Spin-Clean Record

Comme vous l’avez constaté nous parlons de plus en plus souvent de musique HD, de serveur, de numérique et autre disque dur, et ce n’est pas prêt de s’arrêter, en attendant la publication d’un article exhaustif sur ce sujet, je vous propose de faire un « break ».

Classic Reissues ayant tracé la voie, nous allons revenir un instant en mode analogique de la reproduction musicale en évoquant un aspect moins connu, mais Ôh combien indispensable à une écoute de musique digne de ce nom, je veux parler du nettoyage des disques vinyls.

À quoi bon écouter un disque s’il est recouvert de poussières et autres cochonneries accumulées avec le temps?
Je vous pose la question, le diamant au bout de votre précieuse cellule est il fait pour labourer les sillons ou pour extraire des sons?
J’ai déjà une bonne idée de la réponse.

Spin Clean Record mk II

Le système qui a retenu notre attention, ne coûte « que » 79,99$, est léger, semble pratique à toutes fins utiles, est livré prêt à l’emploi, nous avons donc testé ce produit afin d’évaluer ses performances ou du moins son utilité.

J’en profite pour remercier Mario Gagnon de la boutique Audio d’Occasion à Montréal, pour le prêt.

Présentation du produit

Une boite en plastique de couleur jaune rectangulaire, avec un couvercle amovible sur le dessus, à l’intérieur on trouve deux roulettes, un flacon de produit nettoyant, deux linges en coton et le système de nettoyage central constitué de deux pads fait d’une sorte de velours de couleur noire entre lesquels le disque vient s’insérer.

Voici ce que l'on découvre en soulevant le couvercle

Assemblage

Les deux roulettes se placent latéralement et peuvent s’ajuster en fonction de la taille du disque (33, 45, 78 tours).
Les deux pads en velours se placent au centre en vis à vis.
Il a fallu mettre de l’eau (idéalement distillée) mélangée à 3 bouchons de solution lavante, jusqu’au niveau indiqué.
Voilà, cela n’a pris que quelques minutes, après quoi nous avons été en mesure de débuter notre grand nettoyage de printemps vinylesque 🙂

Détails de ce qui compose le set de nettoyage

Premier trempage

Et premier constat.

Le disque est en place prêt à être nettoyé

Il faut mettre la main à la pâte comme le dit l’expression populaire, puisqu’il est nécessaire de faire tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre le disque, et ce, durant trois tours.
Si le disque en question n’est pas très épais, ce qui est le cas des disques qui ne font pas 180g, il va avoir tendance à se déformer sous l’effort, et je vous recommande d’utiliser les paumes de vos mains, bien à plat sur la tranche du disque, pour éviter d’une part de mettre vos doigts sur la partie gravée et d’autre part pour une meilleure préhension.

Avec un disque de 180g, l’effort est mieux réparti et le disque n’a pas cette fâcheuse tendance à se déformer lorsque vient le temps de le tourner sur son axe, car les deux pads en velours serrent quand même suffisamment fort le disque, pour venir à bout d’extraire toutes les impuretés, ce qui semble logique.

L'un des deux pads en velours avant son installation

L’opération qui ne prend que quelques minutes, est aussi réalisée dans un silence bien appréciable, ce qui est loin d’être le cas avec la machine électrique Nitty Gritty, nous le verrons plus loin.

Après quoi, on ressort le disque et il est temps de l’essuyer à l’aide du tissu livré avec le Spin-Clean Record.
Cette fois, il est nécessaire (recommandé par le manufacturier) d’essuyer en procédant dans le sens horaire.
C’est assez mal commode, du fait de la taille du disque et du manque de prise pour le faire tourner entre ses mains sans poser inexorablement ses doigts sur les faces gravées, il est quasiment impossible d’y échapper.
Malgré tout, on parvient à sécher les deux surfaces, avec de la patience.

On constate rapidement que c’est en pratiquant que le système devient convivial et le geste aidant, on se familiarise avec la manipulation du disque sans trop le toucher.

Visiblement, le lavage comme tel, répond à nos attentes, je ne vois plus à l’œil nu les petites impuretés qui étaient présentes avant l’opération de nettoyage.
Seules quelques peluches sont présentes, ce qui n’est pas supposé, mais bon, le coton reste ce qu’il est il ne faut pas rêver, un simple souffle dessus a réglé le problème.

Une image avant/après des sillons du disque confirme ce constat visuel.

Avant le nettoyage

En mode macro cela devient plus évident au niveau des sillons

Le même disque avant, mais en vue rapprochée

Après nettoyage

Le même disque une fois nettoyé et séché

Protocole des écoutes

Le système dont nous sommes servi était constitué des éléments suivant :

  • Platine analogique Linn LP12 up grade avec Cirkus + contre-platine Cetech, bras itock et cellule Koetsu Black,
  • Platine analogique Well Tempered, bras Well Tempered WTT et cellule Linn Asaka,
  • Préampli phono du CDP integris,
  • Préampli phono Phénoména II de chez Musical Surrounding,
  • Préampli passif Bent Audio TAP,
  • Appareil qui nous a servi pour ajuster l’azimut de la cellule est un Fozgometer de chez Musical Surrounding,
  • Support Target en acier et tablette en ply wood sous la Linn,
  • Table en granit de 3cm d’épais sous la Well Tempered,
  • Alimentation électrique par une prise double Furutech rhodium GTX murale,
  • Câble électrique Verastar grand illusion,
  • Câbles XLR Siltech SQ88 mk II,
  • Câbles de haut-parleurs Goertz ML2 cuivre, montés en tri câblage,
  • Amplificateur Pass Lab Alep 5,
  • Enceintes acoustiques « Wapiti » 3 voies, inspirées du design des fameuses Wilson Watt & Puppy 7.

