micro n’est pas du domaine de l’improvisation.
D’autant que vous ne savez même pas ce que vous mesurez la plupart du temps, j’ai vu des affirmations aberrantes sur certains forums, qui frisent l’absurde, alors méfiez vous de certaines informations, les choses ne sont pas exactement ce qu’elles paraissent en fin de compte.

Ce qui ressort également de cette entrevue, c’est une bonne partie d’inconnue, à savoir le goût très personnel de chaque personne en terme de reproduction musicale et à ce titre, c’est l’aspect le plus complexe à gérer selon moi, le facteur humain.

Tout ce qui découle de la mesure pure objective est du domaine du rationnel, mais l’humain lui est tout ce qu’il y a des plus irrationnel et imprévisible.

Que voulez vous manger? une jolie représentation photographique sur papier glacé ou un plat au fumé agréable mitonné avec soin par un chef de métier?

Si vous ne savez pas ni où, ni comment vous rendre dans un projet, faite affaire avec un guide expérimenté.

Ne vous en déplaise, la musique s’écoute avec les oreilles, l’ouïe étant l’un de nos précieux cinq sens, cela fait des milliers d’années que c’est comme ça et ce n’est pas près de changer.

Pour ce qui est de l’acoustique sous toutes ses formes, faite appel à un professionnel, il saura vous faire comprendre qu’une formule 1 si perfectionnée soit elle et même entre les mains d’un pilote expérimenté, ne vaudra que sur le terrain adapté sur lequel elle va pouvoir rouler, à savoir une piste de F1, lisse et dégagée, certainement pas dans les sables du désert ou les pavés humide du vieux Montréal et ce, quelque soit l’argent investi.

Un Stradivarius entres les mains d’un débutant, jouera très ordinaire, entres les mains de Anne-Sophie Mutter ce même Stradivarius sera sublimé, mais si l’un comme l’autre jouent dans une acoustique médiocre, le son sera à l’avenant… bravo, vous y êtes.

Cela vaut pour le beau matériel hifi que certains installent comme des pieds et qui ne jouera jamais convenablement.

Mon système de référence sur base d'enceintes open baffle 15"

Mon système de référence sur base d’enceintes open baffle 15″

Bonnes écoutes.


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2011, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine, sous licence creative commons.

Bon divertissement.

À propos de Marc Philip

Autodidacte et passionné de musique, photographie, cinéma, gastronomie. Apprécie les bons moments de la Vie, et surtout aime les partager avec les autres. Je déteste les imbéciles, surtout ceux qui ne sont même pas foutus d'être heureux.

Il y a 5 commentaires

  1. Robert Gaboury

    Très bonnes observations et surtout excellente conclusion. Dans la conception d’enceintes, on tente de s’approcher du sacro-saint 20 à 20 000Hz dans une fourchette de 1 ou 2 db. Lorsque l’on sait qu’une pièce « normale » va démontrer des écarts de plus ou moins 12 dB (ou plus!) dans les basses férquences, on se rend compte de la futilité d’une mesure anéchoique lorsque le produit est utilisé dans un milieu semi-réverbérant, sans égard aux propriétés acoustiques. Avant d’investir des sommes considérables dans du matériel, il est toujours préférable de travailler par la base, d’établir une solide fondation acoustique, puis de construire selon nos moyens, en conservant bien sûr un maximum d’argent pour l’achat de musiques.

  2. Robert Gaboury

    Je rajouterais également que sous certaines conditions, il est nettement préférable d’acquérir d’excellentes petites enceintes, limitées dans le grave, que des monstres qui ne feront qu’exacerber les problèmes liés à un espace acoustique déficient…

  3. Grégoire Varlet-Milat

    Quand j’entends courbe de réponse idéale, je pense à corriger les défauts d’une pièce s’il y en a pour avoir au point d’écoute une réponse en fréquence non pas linéaire, ce qui est anti naturel, mais une courbe avec atténuation des aigus, ce qui est bien plus représentatif de la faculté du son et surtout des aigus à etre atténués par la distance comme on pourrait le constater au concert acoustique.
    Sachant que notre oreille est plus sensible aux aigus qu’aux basses lorsqu’on augmenté le niveau sonore, il faut prendre aussi ça en compte.

    Je pense que vous pourriez proposer des installations de systèmes proche de la perfection par votre traitement acoustique qui doit être certainement très utile je n’en doute pas, mais aussi par une correction de la réponse en fréquence au point d’écoute.

    Au plaisir de vous lire

    Musicalement

  4. D. Tremblay

    Délire à l’état pur. Du charlatanisme a son meilleur. Un lot de chiffres et de termes lancé à tout hazard juste pour remplir une page par des personnes sans aucunes formation et aucune expérience de ce merveilleux mode de l’audio, juste pour s’en faire accroire.

Laisser un commentaire