Disque Harmonium re-édité par Classic Reissues et platine Linn LP12

*Note: ce disque s’est avéré propre, car neuf, nous l’avons écouté pour le plaisir lors du réglage de l’azimut.


Disques choisis pour effectuer nos tests

  • La bande originale du film : Diva,
  • Murray Head : Say it aint so.

Résultat des écoutes

Premier constat, le gain significatif porte sur le silence!
Beaucoup moins de bruit, pas les « pops » bien entendu, mais plus le bruit de fond, avec des hautes fréquences mieux restituées.
Sachez que ce sont les hautes fréquences et le médium haut, qui sont les plus touchés par l’accumulation de poussières dans les sillons et qui vont pâtir en premier de ce « gommage » lors du passage du diamant.
il semble évident que ce soit le cas, quand on regarde physiquement comment fonctionne le microsillon.

Platine Well Tempered

Comparaison

Nous avons une machine plus évoluée à notre disposition, celle que tous les maniaques de vinyls connaissent depuis longtemps, je veux parler de la fameuse Nitty Gritty.

Machine à laver les microsillons Nitty Gritty

Nous parlons ici d’une machine de 600$, automatique ou presque, de taille et poids respectable.
Mais qu’importe, le but étant de démontrer s’il en est, que tout procédé de nettoyage doit être efficace, le tout étant également de quantifier les avantages des parties en présence.

Pas ou peu de différences en terme de résultat, sauf en cas de second passage du disque sur la machine à laver.
La Nitty Gritty est parvenue à retirer un peu plus d’impuretés, sur un disque ayant fait un passage sur le Spin-Clean préalablement, mais … l’inverse s’est avéré identique comme constat, ce qui nous amène à penser qu’il faut deux passages sur l’une comme l’autre des machines, pour retirer toutes traces d’impuretés.
Personnellement, j’ai trouvé la Nitty Gritty bruyante, ce qui empêche de continuer à écouter de la musique lorsqu’on lave ses disques, c’est un aspect à prendre en compte selon moi.

L’avis de l’expert

J’ai sollicité les compétences et l’avis d’un collaborateur, fervent amateur de vinyls depuis de nombreuses années et sa collection ne dément pas ce qualificatif, il apporte sa voix à la mienne et nous offre son opinion sincère sur le Spin-Clean Record.

Quel est ton avis sur l’utilité de ce système de nettoyage des disques vinyls?

Après avoir comparé le Spin-Clean Record avec ma Nitty Gritty, je peux dire que le « petit » système à 79$ est un incontournable, de part ses performances, pour tous les amateurs de disques vinyls qui se respecte.
La grande différence avec la Nitty Gritty, mis à part les 520$ qui les séparent, c’est le fait d’avoir moins de manipulations à faire sur le disque, sinon, le résultat est similaire.

Vue partielle du set up utilisé lors de nos tests


Points forts Strengths/ Points forts :

  • Bon rapport prestation prix,
  • Légèreté,
  • Facilité d’utilisation,
  • Consommables abordables,
  • Principe silencieux,
  • Nul besoin de courant électrique,
  • Fait au / made in USA.

Points faibles Weaknesses/Points à améliorer :

  • Aspect plastique et détails de finition, mais à ce prix là c’est purement anecdotique.

Conclusion

Le Spin-Clean Record fait correctement le travail pour lequel il a été destiné, pour un prix démocratique, il n’y a aucune raison de s’en passer, à moins d’être déjà équipé ou de ne pas avoir de disques vinyls, ce qui de fait, est une évidence:-)

Tout comme Pro-Ject, nous recommandons l'utilisation du Spin Clean Record mk II sans restriction, car il est simple, efficace et pas cher


Contact et information

Spin-Clean Record Washer System MKII
P.O. Box 15200, Pittsburg, Pennsylvania, 15237-0200
USA

Tél : 1 800 931 5850
Site web : www.spincleanrecordwasher.com

Revendeur

AUDIO d’OCCASION
Manager : Mario Gagnon
1325 Ontario
Montréal
H2L 1R8
Tél : 514-522-2020
Sans frais : 1-888-738-HiFi (4434)

Courriel : info@audio-occasion.qc.ca

Site web : www.audio-occasion.qc.ca

Visitez le site officiel de Bob Walsh!

Et ce lui de Randall Spear : www.randallspear.com


Cet article a été rédigé par Marc PHILIP, rédacteur indépendant, tous droits réservés, copyright 2011, les textes et photos sont la propriété de l’auteur et du magazine, sous licence creative commons.

Bon divertissement.

À propos de Marc Philip

Autodidacte et passionné de musique, photographie, cinéma, gastronomie. Apprécie les bons moments de la Vie, et surtout aime les partager avec les autres. Je déteste les imbéciles, surtout ceux qui ne sont même pas foutus d'être heureux.

Laisser un commentaire